FUTURES CENTRALES au FUEL : La d�©finition du PLAN ENERGETIQUE CORSE.

FUTURES CENTRALES au FUEL : La d�©finition du PLAN ENERGETIQUE CORSE.

Voici la question qui nous a été posée sur le forum :

  

est-ce-que se serait possible d’avoir plus d’information sur la nouvelle centrale? parce que beaucoup de gens autour de moi se pose la question et je ne sais pas toujours trés bien quoi leur répondre parce que moi même je ne sais pas plus de détails. merci de votre compréhension

  

Bien, donc  vous souhaitez savoir quel est le cahier des charges imaginé par nos élus en matière de nouvelles centrales ! Le voilà :  

Le  Plan Energétique Corse voté en 2005 comporte les définitions suivantes :

 

 

Article 1 :  Affirme sa volonté que les moyens de production de base soient modernisés et adaptés aux moyens de la Corse avec la construction de deux nouvelles centrales thermiques fiables, intégrant les technologies les plus efficaces afin de respecter l’environnement  et de préserver la santé publique, implantées au plus tard en 2010, à proximité des deux principales zones de consommation d’électricité à savoir les bassins de Bastia et d’Ajaccio.

 

 

Article 2 : Dit que pour la région de Bastia, les nouveaux moyens de production devront être constitués par le maintien des trois turbines à combustion déjà en fonction représentant au total, une puissance de 75 MW, par l’implantation d’une TAC supplémentaire de 40MW dès 2007, ensuite par la réalisation d’une centrale thermique à moteurs propres, d’une puissance de base de 120 MW dont la livraison interviendra au plus tard en 2010.

 

Article 3 : Dit que pour la région d’Ajaccio les nouveaux moyens de production devront être constitués par une centrale thermique à moteurs propres, d’une base de 120 MW dont la livraison interviendra au plus tard en 2010, complétée par 40 MW de puissance de pointe dès 2010, par voie de turbine à combustion (TAC).

 

Article 4 : Dit que les centrales thermiques au fuel, nouvellement installées, devront être conçues comme convertibles au gaz naturel c’est-à-dire  en état de branchement sur le gazoduc quand il sera réalisé et dès que les conditions d’approvisionnement seront réunies.

 

Article 8 : Demande à l’état, d’installer et de piloter une commission de sélection des sites d’implantation des deux centrales prévues aux articles 2 et 3, à laquelle seront associées les CTC, les communes et/ou les communautés de communes concernées.

 

L’article 11 donne tout son sens aux menaces ourdies par le Président DE ROCCA SERRA lors de la séance du 7 février 2008.

 

L’intégralité du plan énergétique Corse  est accessible par le lien :

 

http://www.corse.fr/documents/Assemblee/delib/DELIBERATION%202005225%20AC.pdf

 

Vous pouvez facilement constater la légèreté du "cahier des charges" ainsi confié à notre opérateur aux dents longues. Le préfet  a même rajouté une couche avec les cheminées  à 40 m de hauteur. Sans doute pour que les avions puissent  survoler la centrale sans toucher les cheminées !

Ca ne vous avance pas plus ? Alors pour ces 5 articles on découpe les phrases, on retire le maquillage et on étudie les mots que nos élus ont longuement pesé avant de les coucher sur le papier, et on se pose quelques questions qu’ils ont du se poser avant de voter un texte si puissant qu’ils ne veulent pas le remettre en cause :
 
modernisés : des centrales au fuel c’est moderne ? Pourquoi alors EDF n’en installe plus qu’en Corse et dans les DOM TOM ? Personne en Europe n’en veut plus, et la majorité des nouvelles centrales thermiques installées sont au gaz. Nous avons donné sur ce site les pollutions comparées du fuel et du gaz déjà publiées en 2005 alors que nos élus votaient, c’est éloquent !
 
adaptés aux moyens de la Corse : Qu’est ce que ça veut dire ? Ou ca ne veut rien dire, ou ca en dit trop. Ca sort du rapport LETEURTROIS, c’est sur.
 
