Association Aria linda

mercredi 1 avril 2009

Col�¨re du Pr�©sident de l'Ex�©cutif: poisson d'avril ? "Nouveau" PADDUC : un non �©v�©nement pour l'�©nergie!

Le « coup de gueule » du Président de l’Exécutif sur ALTA FREQUENZA contre le peu de motivation suscitée par la semaine du développement durable ressemblerait presque à un bon poisson d’avril.

Pourtant le sujet préoccupe trop la population pour qu’elle accepte son indignation feinte

C’est bien plus que démagogique de la part d’un Président qui sait  :

Depuis plus d’un an que la population et les associations ne veulent plus des centrales au fioul, et lui demandent d’insister auprès du Président de la République, qui était alors Président  de l’UE, pour que la France exprime enfin sa volonté de raccorder la Corse au GALSI.

Qu’il a lui même publiquement annoncé en avril 2008 qu’il était ouvert à toutes les propositions.

Que les associations proposent de palier l’éventuelle absence de GALSI par un recours à l’utilisation du GNL pour que les futures centrales soient, dans toute éventualité, alimentées au gaz naturel, dont la combustion est bien moins polluante que celle du  fioul lourd.

Que les associations se sont à plusieurs reprises exprimées  pour un recours accru aux ENR, et notamment aux STEP qui permettrait d’augmenter la production d’électricité sans pollution à partir de nos ressources hydrauliques.

Que les associations souhaitent exposer ces solutions à la Commission Economique, voir à un spécialiste de l’ADEC.  Malgré que nous et lui sachions pertinemment que ces solutions sont unanimement reconnues, rentables,  et pratiquées dans tout l’hexagone, en Europe, dans le monde.

Sauf en Corse.

Le Président de son groupe politique à l’Assemblée de Corse lui aussi nous avait reçus et feint de croire à l'intérêt pour nos propositions, et promis d'y réfléchir.  Chi zucca bivitoghja !

Alors si, pour cette nouvelle semaine du vent, seuls les pouvoirs publics devaient assurer  une représentation de circonstance et protocolaire, aux côté des seuls politiques, ils ne peuvent que se le reprocher. 

Il y a 52 semaines et 365 jours dans l’année pour montrer qu’on pourrait faire quelque chose pour observer les émanations des centrales thermiques au fioul.

Il ne suffit pas, comme le fit en 2005 le rédacteur du projet  d’arrêté préfectoral, de consulter la DSS pour avoir son avis, puis de faire fi de ses réserves avant de le soumettre à la signature au Préfet. Ou de déclarer en octobre 2007 « Je trouve que dire qu’il faut faire encore davantage sur le volet santé, cela me paraît être un peu excessif ».  Ou de ne pas être en mesure en 2009 de fournir les relevés d’autosurveillance d’une TAC qu’on est sensé contrôler.

Et de venir demain, pendant une semaine, pérorer et oser nous parler de Développement Durable.

Le mirage de la ligne MAGINOT ne suffit plus à tromper la population.

Et si le Président de l’Exécutif avait véritablement voulu s’employer à œuvrer en faveur du Développement Durable, on l’aurait perçu dans la réécriture du « nouveau » PADDUC qu’il s’apprête dès demain à présenter à Oletta.

Nous avons fouillé les phrases contenues dans les parties du document relatives aux centrales thermiques, au développement des ENR, à la qualité de l’air.

Rien, rien,  désespérément rien, ne nous montre une amélioration dans sa conceptualisation de notre avenir énergétique. Où sont les STEP, l’alternative GNL ?

On peut même y lire que si  Qualit’air Corse nous dit que la qualité de l’air est bonne, c’est qu’elle l’est !   La Collectivité de Corse, par son bras armé l’Office de l’Environnement, fait son auto-surveillance et s’en auto-satisfait. Pas la population.

Le capteur de PM 10 de Bastelicaccia est resté un an en panne. C’est comme ça qu’elle est bonne la qualité de l’air à Ajaccio ?

Heureusement que la  notion de bilan carbone à été couchée dans cette rédaction. Quant aux moyens de la mettre en œuvre !

POISSON d�AVRIL en 2005 sur les BORDS de SEINE �.. comme en CORSE !

La Centrale thermique de PORCHEVILLE présentait, en 2005, beaucoup de similitudes avec les actuelles centrales de Corse.

C'est ce que l’on peut lire dans un article paru le 6 avril 2005 dans « Le courrier de Mantes » au sujet de la centrale thermique à flamme du 92.

Pour vous épargner une lecture totale nous avons mis en gras les similitudes avec nos centrales de Corse.  On a aussi mis en GROS ce qui l’est ! On a même retrouvé une trace du moteur propre, notre poisson d'avril de novembre 2005!

Les positions exprimées par le récent avis de l’AFSSET sur la dangerosité des doses de polluants faibles, mais constantes, sont déjà perceptibles

Avant d’être sollicitée par l’association du 92, visiblement,  la DRIRE n’avait pas vu.  C’est pas des espions !

 Et le CLIS de Corse que voit-il ?

Extraits :

Lire la suite