Réduire de 50 % et même de 90 % les émissions des centrales thermiques au fioul lourd d'EDF:
m
m
visiblement, c'est possible! 

1) D'abord verifier que la surveillance obligatoire des émissions des centrales est bien assurée. En 2011, le préfet avait demandé, par arrêté préfectoral d'exploitation, le rétablissement de 3 points de mesure autour de chaque centrale.

Vrai pour la centrale du Vazzio? 

 Il y a un point de mesure (industrielle) situé au lieu dit Piataniccia.

2) Vérifier de la bonne localisation du (des 3) point(s) de mesure.

Pour cela choisir un jour qui permet d'éviter d'indisposer le capteur avec les sources parasites que sont:  la circulation, les carrières, les centrales à béton et à enrobé qui émettent des microparticules, tout comme la centrale du Vazzio. 

Ci-dessous, capture d'écran, sur le site de Qualitair Corse, de la concentration en microparticules PM 10 mesurée pour le dimanche 13 octobre 2013. Le tracé de la cabine de mesure 10 Piataniccia est en bleu gras.

p4
Le dimanche, les carrières et centrales à béton et à enrobé de la vallée de la Gravona n'étant pas en activité, on ne constate donc pas le "traditionnel" pic PM 10 de 7h à 8h que l'on pourrait, éventuellement confondre avec les émissions de la centrale EDF du Vazzio.
Par chance, service public oblige, le dimanche, la centrale du Vazzio continue de fonctionner même le dimanche.
4

p
Toujours dimanche 13 octobre 2013, dans l'après midi, les cabines de mesure du centre d'Ajaccio enregistrent des concentrations en microparticules PM 10 supérieures à celle mesurée par la cabine de Piataniccia. 
Cette cabine est portant censée mesurer les émissions de la centrale EDF du Vazzio: 190 tonnes par an en 2008, 165 tonnes par an en 2011. Ces chiffres tout à fait officiels et publics, sont ceux mis en ligne par l'institut français des émissions polluantes.
Soit, chaque jour environ 500 kg de microparticules émis.
m
La courbe bleue de la mesure PM 10 enregistrée par la cabine de Piataniccia en ce dimanche est la plus proche de celle enregistrée par la cabine située en pleine montagne.....à Venaco....où il n'y a pas de centrale thermique!4

Après avoir pris toutes ces garanties sur l'efficience et la bonne localisation du (des 3) point(s) de mesure, passons à quelques démos complémentaires:
p
 4
Démo début:
Passons au lundi 23 septembre 2013: Pour réduire visiblement les émissions de la centrale de 50 % il suffit de ne photographier qu'un seul conduit des deux conduits de fumée!
4

4
Démo suite:
4
Et, pour obtenir une réduction des pollutions cancérigènes émises par la centrale digne de celle annoncée récemment par un député insulaire: 90 %, il suffit de placer la cabine de mesure industrielle à 5 km des 2 cheminées....
m
Super, c'est déjà le cas de la cabine de mesure de Piataniccia!
m
Par contre, la cabine Piataniccia relève immanquablement le pic PM 10 caractéristique de la reprise d'activité des carrières de la vallée de la Gravona en ce lundi de 7 à 8h.    C'est pas tous les jours dimanche!
m

Démo fin:
4
14.10.2013 à 16h59, encore un lundi: la cabine de mesure de Piataniccia ne semble toujours rien voir des "émissions gazeuses" pourtant bien visibles, sur notre photo contrastée, de la centrale du Vazzio

  p
A défaut de (3) capteur(s) bien situé(s),
testons une bonne "parabole"...
4p
Alors que la nuit vient de tomber, un passant intrigué par le manège d'un homme qui parait chercher quelque chose, s'approche de lui et lui demande: "Vous avez perdu quelque chose?"
 
L'homme répond: "Oui, un billet de 50 €"
 
A la faveur du lampadaire, le passant se met alors à chercher, puis ne trouvant rien questionne à nouveau: "Vous êtes sur de l'avoir perdu ici?"
 
"Non, là bas...." répond l'autre en désignant un coin dans la pénombre " .....mais ici, il y a de la lumière!"
p4
Bientôt transposable à la qualité de l'air et à la Santé?

L’expert qui ne détecte pas les termites risque d’assumer la reconstruction

Selon la Cour de cassation, le diagnostiqueur qui n’a pas su déceler l’ampleur de l’infestation d’une maison par les termites, doit indemniser intégralement le propriétaire de la démolition et reconstruction rendues nécessaires.

L'expert chargé d'établir un diagnostic parasitaire obligatoire avant une vente immobilière prend le risque d'assumer le coût des réparations, voire de reconstruction de la maison, s'il n'a pas décelé ou a mal évalué l'activité des termites. La Cour de cassation en a décidé ainsi, dans une affaire qui révélait une désinvolture de l'expert chargé du diagnostic avant la vente de l'immeuble, car il n'avait pas réalisé de sondages dans la construction.

Cet expert contestait cependant sa condamnation en soutenant que même s'il avait réalisé correctement sa mission et découvert la présence de termites, l'acheteur n'aurait pas été en possession d'une maison saine. Il en déduisait que le condamner à payer la démolition et la reconstruction d'une maison neuve, après traitement du sol, était excessif. Ce, d’autant plus que la maison avait été acquise pour un prix extrêmement modique du fait de sa vétusté…

Mais pour les juges, l'ampleur des dégâts n'ayant pas été constatée avant la vente, du fait de la mauvaise réalisation du diagnostic, sa découverte tardive a obligé l'acheteur à démolir le bâtiment, ce qui doit être intégralement indemnisé.


Pour consulter l’arrêt  lien  Article AFP

GALSI: sempre vivu?
p
Si l'on en croit une récente décision de l'Europe, le GALSI serait (toujours) dans la liste de quelques 250 projets de structures finançables.....en concurrence avec beaucoup d'autres!  Du coup le site du consortium affiche, pour le deuxième semestre de 2014,  une nouvelle date de décision finale d'investissement lien.  Depuis 2011, les annonces se succèdent.....
En Europe chacun veut construire son propre gazoduc...... même les insulaires ont le leurre.