Réussir à mobiliser 400 à 500 personnes sur le cours Napoléon pour contester l’implantation d’une centrale au fuel sur un site inapproprié est relativement difficile.

Nous l’avons fait le 16 février 2008.

 

Réussir à mobiliser le même nombre de participants un samedi après-midi, sur un terrain agricole dans la vallée de la Gravona était un pari assez osé.

Nous l’avons fait le 1 mars 2008.

 

En effet, au moment où nous avons appelé au rassemblement sur le site des Budiccie, à 14h30, les enfants ont beaucoup d’activités sportives et culturelles, et les parents les y conduisent. Reste que le travail de sensibilisation mené aux portes mêmes des écoles, aura des prolongements au-delà du 1 mars 2008. L’accueil des parents a été en effet très prometteur.

 

Malgré ces deux « handicaps » qui nous privaient d’un potentiel important de participants, le rassemblement a dépassé nos espérances à plusieurs titres.

 

Les familles ont pu apprécier, in situ, ce que le préfet a qualifié de « meilleur compromis » pour y implanter une centrale au fuel dite « propre », en imaginant des cheminées crachant leur poison à 40 m de hauteur. Certains évoquaient les sombres  nuages récemment aperçus au dessus de l’actuelle centrale, elle aussi dite « plus propre » depuis 2005.

 

Le préfet, rencontré le 16 février 2008, s'est engagé à transmettre notre demande de surseoir à l'implantation sur ce site au ministre de l'industrie. Pas de réponse depuis 15 jours. Il nous pourtant fait part de l'urgence à remplacer les centrales actuelles

Les tout petits étaient là et participaient ainsi à leur première action de résistance citoyenne. Quelques papas expliquaient que la sieste du dernier né n’avait pas permis au reste de la famille d’être parmi nous et s’en excusaient.

 

Dans la foule, on pouvait constater que quelques nouveaux était venus se joindre aux élus fidèles, ceux de la première heure, ceux qui ont défendu notre motion à l’assemblée de Corse le 7 février 2008, et ceux qui ont signé la lettre d’engagement des candidats.

 

Pourtant leur présence aussi n’était pas garantie en période de campagne. On-t-ils compris que le 1 mars, la campagne électorale portait véritablement son nom sur le site des Budiccie pour y venir si nombreux?

 

Pourtant si l’objectif de la caméra attire le candidat, nous ne devons pas nous tromper de candidat les 9 et 16 mars. Ceux qui étaient là ne partagent pas forcément nos convictions en matière de rejet de la centrale au fuel.

 

Un des candidats présents prône sur ses tracts pour un raccordement au câble, ce qui remettrait totalement en cause le trépied énergétique voté par l’assemblée de Corse ! Ce n’est pas notre objectif.

 

Une conseillère territoriale nous explique que le vote rejet de notre motion est le fruit d’une méprise de la part de son groupe politique. Ils pensaient que nous remettions en cause l’ensemble du Plan Energétique Corse !

 

Nous lui confirmons que seuls l’article 4 du trépied et le site choisi par le préfet étaient contestés. Jean BIANCUCCI qui a soutenu notre motion, lui propose de travailler à la prochaine motion qui sera déposée à l’assemblée de Corse.

 

Pour nous associatifs, cet échange entre les conseillers territoriaux semble être le signe d’une avancée. Pour autant nous souhaitons la voir confirmer.

 

Nous avons en effet assisté aux 4 heures d’obstruction auxquelles se sont livrés les deux présidents dans la nuit du 7 au 8 février 2008, et leur issue par un vote de coalition contre nature à 4h du matin, hors caméra, en rejetant la possibilité d’un vote par groupe. Dans son discours au conseil énergétique le président SANTINI s'était pourtant déclaré ouvert à toutes les propositions. Il n'a que la notre et participe à la rejeter sans aucune argumentation opposable!

 

La liste des candidats qui sont nos alliés déclarés dans ce combat, indépendamment de leur appartenance politique, est en ligne sur ce site. Si d’autres candidats souhaitent afficher leur volonté de reconnaître que le bien fondé de notre action est plus salutaire que la sacralité affichée pour rejeter notre motion, ils peuvent télécharger sur ce site le formulaire d’engagement des candidats et nous le faire parvenir.

 

Nous avons invité les participants au rassemblement du 1 mars à un vote sanction lors des élections des 9 et 16 mars 2008 à l’encontre des candidats qui ont décidé de nuire à la santé de nos enfants, à notre santé et à notre environnement.