Chjama d'Aiacciu...


Ce que l'histoire retiendra des 7 emes Assises Nationales de la Biodiversité qui se tenues en Corse, à Ajaccio, du 5 au 7 juillet 2017, c'est l'Appel d’Ajaccio demandant d'interdire définitivement toute exploration ou exploitation d’hydrocarbures en Méditerranée.


A Chjama d'Aiacciu dans les mains de Ségolène ROYAL

Parmi les quelques 700 participants à ces assises, nombreux ont été, celles et ceux qui désiré signer la Chjama d’Aiacciu, l’appel d’Ajaccio. Les tout premiers signataires: Ségolène ROYAL et Gilles SIMEONI.

Les mots du Président de l'Exécutif, Gilles SIMEONI au micro d'Alta Frequenza qui n'a pas manqué de souligner, entre autres, le rôle des associations.

Une petite satisfaction pour Aria Linda et les associations qui ont et continuent d'oeuvrer pour cet objectif comme le rappelle notre article relatif aux actions du 8 avril 2012.



A noter l'excellent accueil, l'organisation concoctée par les organisateurs. La Collectivité Territoriale de Corse, et ses partenaires insulaires ont su mettre en valeur les potentialités de notre île. 


.....Rispondi di u Vaziu?


En l'absence remarquée d'EDF et de SEI/PEI, quelques "acteurs économiques" de niveau national participaient aux assises, notamment l'opérateur gazier TIGF, qui pourrait se situer dans la poignée de candidats en lice dans la procédure de dialogue concurrentiel en vue de réaliser l'ensemble de la chaine gazière (barge+ gazoduc terrestre).

Objectif souhaité par la Ministre Ségolène ROYAL: alimenter les deux centrales thermiques de Corse au gaz naturel dès début 2023, date de démarrage de la future centrale du Vazzio. Compte tenu du calendrier assez tendu de réalisation, cet objectif devra être confirmé par son successeur au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. (et pas Solitaire!)

Pour que la procédure soit respectée, les premiers *arbitrages devraient avoir lieu dans les semaines qui viennent. Au terme de la procédure de dialogue concurrentiel, la décision finale (elle appartient au Ministre) de réaliser, ou de ne pas réaliser, l'ensemble de la chaine gazière devrait intervenir en avril 2018.

En comptant 5 ans de réalisation, ce serait bien le dernier délai pour tenir l'objectif de mise en gaz en 2023.

* L'évolution du taux de rémunération des capitaux investis autorisé pour les ouvrages de production réalisés dans les ZNI, 11 %, reste un préalable pour les opérateurs qui investissent dans les ouvrages de transport de gaz. Le taux de rémunération qui leur est actuellement servi n'est que de 6,5 %. Un handicap de l'insularité souligné par le rapport Leteurtrois en 2005.