La phase de consultation régionale du Grenelle de la Mer sur les propositions formulées par les groupes de travail nationaux a eu lieu hier 23 juin 2009 au palais des congrès à Ajaccio.

Il s’agissait de prendre connaissance des propositions nationales, d'en ajouter ou de leur donner une couleur locale.

L’atelier n°1 traitant de « La délicate rencontre entre la terre et la mer », le représentant syndical de Force Ouvrière, JN ANTONIOTTI a soulevé le problème de la pollution des navires à quai, illustrée notamment par celle du 19 mai 2009 à Ajaccio. Le groupe était présidé par M. J POLVERINI président de l’Office de l’Environnement et rapporté par M. P  VAGNER  directeur de la DREAL.

Puis ce représentant syndical a fait remarquer qu’il était impossible de trouver une autorité compétente pour apporter des réponses aux nuisances des navires à quai. Ni du côté de la chambre de commerce, ni du côté de la capitainerie, ni du côté du préfet maritime. Un agent de la DRAM nous a confirmé que le centre de sécurité des navires était basé à Marseille.

Notre représentant syndical a alors formulé une proposition consistant à demander le raccordement des navires à quai aux réseaux terrestres (électricité notamment).  Cette proposition a été adoptée par le groupe. Le maire de Bastia, Emile ZUCARELLI en ayant souligné l’intérêt, tant pour les pollutions atmosphériques que pour les pollutions sonores.

La discussion avec un représentant de l’autorité maritime a permis de confirmer que les autorités concessionnaires et gestionnaires des ports sont tout à fait légitimes pour imposer des conditions d’accueil des navires compatibles avec le respect de la population.

Dans l’après midi cette proposition, notée n°3, ainsi que les autres déclinaisons locales du Grenelle de la Mer, a été présentée en séance plénière et approuvée:



Raccorder les bateaux à quai (bateaux de croisière, ferries,...) aux réseaux divers (électrique, eaux usées,...) afin d'éviter les pollutions (atmosphériques, sonores,...) Ce point est à intégrer au cahier des charges des concessions.


Il nous reste donc à la mettre en application au niveau local, avec des interlocuteurs bien locaux, et avec le soutien des populations Ajacciennes et ……..Bastiaises

Lire la suite