centrales thermiques fiables : Ca existe ? Comment se mesure la fiabilité ? Si c’est fiable, EDF devrait en mettre partout ! Mais non, EDF nous aime tant qu’elle nous les réserve rien qu’à nous. D’ailleurs elle a créé une filiale qui ne va s’occuper que de nous et de nos centrales fiables. En plus, personne n’est jaloux de notre privilège sur le continent.
 
intégrant les technologies les plus efficaces : Quels sont les critères d’efficacité retenus ? De quelle efficacité parle-t-on ? Ceux qui ont signé ça devraient pouvoir y répondre. Pour nous la réponse est encore dans le rapport LETEURTOIS qui parle beaucoup de rentabilité des investissements.
 
respecter l’environnement : Après avoir fonctionné 25 ans en dérogation totale on va enfin respecter des normes, françaises ou européennes, de rejets autorisés? ARIA LINDA à demandé à participer aux commissions que le préfet à promis de mettre en place. Le VAZZIO actuel avec des filtre polluerait 10 fois moins qu’à l’origine, et encore 3 fois plus que le VAZZIO bis. Enfin la seule qui a les bonnes valeurs des rejets c’est EDF mais elle ne nous les montre pas.
 
préserver la santé publique : Pourquoi, il y a un risque sur la santé avec les émissions polluantes du fuel ? Où sont les enquêtes sur la santé ? Nous avons demandé une enquête épidémiologique au préfet, car c’est de sa compétence la santé dans le département. Les médecins ont 30 ans d’expérience avec la centrale actuelle.
 
deux principales zones de consommation : Il semble que la progression du bassin de vie de Porto Vecchio, avec une ambition de 300 permis/an pour cette seule commune ait été oubliée ! C’est le 3eme bassin de vie de Corse, on devrait lui appliquer les règles de proximité aux moyens de production.
 
moteurs propres : Ca existe ? Comment compare-t-on la saleté d’un moteur au fuel, et la propreté d’un autre moteur au fuel ? Les particules fines, qui sont parmi les plus dangereuses ne sont plus émises par les moteurs propres ? Au contrôle technique automobile, pour le contrôle de la polution, la sonde est dans le pot d’échappement. Tiens, comment fait EDF pour mesurer la pollution qui sort de ses cheminées?
 
les centrales thermiques au fuel : Ca y est, le poison est dévoilé, il n’y a qu’à lire les fiches produit du fournisseur. C’est celui qui finance des opérations de reboisement en Corse avec nos enfants pour se donner une bonne image, tout en connaissant les effets des polluants rejetés sur leur santé.
 

devront être conçues comme convertibles au gaz naturel :
 
Ca ressemble à une bonne idée puisque les cours du gaz sont plus bas que ceux du pétrole. Mais il faut savoir que ce moteur convertible fuel/gaz n’aurait au mieux qu’un rendement de 35 %, ça veut dire que pour produire 1 kW électrique il faut consommer l’équivalent énergétique en fuel de 2,86 kW.
 
Pourtant ça manque d’ambition sachant qu’il existe des Turbines à Gaz à Cycle Combiné qui récupèrent à la sortie d’une première turbine la chaleur des gaz d’échappement pour faire générer de la vapeur d’eau et entrainer une turbine à vapeur. Les deux turbines situées sur le même arbre moteur entrainent une génératrice qui produit l’électricité. Le rendement de l’ensemble passe alors à 60 %, ce qui veut dire que pour produire le même 1 kW électrique on ne va plus consommer que l’équivalent énergétique en gaz de 1,66 kW
 
Toujours compte tenu des cours comparés du pétrole et du gaz, au niveau de la consommation l’intérêt de cette solution est évident  Deuxième argument de taille : on diminue la quantité de polluants et leur nocivité puisque la combustion du gaz émet moins de polluant que celle du fuel ainsi que le montre le tableau ci dessous:
 

 

