Mais que se passe-t-il à Lucciana?

6

A en juger d'après les données affichées sur le site de Qualitair Corse, il y aurait eu quelques défaillances de la mesure des PM 10 depuis le début du mois de mars 2014, et globalement il faut le dire depuis le début de l'année 2014.

Sur les 20 premiers jours de mars, 7 jours manquent à l'affichage en données journalières.

6

C'est très intéressant de nous informer sur la pollution d'importation, dont la planète tout entière peut avoir connaissance, et de lancer des alertes à ce titre.

Pour autant il serait tout aussi intéressant de nous informer sur la concentration en PM 10 générée chez nous, dans un périmètre assez sensible:

Celui des deux centrales thermiques y produisent en même temps: la vieille centrale et la nouvelle!

Est-ce si catastrophique?

Regardons la journée du 20 mars 2014:  la concentration moyenne, en données journalières, mesurée par le capteur est de 33 µg/m3.

Mais regardons qui s'est passé en données horaires ce 20 mars 2014:

Pour cette journée la concentration en microparticules PM 10 a évolué entre 19 µg/m3 et 83 µg/m3, ce qui donne une  moyenne presque rassurante de 33 µg/m3! ( deux fois l'objectif de qualité)

Les candidats aux municipales de Bastia et du grand Bastia ne devraient-ils pas s'intéresser à la qualité de l'air qui entre dans les poumons de leurs électeurs?

Impériale, la Cité

Côté Ajaccio et grand Ajaccio, les sortants des 10 communes de la CAPA ont indiqué leur intention de délibérer pour l'arrêt de l'exploitation des centrales thermiques.

Le sortant d'Ajaccio, qui nous a verbalement informé de ses intentions en ce sens, n'a pourtant toujours pas notifié son intention. Problématique.....

 

 

 A Ajaccio aussi ça craint!

Merci à Sophie pour ces clichés

 

Revue de presse

 

Pic de pollution: ESF porte plainte pour mise en danger de la vie d'autrui. Article

Eolien flottant: Article

Boire ou produire: le journal de l'Environnement s'interroge.

Extrait : Chaque année, le secteur énergétique mondial utilise un peu moins de 600 milliards de mètres cubes pour satisfaire nos besoins énergétiques.

C’est un cercle vicieux. Il faut de l’eau (beaucoup) pour produire de l’énergie. Et à mesure que nos besoins énergétiques iront croissant, l’eau sera de moins en moins accessible. Voire de plus en plus rare. Que faire pour sortir de cette spirale infernale?