POUR :

"Pour cesser de nous endetter, il faudrait une hausse de 20 % des tarifs. Mais elle peut s'étaler sur trois ans, par exemple, ou même un peu plus", Pierre Gadonneix  PDG  d'EDF . "Si nos tarifs n'augmentent pas, l'an prochain EDF réduit ses investissements".

CONTRE :

Association de consommateurs CLCV :  

"Il ne faudrait pas que les consommateurs financent des *investissements hasardeux en France, comme à l'étranger

"Cette hausse de 20 % paraît totalement disproportionnée" "beaucoup plus de transparence"

UFC que Choisir:

"un peu perplexe"   "une provocation"   "Nous sommes d'accord sur le fait que le tarif régulé doit être réaliste, couvrir les coûts et les capacités d'investissement, mais de là à accepter une augmentation aussi importante sans justification, il y a un pas!"  

Aria Linda:

*investissements hasardeux en France, comme à l'étranger :

Petite allusion au rachat de British Energy  en septembre 2008 pour 15,6 milliards d'euros. Nos voisins Anglais ne sont pas si fous que ça. Si la perfide Albion avait disposé, à travers British Energy, d'un parc de production nucléaire rentable, elle ne l'aurait certainement pas abandonné à la SA EDF.

Le reste de la presse .....

Lire la suite