Substances rejetées
Charbon
Fioul lourd
Gazole
Gaz
Biocombustible (par ex. écorce)
mg S/MJ de combustible consommé
100 – 200 1
(50 – 100)5
100 –200 1
(50-100)5
25-50
<5
< 15
mg NOx/MJ de combustible consommé
80 – 110 2
(50-80 SNCR)3
80 – 110 2
(50–80 SNCR)3
45-60 2
30 -60 2
60 –100 2
(40–70 SNCR)3
mg de poussière /Nm3
10 – 30 4
à 6% O2
10 – 40 4
à 3 % O2
10-30
3% O2
< 5
3% O2
10 – 30 4

Alors, quelle est la solution la plus fiable pour nos poumons, et notre environnement? Mais alors pourquoi ça n’intéresse pas nos élus, et EDF? On continue la lecture.
 
c’est-à-dire en état de branchement sur le gazoduc : En état de branchement jusqu’où? A la porte de la centrale? Au point de passage supposé du gazoduc au nord de la Sardaigne? C’est encore un peu léger comme définition.
 
quand il sera réalisé : Combien ça va couter à la filiale d’EDF de réaliser le piquage sur le gazoduc pour alimenter Ajaccio depuis le détroit de Bonifacio? C’est sur qu’elle ne doit pas être pressée de le faire, comme elle n’est pas pressée de faire avancer le barrage du Rizzanese. C’est d’ailleurs écrit entre les lignes dans le rapport LETEURTROIS
 
Le gazoduc GALSI c’est une vielle promesse et ça risque de le rester. Dans ce cas nous serions condamnés au fuel à perpétuité. C’est pour cela que nous voulons que la solution GPL soit réétudiée.
 
et dès que les conditions d’approvisionnement seront réunies : Le mot condition mis au pluriel est lourd de sens! Ca créé trop d’échappatoires pour notre fournisseur d’électricité.
commission de sélection des sites d’implantation des deux centrales prévues aux articles 2 et 3, à laquelle seront associées les CTC, les communes et/ou les communautés de communes concernées : Les élus disent qu’ils n’étaient pas au courant. Il y a forcément un ou des menteurs.
Besoin d’autres explications?

15 réflexions sur « FUTURES CENTRALES au FUEL : La dÃ?©finition du PLAN ENERGETIQUE CORSE. »

  1. Ce que d’aucuns savent sur la nouvelle centrale est tout d’abord qu’elle va fonctionner avec du fuel. Les 7 moteurs seront donc des moteurs diesels soi disant convertibles au gaz ( qui ne passera probablement jamais à AJACCIO). la ou les cheminées sera ou seront équipées de filtres comme ceux équipant le VAZZIO depuis 2006.Contrairement aux affirmations d’EDF, ces moteurs ne seront pas "propres" et continueront de polluer le golfe d’ajaccio et de rendre des gens malades. Ces simples indications suffisent à elles seules à déclencher le principe de précaution. Si une réelle volonté politique se manifestait d’autres possibilité existent. Aujourd’hui même lors du corsica sera un ingénieur de l’office hydraulique expliquait qu’ à partir des ouvrages de retenue d’eau existant et construits par l’office, en réalisant deux bassins, l’un plus haut que l’autre et en pompant la nuit l’eau dans le bassin supérieur pour s’en servir le jour en production hydroelectrique, cette eau travaillant indéfiniment en circuit fermé, ou pourrait gagner 110MW soit quasiment l’équivalent de la future centrale à fioul. Coyez vous que nos "lumières" de l’assemblée de Corse auraient eu simplement l’idée d’étudier la faisabilité d’un tel projet, évidemment pas. Ils préférent soit par complicité soit par laxisme, se reposer sur EDF qui va continuer à nous empoisonner avec un deuxieme VAZZIO

  2. Bonjour billet d’humeur,

    C’est vrai que M. Joseph PAOLI à dit des choses très intéressantes pour la Corse.

    Vont-elles réussir à attirer l’attention de nos décideurs?

    Au fait ce serait qui les décideurs?

  3. les décideurs ce devrait d’abord être la population, mais la triste réalité est que les décideurs sont les élus de l’assemblée de Corse qui n’ont pas du comprendre que le peuple corse les avait mandaté pour veiller au mieux des intérêts de la population et non de compromettre sa santé en votant des décisions aussi irresponsables.
    le plus incroyable est que ces élus sont fiers de leur vote et toisent le reste du monde du haut de leur condescendance, empreints de la quiétude du devoir accompli. Un état de bétise absolue en quelque sorte!

