Centrale à gaz-sans gaz du VAjaZZIO:

GDF Suez accélère son virage stratégique vers l'Asie

 

Un article de la Tribune en ligne semble confirmer les inquiétudes de ceux qui, depuis EDF-GDF Corse, affectent encore de croire à l'avènement du gaz naturel en Corse.

Selon ces sources, Gérard Mestrallet, GDF Suez, ne jurerait plus que par l'Asie et n'envisagerait pas une seconde de faire travailler sa filiale GRT Gaz en Corse....... pour seulement 6,5 % de rémuneration des capitaux immobilisés.  Capitaux que l'industriel devrait mobiliser pour construire la jonction gazière Lucciana-Bastelicaccia, alias Cyrénée dont la seule étude a coûté 7 M €....les deux bras!

On peut comprendre qu'avec des pertes en bourse de plus de 35 % en un an, et un bénéfice net qui se serait effondré de 61 % sur la même période, l'actionnariat du groupe soit assez frileux pour être plus philanthrope que son concurrent EDF. 

Et de là à souhaiter bénéficier, comme EDF, des conditions économiques plus incitatives offertes par l'arrêté du 23 mars 2006 applicable pour les installations de production électrique dans les zones non interconnectées (ZNI), il n'y a qu'un pas......qui aurait été vite franchi!

Cet arrêté prévoit en effet dans son Article 1

En application des articles 56 et 76 de la loi du 13 juillet 2005 susvisée, le taux de rémunération nominal avant impôt du capital immobilisé dans des investissements définis ci-dessous et réalisés dans la collectivité territoriale de Corse, dans les départements d'outre-mer, dans la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon et dans la collectivité départementale de Mayotte, utilisé pour calculer la compensation des charges mentionnées au 2° du a du I de l'article 5 de la loi du 10 février 2000 susvisée, est fixé à 11 %.

Ce taux s'applique à la rémunération du capital immobilisé dans les investissements suivants :


- création de moyens de production nouveaux ;
- augmentation de capacités de production existantes ;
- mise aux normes environnementales de capacités de production existantes ;
- rénovation de capacités de production existantes.

Mais, dans un autre article, celui de BFM Business, le Boss de GDF Suez se défend, bien sur, de vouloir abandonner la vieille Europe.......et ses 11 % attribués, au vu et au su de la commission Européenne de l'énergie, à une ZNI qui n'en n'est plus une.....depuis qu'EDF y dépasse allègrement les 5 % dérogatoires d'interconnexion fixés par la directive Européenne de 1996!
m
Il reste donc, ainsi que nous le rappelons régulièrement, à formaliser l'engagement de l'Etat à travers une nouvelle PPI électricité et une nouvelle PIP gaz et officialiser la prise de position de l'Etat. Gérad Mestrallet a bien raison d'exprimer quelques réserves face aux documents normatifs actuels qui imposent soit le fioul lourd, soit le gaz naturel à la double condition que la GALSI soit réalisé, et que la Corse y soit raccordée.
 
"Et rien d'autre", comme aurait précisé le préfet Bouillon.

Alors, faisons-nous notre propre religion: le PDG d'EDF, qui sera en Corse fin avril pour inaugurer (en grande pompe, mais sans STEP) le barrage du Rizzanese, devrait être capable d'indiquer à des jounalistes (qui seraient assez libres pour oser lui poser la question) s'il est officiellement fixé sur le mode d'alimentation des nouvelles centrales de Corse. 

En attendant, les inquiétudes des personnels d'EDF-GDF Corse, quant au renouvellement de la centrale du Vazzio, persisteront. Et ce n'est pas le long silence radio de leurs représentants syndicaux qui les rassurera.

Sinon il leur faudra attendre un mois de plus que Delphine BATHO foule le sol de la Corse.

 

Révisonnisme
climatique

Voici le message que nous a adressé un internaute qui a découvert, au cours d'une réunion débat organisée par Auropa Eculugia I Verdi (EELV en Corse), que tous les Maires de France avaient été rendus destinataires, pour diffusion à la population, d'une  "note scientifique"  (lien)  intitulée:

"Le réchauffement climatique a cessé"

et le commentaire de cet internaute:

" J'ai appelé la Société de calcul mathématique, ils m'ont répondu qu'ils avaient eux-mêmes envoyé ce courrier à toutes les mairies de France et pas agi pour un client... cela me semble assez douteux.  

J'ai un peu recherché qui est ce Bernard Beauzamy (son vrai nom!) qui prédit la fin du réchauffement climatique. Un « gros » CV, ancien de l'X... qui avec sa société de calcul mathématique travaille beaucoup avec des grandes société connues pour leur engagement écologiques : Edf, Areva, Veolia et DGA (Direction générale de l'Armement).

Tout en se présentant comme scientifiques de haut vol (la caste des X, l'élite de l'élite) dans ses textes, il délire régulièrement, les écolos seraient un peu le retour de l'Antéchrist sur Terre !

D'après les études ou modélisations qu'ils ont réalisé, ils semblent être la caution scientifique de différents lobbys (lobbies). Ils ont par exemple fait une étude sur le lien nitrate-algues vertes et concluent qu'il n 'y a aucun lien démontré ! Une étude présentée au Congrès de la Coordination rurale bien connue pour son productivisme et libéralisme agricole. Le plus amusant de l'histoire c'est que Beauzamy dénonce à longueur d'éditorial ces scientifiques qui n'ont pas de compétences mathématiques. Dans le cas des nitrates et des algues où sont ses références en agronomie-chimie et biologie ?

 
On retrouve des accointances avec toute la galaxie internationale des négationnistes du réchauffement climatique dont la bête noire est le GIEC.

Tous ces anti GIEC s'agitent pas mal sur le Web faute d'audience sur les médias traditionnels.

Je vous joins le lien vers l'émission de France culture du 27 mars 2013 à 12h « Les experts disqualifiés » où un certain Sébastien Balibar, physicien (encore un X, là on peut parler de mafia) raconte n'importe quoi sur Michèle Rivasi, en particulier vers la 28 eme minute. Balibar,qui critique les faux experts, ne semble pas plus qualifié pour parler de rayonnements ionisants, de biologie et d'antennes relais et ses effets sur la santé."