Chacun l’aura remarqué à la pompe, les cours du pétrole sont à la hausse.

En catimini, et se jouant de la crise, le baril s’approche des 70 dollars.

Certes, on est encore loin du niveau record de 2008, à près de 150 dollars qui a permis à TOTAL d’engranger 13,8 milliards d’euros de bénéfice. Mais pour combien de temps?

Les requins de l’or noir anticiperaient-ils sur un supposé redémarrage de l’économie mondiale ?

Quoiqu’il en soit, cette remontée des cours conforte notre certitude que le gaz naturel, dont les augmentations sont toujours nettement moins haussières que celle du fioul lourd, sera le combustible le plus rentable pour l’avenir de la Corse.

A 70 dollars, le gaz naturel impacté de l’amortissement du coût du gazoduc GALSI est un combustible plus économique que le fioul lourd transporté par pétrolier, donc à fonds perdus puisque sans investissement au profit de la Corse. 

Autre avantage, lorsqu’il est utilisé dans les centrales thermiques pour produire de l’électricité, sa combustion génère beaucoup moins de pollution atmosphérique que celle du fioul lourd dans les mêmes conditions.

A l'inverse du fioul lourd, la combustion du gaz ne produit pas chaque année des centaines de tonnes de microparticules PM 10 et PM 2,5 chargées de cancérigènes !

Y a vraiment pas photo !

 

Petit quiz sur le GALSI:

Aujourd'hui 7 juillet 2009, à Paris, un de nos deux "grands" décideurs devrait rencontrer un ministre récemment renforcé dans ses attributions par le Président de la République, donc jouissant de sa confiance.

Selon l'heure de la rencontre, la discussion entre les deux hommes risque d'être alambiquée. Au cours de cet entretien "dit stylé" il sera question de la Corse.

A vos réponses!


Pierre-Paul BATTESTI nous a invités dans Contrafocu,

à la rubrique Ambiente, à évoquer l’avenir énergétique de la Corse :

http://isulaviva.typepad.fr/contrafocu/ambiente/

 

Lire la suite