  4. Méfiance,

    Je ne crois pas que nos 2 têtes de cerbère soient aussi bêtes et innocentes que leurs autres collègues de l’assemblée. Elles observent la même stratégie que la 3eme tête tapie dans son palais : le silence, et jouent donc la montre. Pourquoi?

    Simplement pour activer les articles 11 et 12 du PEC au moment opportun.

    Relisez ces 2 articles et notre cerbère vous paraitra d’un coup moins bête.

    NB: ce que disent les lois de décentralisation:

    Les relations entre lâ??Etat et les collectivités territoriales.

    Ces relations sont complexes tant sous lâ??angle juridique que pratique. Elles se caractérisent par :

    1°- Une autonomie encadrée : « la tutelle ».

    Les collectivités « sâ??administrent librement » mais « dans les conditions prévues par la loi ». Câ??est lâ??Etat qui fixe les règles du jeu et qui contrôle leur application.

    Câ??est par lâ??intermédiaire des Préfets, nommés discrétionnairement par le Gouvernement que ce contrôle, dâ??un type particulier, est exercé.

    2°-Un pouvoir de substitution des Préfets quand les collectivités sont défaillantes, notamment en matière de sécurité et de salubrité

  5. Mais les collectivités ne sont pas défaillantes, le conseil energétique a été saisi, l’assemblée a voté le trépieds et elle a confirmé le vote en rejetant la motion. Non, sur ce coup l’assemblée de Corse doit asssumer la responsabilité de ses actes et il ne sert à rien de vouloir lui créer illusoirement un échappatoire. Il serait trop facile de réclamer le pouvoir dans la Région et lorsque la Région a le pouvoir et s’en sert, de dire que la responsabilité ne lui incombe pas. L’assemblée de Corse doit assumer devant les electeurs du peuple Corse cette odieuse décision qui met en danger la vie d’autrui.

  6. Si on admet que la défaillance ne devrait pas pouvoir être utilisée (en oubliant l’épisode en 2007 du budget du PEI retoqué) il reste quand même le contenu des articles 11 et 12 du PEC.

    Vous pouvez vous faire une idée sur le document:

    http://www.corse.fr/documents/As...

  7. Cela ne change rien au fond du dossier. Tous coupables, d’ailleurs pourquoi n’interpellez vous pas aussi l’organe consultatif de la région qui est le conseil économique et social dont la seule utilité, à part cirer les pompes de l’executif, est de faire empocher des subsides à quelques individus qui la plupart du temps ne représentent qu’eux mêmes. Eux aussi ont voté favorablement ce projet, ils doivent des comptes aux diverses structures qui ont désigné des membres pour y sieger. Interpellez donc les responsables des diverses structures composant le C.E.S.C en les mettant face à la reponsabilité qui a été prise et vous verrez bien les réactions. Ceci aura au moins le mérite de vous faire savoir qui est qui.

  8. Chiche,
    si vous avez des noms et des adresses ça nous fera un bon support pour la semaine du développement durable du 1 au 7 avril.

  9. chiche, mais vous n’aurez aucun mal à trouver la composition du CESC, il vous suffit de demander à la région le document du conseil consultatif.

  10. Le bureau du Conseil Economique, Social et Culturel de Corse, issu des élections du 9 novembre 2006, est ainsi composé :

    Président

    Henri FRANCESCHI (section économique et sociale, catégorie des entreprises et activités professionnelles non salariées, organisations représentatives des dâ??exploitants agricoles)

    Vice-présidents délégués

    Alexandre BASSANI, Vice-président, président de la section de la culture, de lâ??éducation et du cadre de vie (section de la culture, de lâ??éducation et du cadre de vie, catégorie « vie culturelle », associations de promotion de la langue et de la culture corses, associations de promotion du livre et de la lecture et éditeurs dâ??ouvrages en langue corse)

    Etienne SANTUCCI Vice-président, Président de la section économique et sociale, (section économique et sociale, syndicats de salariés, syndicat des travailleurs corses)

