Association Aria linda

samedi 11 juillet 2009

Lettre à Elise, lettre à l'Elysée....... Jamais deux sans trois!

Notre lettre du 13 novembre 2008 au Président de la République avait reçu une réponse formulée par M. Claude Guéant, actuel secrétaire général de l'Elysée. Ce courrier, qui avait été remis aux bons soins de Monsieur le Préfet de Région, avait reçu une réponse le 23 janvier 2009.

Notre lettre ouverte du 22 mai 2009, était donc notre second courrier adressé au premier personnage de l'Etat. Cette lettre vient de recevoir une réponse rédigée par M. Cédric Goubet, chef de cabinet du Président de la République, et datée du 8 juillet 2009.

Compte tenu de la célérité des réponses, 70 jours, puis 46 jours d'attente, on peut constater un mieux.

Compte tenu du contenu des réponses, nos deux courriers ont eu le même parcours puisque nos rédacteurs successifs nous indiquent les avoir transmis au Ministre du MEEDDAT, depuis devenu le MEEDDM, en ayant conservé à sa tête Jean Louis Borloo.

La formulation de la première réponse pourrait nous donnait à penser que le Président Nicolas Sarkozy pourrait avoir eu connaissance de la teneur de notre premier courrier : "A la demande du Chef de l'Etat..."

La formulation de la seconde réponse nous assurant: "qu'il a été pris connaissance de notre courrier....." nous enlève froidement toute illusion sur l'éventualité que le Chef de l'Etat ait pu avoir connaissance de notre second courrier.

M Cédric Goubet nous donne cependant une indication probablement intéressante, car cette fois-ci,  Jean Louis Borloo devrait nous répondre : "Vous serez informé, par ses soins, de la suite susceptible d'être réservée à cette démarche". Tiens, cette plutôt que votre est-il anodin?

Pas vraiment! En écrivant votre, notre interlocuteur nous aurait reconnu la paternité de la démarche pour obtenir le raccordement de la Corse au GALSI. De quoi irriter ceux qui souhaitent s'en prévaloir pour les prochaines territoriales! 

Confirmation de cette impression: pour la deuxième fois, le Chef de l'Etat ne nous répond pas! 


"Ma main, elle est tendue à tout le monde à une seule condition, c'est qu'on accepte de venir à la table des négociations comme des honnêtes gens, c'est-à-dire sans cagoule, sans bombe et sans menace"

la lettre..........

Lire la suite

Gaz russe : GDF Suez mis à l'amende par la Commission Européenne.

    Au terme d’une enquête sur le marché de l'énergie, GDF Suez et son pendant allemand E.ON sont accusés d’entente illicite sur la répartition des marchés contraire aux règles du traité concernant les ententes et les pratiques restrictives.

p

 En fait, l’accord porterait sur une sorte de pacte de " non-incursion " concernant la vente de gaz russe importé par le gazoduc MEGAL. Chacune des parties se serait engagée à ne pas concurrencer l’autre sur son territoire national. L’infraction qui aura duré 30 ans pour prendre fin en 2005 a privé les consommateurs de la libre concurrence et de l’accès à de meilleurs tarifs.

p

553 Millions d'Euros pour chacun des contrevenants ! La Neelie KROES, Commissaire à la concurrence, parle d’un "un signal fort aux fournisseurs historiques d'énergie" pour leur rappeler que la commission " ne tolérera aucun type de comportement anticoncurrentiel".

p

Elle poursuit en notant que "Cet accord a privé les clients d'une concurrence accrue sur les prix et d'un choix plus vaste de fournisseurs sur deux des principaux marchés gaziers de l'UE. La Commission n'a pas d'autre solution que "d'imposer des amendes élevées" et que cette pratique constitue "une infraction très grave".

GDF Suez conteste les conclusions de la commission et a fait savoir, ainsi qu'E.ON, qu'elle ferait appel devant le tribunal de première instance des communautés Européennes (TPICE).

Les sanctions de la Commission peuvent atteindre 10 % du chiffre d'affaires annuel total des entreprises. Sachant que nos deux contrevenants affichent respectivement 87 et 68 Milliards d'Euros de CA/an, ça donne le goût de l’amende.

Plutôt amère!

Que chacun se rassure, ces pratiques, qui seraient plus que courantes ailleurs, n’affecteront probablement pas le marché du gaz Algérien à destination de l’Italie, et de la Corse via le GALSI.

La Commission Européenne y veillera. Nous y avons maintenant un représentant qui aura un œil attentif pour Cursichella.