La CGT et EDF ont peut-être raison quand, de concert, elles affirment depuis quelques jours, que les associations ne sont pas représentatives de la position l'ensemble de la population Corse impactée par la pollution des centrales au fioul lourd.

Les travaux de Corse-Economie nous montrent l'évolution de la population de la Corse qui compte aujourd'hui plus de 307000 habitants. Selon d'autres sources statistiques, la population serait concentrée autour des communes de Bastia et d'Ajaccio, les deux capitales agglomérant 38 % de la population totale de l'ile.  

Effectivement les centrales thermiques au fioul lourd d'EDF, pour éviter de trop lourdes pertes en transport d'énergie, sont installées au plus près des zones de plus forte consommation. Donc, la frange de la population la plus exposée à l'impact sanitaire des émissions polluantes des centrales thermiques ne serait, statistiquement parlant,  que de 38 % de la population totale, soit seulement 116660 individus.

Probablement jugés quantités négligeables, le flux migratoire journalier des communes satellites vers ces capitales qui concentrent 80 % de l'activité économique s'ajoute au nombre de résidents, sans compter le flux touristique.

A bien y regarder, en octobre 2008 au moment où EDF passait commande à MAN, et écrivait l'arrêté préfectoral, bien avant que l'enquête publique ne démarre, cette population était d'ailleurs de 3 % inférieure.

Mais comme nous le montre le film LUMIERE NOIRE, les coupures de l'hiver 2005, imputables à la mauvaise gestion d'EDF, s'appliquent sans discrimination à toute la population. 

Il y aurait donc 190340 individus qui n'auraient pas de raisons de s'inquiéter au plan sanitaire, mais qui pourraient être très mécontents si une nouvelle rupture énergétique survenait. Cette frange non-impactée constitue donc un électorat potentiel bien supérieur à celui des impactés.

C'est à se demander si la "majorité" de la nouvelle mandature n'a pas fait ce même calcul, ce qui pourrait expliquer le silence assourdissant de l'Exécutif sans réaction suite aux déclarations de la préfecture et du directeur de PEI.

Une bonne nouvelle dans l'actualité: le tracé du raccordement de la Corse est enfin connu. Pour 7 millions d'euros supplémentaire pour les études, c'est une avancée considérable!

Et pendant que GRT gaz  tranquillise à AJACCIO, EDF s'impose à LUCCIANA.  Le syndrome de Stockholm fait le reste.

 

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) - Un mensonge d’Etat ! C’est ainsi que le collectif régional "Non aux centrales au fioul lourd", analyse la situation après l’entretien qu’il a eu mardi avec le préfet de Corse. Pendant que la haute direction d’EDF déroulait son projet de nouvelle centrale, au fioul lourd, à présent c’est officiel, le collectif était en préfecture pour s’entendre dire le même discours. Le collectif est amer car finalement il avait raison, et depuis le tout début de cette affaire des centrales. Le marché initial passé avec le constructeur a toujours été celui concernant des moteurs au fioul lourd, les fameux 48/60, et non pas des moteurs convertibles comme l’a encore affirmé Jean-Louis Borloo il y a quelques jours ; c’est en tous cas ce que nous dit Jean-Nicolas Antoniotti, pour le collectif.