Les navires peuvent polluer à l'arrivée dans un port......

.......et aussi lorsqu'ils quittent le port.......

 

..........dans les deux cas le panache, tellement étendu qu'il a fallu coller deux clichés pour vous le montrer, se dirige vers........

 

....... côté Vazzio, malgré la mauvaise visibilté, on peut constater que le panache aussi se disperse mal....

..la vitesse d'extraction des gaz est-elle conforme à l'arrêté préfectoral?

......côté barrages et production hydraulique, un camion embarque............. pour une destination hors ZNI......

 ......un précieux chargement ............

...une turbine qui, au bout de la conduite forcée, entrainée par l'eau qui provient du barrage, entraine à son tour un générateur qui produit l'électricité qui arrive jusqu'à nos prises.....sans émission de panache!

 

Passons au renouvelable: le photovoltaïque, comme l'hydroélectricité, ça ne produit pas de microparticules !

Une communication de Dany DIETMANN, Maire de la commune de MANSPACH:

Bonjour chers amis,

 

De nombreuses personnes ont suivi avec intérêt, le chantier photo-voltaïque de l’église de Manspach. Aussi, dans un soucis de transparence, je leur adresse la copie de la 1ère facture semestrielle ( Période du 24 Janvier 2011 au 23 Juillet 2011), adressée à EDF pour paiement conformément  au contrat établi.

A noter que les mois d’Avril et de Mai ont bénéficié d’un ensoleillement exceptionnel, contrairement à Juin et surtout Juillet qui sont bien en dessous des indices d’ensoleillement moyen.

Alors que l’opération a été économiquement construite sur un estimatif annuel moyen de St GOBAIN Solar,  de 30 000 kWh /an,  soit 18 052 €/an H.T.,  je constate aujourd’hui avec mes concitoyens, que pour l’année 2011, l’efficacité énergétique des panneaux va très largement dépasser  les estimations initiales, puisqu’ à 6 mois nous en sommes déjà à 24000 kWh et 14 451 € HT

Il est vrai que durant le démarrage des 6 premiers mois  de l’installation, nous n’avons  eu  aucun problème technologique .

A l’heure où les tarifs de reprise ont baissé de moitié, mais où les prix des matériels photovoltaïques se sont également fortement affaissés, il apparaît clairement que le recours à de tels process  pour satisfaire à des contraintes de restauration de bâtiments, reste particulièrement pertinent pour le mode de gestion budgétaire des collectivités territoriales.

Au-delà des considérations bassement matérielles,  ce chantier dans son principe de recyclage des produits résiduels (Verre et PEHD dans le droit fil de la pesée embarquée), de réduction des émissions de CO²,   de consolidation  de l’équilibre budgétaire de la collectivité,  va tout à fait dans le sens de l’abandon du « Toujours plus ! »  au bénéfice du  « Toujours mieux ! ».

A l’aune de cette modeste expérience à l’échelle d’un  village, la réalité des faits et des chiffres, nous prouve que dans le progrès, la modernité  consiste à faire mieux avec moins en polluant moins. C’est dans ce sens que projeter sans réserve, d’abandonner au siècle passé la perversion nucléaire est un devoir de respect dû aux générations actuelles et futures. Cela doit s’accompagner d’une  généralisation  de l’optimisation  des boucles courtes, en développant les modes de déplacements alternatifs et les infrastructures qui s’y rapportent. C’est une évidence !

A Manspach (555 hbt), entre la commune, la coopérative , et les privés  il est produit  80 000 kWh par an en photo voltaïque, et les nombreux chauffe eau solaires privés installés dans le village économisent en gros, annuellement  20 000 kWh  soit une économie énergétique globale de 100 000 kWh an, soit 180 kWh /habitant/an. Certains projets sont à l’APD en phase d’émergence (Restauration mairie en BBC/BEP  (Bâtiment à bilan énergétique positif) AMAP,  alors que d’autres développent leurs APS,(Eco Hameau, Eco boucles),  la voie est ouverte, à l’écoute respectueuse des imaginations citoyennes.

A remarquer que la consommation électrique moyenne par habitant du village  baisse d’année en année comme d’ailleurs la consommation d’eau où les ménages passent largement sous la barre des 130 l/hab/jour . Idem  pour  le poids moyen de la poubelle des produits résiduels ultimes qui s’affiche en 2010, pour le village, à 64 kg/hab/an.

S’il est bon de rêver aux solutions pour un  monde meilleur, il est exquis d’y entrainer ses proches, pour  traduire ces rêves dans la réalité citoyenne des faits.

Que le ciel vous tienne en joie !