TCHERNOBYL
NON LIEU de la france
o
Le non lieu prononcé hier a généré une multitude de réactions dans les médias, et dans la classe politique.
o
Compte tenu de son mandat, voici celle qui nous a paru la plus significative, celle de la Présidente de l'Observatoire Régional de la Santé de la CORSE.
o
o
Nous ne sommes pas surpris malheureusement, le scandale judiciaire s'ajoute au scandale du mensonge d'Etat qui dure depuis 25 ans. On pouvait s'attendre à ce que justice ne soit pas rendue aux malades.
Pourtant, particulièrement pour la Corse, la contamination des sols et de la chaîne alimentaire est établie, du fait de la toxicité du nuage et des conditions météorologiques qui ont prévalu à l'époque. De même, les conséquences sur la santé humaine de cette contamination sont évidentes, il est clairement admis que du fait de ses habitudes de vie et de consommation, la population corse était particulièrement exposée.
Depuis la catastrophe, on constate en Corse une augmentation des hypothyroïdies néonatales, des pathologies thyroïdiennes, des cancers de la thyroïde et des leucémies, notamment chez l'enfant, des pathologies malignes chez l'enfant, comme les lymphomes...
Il est scandaleux qu'un non lieu soit prononcé alors que l'instruction n'était pas close et que d'autres enquêtes, notamment celle diligentée par la CTC sont attendues.
Comment ne pas prendre en compte les éléments du dossier, les documents saisis dans les ministères qui établissent que l'on a caché la réalité de la contamination et que l'on a sciemment menti à la population ? Comment ne pas s'inquiéter de ce qui est constaté au niveau médical ? Comment ne pas considérer l'enquête épidémiologique que la Collectivité Territoriale de Corse s'apprête à lancer ?
Il ne faut pas baisser les bras et poursuivre le combat pour la vérité. On le doit aux malades aujourd'hui, on le doit à ceux qui ont perdu la vie depuis, et particulièrement aux enfants de 1986, dont la vie a été bouleversée pour protéger l'industrie du nucléaire français.
Pour notre part, à Femu a Corsica, nous poursuivons d'arrache-pied ce combat pour la justice et pour la vérité qui est due au peuple corse.

Fabienne Giovannini
Membre de la Commission Tchernobyl pour Femu a Corsica
Présidente de l'Observatoire régional de la Santé.
M
m
 .....la CORSE souffre d'autres Tchernobyl, probablement tout aussi destructeurs et cumulatifs, également non reconnus par la france.......
o

 

 

o

Lire la suite