Après avoir rencontré le 10 avril 2009 le Directeur Régional de l’EDF, ARIA LINDA et A SENTINELLA ont rencontré le 14 avril 2009 deux ingénieurs chargés des questions énergétiques à l’ADEC.

 

L’objectif de cette rencontre, à l’initiative du Président de l’Exécutif et Président de l’ADEC,  était de leur présenter les solutions alternatives GNL et STEP pour qu’ils puissent en évaluer l’intérêt, et lui en faire part.

 

L’un d’eux nous ayant présenté l’ensemble de leur missions, dont notamment la surveillance de la bonne application des décisions du Plan Energétique Corse, nous lui faisons remarquer qu’au moins une des décisions contenues dans la délibération 05/225 votée par l’Assemblée de Corse n’est pas respectée par EDF.

 

C’est ce que montrent les quelques 2500 phases « transitoires » annuelles que nous avons comptabilisées  dans les relevés d’autosurveillance produits par EDF, et qui indiquent que le fonctionnement en base de la centrale du Vazzio n’est pas respecté.

 

Nous découvrons que nos interlocuteurs, tout comme la direction d’EDF ont une parfaite connaissance de cette « liberté » prise avec la commande publique. Ils vont toutefois vérifier la véracité de nos informations puisque nous évoquons des conséquences sanitaires, qu’ils n’avaient, semble-t-il, pas envisagé.

 

Notre tentative d’avoir leur avis scientifique sur la notion de moteur diesel propre au fioul lourd votée en 2005 est très vite boutée en touche. Cette décision politique n’est pas sujette à remise en cause et nos interlocuteurs n’ont d’ailleurs pas contribué à son élaboration.

 

Mais nous sommes surtout là pour plaider pour la prise en compte de notre proposition alternative de mise en place d’une micro chaîne GNL, si le GALSI ne devait pas desservir la Corse, et pour échapper à l’inacceptable retour au fioul lourd.

 

Nous faisons remarquer à nos interlocuteurs que les dispositifs de dépollution des moteurs commandés à MAN étant sensiblement identiques à celles des moteurs du Vazzio actuellement en service, le niveau d’émissions de micro-particules PM 10 et PM 2,5 restera inchangé, sensiblement identique à celui de 1979. C’est vérifiable dans l’étude de dispersion commandée par EDF et réalisée en 2006. La relation micro-particules / cancers étant soulignée par les 3 établissements publics que sont l’INSERM, l’INVS et  l’AFSSET.

 

La combustion du gaz ne dégageant pas de micro-particules, son utilisation rend le volet thermique du PEC moins inacceptable.

 

Et nous sommes aussi là pour proposer de mettre en place des STEP sur les ouvrages hydroélectriques de Corse de manière à pouvoir stocker de l’éolien et du photovoltaïque, tout en augmentant le productible de chaque ouvrage, et en maintenant la capacité hydraulique des barrages. Nous évoquons le plan BORLOO de juillet 2008 sur la relance de la production hydroélectrique française et nous remettons un extrait de ses objectifs. La collectivité ne serait pas tenue par cette directive nationale.  Les gardiens du temple veillent.

 

Sur ces deux propositions l’échange nous a semblé constructif, et ne devrait pas manquer d’alimenter au moins leur prise en compte intellectuelle par le Président. Notre exposé à été complété par une remise de documents. 

M

Dans la presse, une autre pollution:

Lire la suite