Aujourd’hui 30 mars 2009, Corse Matin se fait l’écho des propos du Directeur de la DREAL, la « nouvelle » Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement.

 

Les usagers des « ex » DRIRE, DIREN et DRE auront désormais un interlocuteur unique !

 

Le Directeur Régional de cette DREAL révèle les objectifs de la nouvelle structure : « impulser auprès du Préfet de Région la politique globale de Développement Durable ».

 

L’article précise que le redéploiement opéré aura le mérite d’accroître l’efficacité des services publics « autour du préfet de Région ». Il y aura même un site énergie sécurité !

_____

 

A quelques jours de la semaine du Développement Durable, voilà une communication qui ressemble à un poisson d’avril !

 

ll faut savoir que les relations des « ex » avec les associations de défense de l’environnement sont souvent réduites à moins que la « plus simple expression ».

 

En fait, pour obtenir des informations, les Associations sont le plus souvent obligées d'en recourir à la CADA (commission d'accès aux documents administratifs) pour obtenir les données  environnementales que ces lignes Maginot décentralisées leur refusent.

 

Allez donc savoir pourquoi ?

 

Il y aurait-il matière à dissimulation entre les entités investies par l’Etat, et celles investies par la population pour veiller sur l’Environnement?  Les Associations apparaissaient-elles jusqu’alors aux (ex) Directeurs comme des ennemis des objectifs du Grenelle de l’Environnement ?

 

Alors quand l’article parle : «d’impulser …..d’accroître l’efficacité …. autour du Préfet de Région »  les Associations mesurent le chemin à parcourir.

 

Exemple :

 

Notre partenaire U LEVANTE a demandé fin 2009 à l’ « ex » chargé de contrôler la centrale thermique du Vazzio de lui communiquer les résultats d’auto surveillance de la TAC (turbine à combustion). L’ « ex » a répondu qu’elle n’en était pas en possession. ARIA LINDA a depuis relayé cette demande auprès de Monsieur le Préfet de Région par une lettre du 25.01.2009.

 

La réponse viendra-t-elle de la « nouvelle » DREAL ?