Son directeur semble mettre un point d’honneur à nous en convaincre, Qualit’air Corse est une association indépendante. Il ne manque jamais une occasion de nous le répéter, comme ce matin sur RCFM.

  Face à un directeur qui en assume également la communication, le rôle de président d’une telle association indépendante n’est même pas réduit à la plus simple expression.

 

De façon sibylline dans le discours, la présence d’associations de défense de l’environnement au sein du conseil d’administration apporterait une crédibilité et une caution à l’action de l’association indépendante.

 

L’absence de réaction de ces associations de défense de l’environnement aux propos réitérés du porte parole de l’association indépendante n’est pas de nature à effacer les sérieux doutes que de simples constats sur le terrain ont éveillé dans nos rangs.

 

D’ailleurs, nous avons eu l’occasion de communiquer directement avec le directeur de Qualit’air Corse pour lui faire part de notre étonnement, à la lecture des bons chiffres de la qualité de l’air, au lendemain de la pollution qui a affecté la ville d’Ajaccio le 19 mai 2009.

2

 

2

22

Il est vrai qu’on est d’autant plus avantagé pour prendre des photos du panache noir d’un navire à quai, qu’on est en situation d’en inhaler les micro-particules et les HAP.

3

On lui a communiqué les photos, proposé des échantillons de particules…….

3

 

Côté Vazzio, 2500 phases dites *transitoires ont été constatées en 2008 sur les relevés par moteur. Les premiers mois de 2009 montrent une tendance qui évoluerait vers 2800 phases.  *ce sont les démarrages et arrêts moteurs qui sont les périodes les plus polluantes, mais qui ne sont pas comptabilisés.

 

 

 

 Malgré cela, durant la période d’arrêt des moteurs du Vazzio en mai, suite à un incendie, aucune amélioration de la qualité de l’air n’a pu être constatée dans les IQA publiés par l'association indépendante.

 

Les points de mesure de la qualité de l’air sont-ils placés, comme le suggère la réglementation, dans les zones les plus influencées par les émissions ? Sont ils assez nombreux ? Sont ils efficaces et entretenus ?

 

Alors on est bien content d’apprendre que des observations vont être faites dans le Cap Corse, et qu’on va bientôt mesurer la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments publics, et notamment des écoles.

 

Mais le capteur PM 10 censé mesurer les micro-particules à Bastelicaccia, va-t-il encore rester hors service alors que les mesures de 2005 faites au niveau du groupe scolaire y avaient montré un des  impacts les plus forts, comme dans d’autres communes de la Vallée de la Gravona ?

 

D’après le PADDUC, la qualité de l’air serait bonne……..à Ajaccio…..et à Bastia !

 

La communication est un art.