inCREdule


Alors même que la ministre de l'énergie, Ségolène ROYAL, annonçait en Corse le 13 juin 2016, envisager l'alimentation en gaz dès le début de 2023, la commission de régulation de l'énergie publiait son rapport de juin 2016 sur les interconnexions électriques et gazières  en France.

Dès les deux premières pages, ce rapport indique une autre posture, celle de la CRE, beaucoup moins rassurante pour la Corse:

Page 1 : La question qui se pose aujourd'hui concerne le développement de nouvelles interconnexions.

 En électricité comme en gaz, les nouvelles interconnexions sont des projets coûteux et complexes. Lorsqu'on inclut les renforcements internes du réseau rendus nécessaires par une nouvelle interconnexion, le coût d'investissement dépasse souvent le milliard d'euros.

 

Page 2 : Elle (la CRE) veillera à éviter que les consommateurs de gaz et d’électricité ne soient exposés à des coûts considérables pour construire des infrastructures dont l’utilité pour la construction du marché  européen et la sécurité d’approvisionnement n’aurait pas été démontrée.


Aria Linda a évoqué cette posture de la CRE connue en juin 2016, alors même que Ségolène ROYAL parlait devant le CEAC, avec Jérémie PELLET, conseiller du premier Ministre, le 4 juillet 2016. 

Après nous avoir patiemment écoutés, et entendu énumérer les quelques obstacles (les 11 % et ceux de la CRE) qui nous paraissent enlever de la crédibilité aux annonces gouvernementales de raccordement de la centrale du Vazzio directement au gaz naturel dès sa mise en service début 2023, le conseiller a évoqué ............ des paramètres pas encore résolus............ le souhait du gouvernement de lisibilité début 2017............ le modèle de régulation.
  


Alors, Fabienne et Alexis, il faut aller vite: après les présidentielles, la ministre de l'écologie risque de ne plus pouvoir tenir ses promesses. Mais la CRE, elle, sera toujours aussi inCREdule. 


 


                                       Nucléaire

En revanche pas d'état d'âme pour les surcoûts du nucléaire : Flamanville a déjà couté 3 fois son prix initial!

Aux nombreux problèmes relevés par l'ASN concernant le béton des ouvrages, s'ajoute l'homogénéité de l'acier élaboré pour la réalisation de la cuve du réacteur EPR de Flamanville. Mais selon l'ASN, le problème concerne également les générateurs de vapeur de 9 centrales nucléaires actuellement en service.