C'est ce que nous apprend Corse Matin du 23 mars 2009.

Les syndicalistes réaffirment leur conviction et demandent aux élus de montrer la leur et d'oeuvrer pour obtenir enfin le raccordement de la Corse au gazoduc GALSI.

ARIA LINDA, sur les mêmes positions, pressent un manque de volonté politique et un risque d'abandon du projet.

C'est bien pour y palier que nous avons proposer de substituer le gaz naturel par du GNL, donc du gaz naturel liquéfié acheminable par méthaniers.

Ca marche partout dans le monde.   Au Japon c'est l'unique mode d'approvisionnement du pays, et nos voisins utilisateurs (les Marseillais) de la centrale thermique de Martigues, eux, y ont droit.

Et puis nous n'allons pas rester en marge de l'évolution Européenne (bientôt les élections...la campagne) qui a bien intégré la place du gaz dans son avenir énergétique puisque la directive « gaz » 2003/55/CE reconnaît le droit aux États membres de considérer la sécurité de l'approvisionnent comme une obligation de service public.  http://europa.eu/scadplus/leg/fr/lvb/l27047.htm

Voir l'article ci-après

Lire la suite