    Hervé ETTORI, Vice-président, rapporteur de la section de la culture, de lâ??éducation et du cadre de vie, (section de la culture, de lâ??éducation et du cadre de vie, personnalité qualifiée)

    Simone VOILLEMIER, Vice-présidente, rapporteur de la section économique et sociale, (section économique et sociale, catégorie des organisations professionnelles non salariées, chambre de commerce et dâ??industrie de Bastia et de la Haute-Corse)

    Présidents des Commissions

    André ANGELETTI, Président de la Commission du développement économique, (section économique et sociale, personnalité qualifiée)

    Elie CRISTIANI, Président de la Commission Azzione culturale et de lâ??audiovisuel, (section de la culture, de lâ??éducation et du cadre de vie, catégorie «vie culturelle», associations représentant les créateurs en arts plastiques.)

    Jean-Toussaint MATTEI, Président de la Commission des affaires sociales et de lâ??emploi, (section économique et sociale, syndicats de salariés, CFDT)

    Patrick SALVATORINI, Président de la Commission de lâ??éducation, de la formation, de la jeunesse et des sports et lingua corsa, (section de la culture, de lâ??éducation et du cadre de vie, catégorie « vie éducative », associations dâ??enseignement de la langue corse)

    Raymond CECCALDI, Président de la Commission des affaires européennes, (section économique et sociale, catégorie des organisations professionnelles non salariées, chambre de commerce et dâ??industrie dâ??Ajaccio et de la Corse-du-Sud).

    Raymond CECCALDI a ̩t̩ Pr̩sident du CESC de 1999 Рjuin 2005.

    Vincent CICCADA, Président de la Commission de lâ??environnement, (section de la culture, de lâ??éducation et du cadre de vie, catégorie « environnement et cadre de vie », associations agréées de protection de la nature, de défense de lâ??environnement, de prévention de la pollution exerçant leur activité en Corse)

    L’avis du Conseil Economique, Social et Culturel de Corse qui a servi lors de l’élaboration du Plan Energétique Corse en 2005 est le n° 2005/12 du 22 novembre 2005.

  11. a partir de là, il faut que votre association interpelle tous ces responsables par courriers et sous la forme d’une lettre ouverte afin qu’ils ne puissent pas s’échapper. Car il y en a assez de tous ces chauffeurs de bancs qui prennent des décisions seuls, sans consulter leur base et sans mesurer la plupart du temps les conséquences des avis qu’ils émettent. Eux aussi doivent des comptes à la population car les subsides qu’ils encaissent pour "violer les mouches" sont financés par l’impot.

  12. Billet d’humeur,

    Merci pour cet autre conseil.

    Alors RDV, jeudi 18h00 à la mairie annexe de SARROLA CARCOPINO pour nous y aider car "Il faut" et "ya ka" valent moins qu’un coup de main!

  13. le sus nommé jean nicolas ne respecte pas les personnes agées.Il me semble que vous êtes assez nombreux dans votre association pour ne pas faire appel au troisieme âge. J’aurais bien aimé participer à votre combat, mais je n’en ai hélas plus la force. J’étais à l’époque un de ces nombreux militants anti VAZZIO, mais aujourd’hui ce sont les plus jeunes qui doivent prendre le relais. Alors jean nicolas, pas de prétextes, au travail!

  14. Je suis ravi de bénéficier des conseils d’un militant anti Vazzio, et je suis sur que vous pourrez encore nous aider malgré l’âge que vous invoquez.

    Billet d’humeur, je vous rappelle en effet que vous nous exhortez depuis quelques messages, à envoyer des courriers aux groupes politiques de l’Assemblée de Corse. Aucune aptitude physique n’est donc requise pour ce faire.

    Je note qu’il vous reste assez de forces pour m’écrire, et que votre propos reste plus que cohérent. Il vous est donc possible, si vous le souhaitez, de nous aider à rédiger ce fameux courrier, et par quelques clics à nous le proposer. Nous en débattrons ce soir même.

    Cette attitude là forcera mon respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *