Philippe depuis Bastelicaccia à saisi ce curieux nuage à l'aplomb de la centrale du Vazzio, le 30.08.2011 à 21h33.... travail de pro!

la même nuit, depuis Cuttoli, le 31.08.2011 à 6h15.....

Sur la photo un peu contrastée, on identifie bien la souce de ce panache de démarrage: ce n'est pas un feu de barbecue!

5 minutes plus tard, le panache s'étire vers Porticcio et la rive sud tout en retombant bloqué par notre fameux couvercle thermique

 

ci-dessous, 13' plus tard le panache n'a pris aucune hauteur et les particules retombent naturellement par gravité au sol, et en mer 

 

 

14' plus tard, depuis Baléone on constate que les particules les plus légères de l'épais nuage......

 

 ..........d'émissions du fioul lourd sont encore en suspension !!!!!!!!!!!!!!!!

 

7h03, depuis Ajaccio, parking de l'Amirauté, on aperçoit les particules en suspension au dessus de la rive sud.....

 

oui Monsieur, c'est bien le même, et il n'y en n'a pas d'autre

 

Ci-dessous un cliché de Jean Paul L avec son portable, 6h58, merci!

.....pour une agglomération où la qualité de l'air est dite bonne, ça fait tache.

toujours le 31.08.2011 à 15h15, depuis le rond-point de Campo del'Oro, près de la plage, tout à l'air si bleu

.....ci-dessous,  le 31.08.2011, à 17h35, de nouveau Philippe depuis Bastelicaccia

on constate nettement que le vent d'ouest pousse maintenant la pollution vers la vallée de la Gravona....

.........l'alitude du panache est idéale pour polluer l'atmosphère que respirent les populations exposées entre 200 à 300 m d'altitude..

Philippe, tu as remarqué que le panache ne dépasse que très rarement ce plafond de 300 m? Tu sais ce qui se passe quand des particules sont maintenues captives bloquées par cet obstacle invisible?

Selon leur masse respective elles retombent au sol plus ou moins lentement.....c'est bien pour cela qu'on en retrouve jusqu'à Bocognano.

Et il y a l'effet cocktail....la pollution du trafic aérien suit la même trajectoire

 

-----------

Encore des soucis pour le futur réacteur nucléaire à eau pressurisée (EPR) de Flamme-en-Ville.

Une hydrolienne: ce serait bien en Corse? Les hommes de l'art et les porteurs d'eau vous diront surement que non!