Association Aria linda

jeudi 29 septembre 2011

La Corse doit elle avoir peur de la France?

Merci à Bastien pour l'article sur les 2 millions individus victimes de la pollution chaque année dans le monde.

En Corse, ce serait autrement........la qualité de l'air serait bonne malgré les 500 kg de microparticules émises chaque jour par cette centrale....un exploit!

Si l'on en croit les autorités locales qui imputent la mortalité aggravée à nos moeurs tabagiques et à notre alcoolémie proverbiale, la Corse ne serait pas concernée.

Et si vous en doutiez, ce qu'elles nous présentent de la qualité de l'air locale leur permet de vous rassurer. Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois!

Manuel VALLS de passage à Ajaccio a dit « La France ne doit pas avoir peur de la Corse »

..... Manu, réfléchis un peu, c'est tout le contraire:

Non lieu Tchernobyl,

Amiante,

Fioul lourd des centrales thermiques, des navires à quai,

Caravelle,

sang contaminé,

pollution d'importation,

plutonium made in France en provenance de Fukushima,

karachi,

C'est plutôt à la Corse d'avoir peur de la France!

Hier se tenaient, au palais des congrès d'Ajaccio les ateliers de l'Agenda 21 de la CAPA. Une occasion de constater que la fréquentation du plan d'eau (4 navires à quai et au moteur) reste bonne en cette fin septembre!

Dans ce même bâtiment, une motion demandant que les navires à quai arrêtent leurs machines et soient raccordés pour leur alimentation par le réseau terrestre a été proposée, votée et inscrite dans le Grenelle de la Mer.....encore des voeux pieux?

------

On est a J-1de la FID de réalisation du GALSI!

GALSI...."Perdere questa occasione irripetibile significa isolare per sempre la nostra terra"....

Le député Sarde Mauro PILI voudrait bien trouver rapidement une solution au refus de la station de recompression par les élus d'Olbia,

mais visiblement le GALSI devrait avoir peur de la population d'Olbia!

lundi 26 septembre 2011

Sophie Antipollution

Sophie M, depuis la plage Ajaccienne de Tahiti,  a saisi deux clichés qu'elle nous a envoyés avec une remarque très pertinente:

"Nico, la fumée qu'on voit sortir des cheminées de la centrale du Vazzio ressemble tout à fait à celle des bateaux dans le port que je peux photographier et malheureusement respirer depuis mon appart. Tu crois qu'elle a la même nocivité?"

Effectivement Sophie, les émissions gazeuses (terme des hommes de l'art et des porteurs d'eau pour désigner les fumées) d'une centrale thermique lors du démarrage, ou de l'arrêt, d'un moteur sont bien plus polluantes que les émissions du même moteur en régime stabilisé.

Et tant que le catalyseur qui équipe les échappements du moteur n'est pas chaud, il est inopérant. Il en va de même pour celles de nos voitures dont les échappements sont catalysés: quand tu pars au travail le matin et que ton moteur est froid, le catalyseur n'est pas à la bonne température et lors des premiers kilomètres, ton véhicule pollue autant qu'un véhicule non catalysé.

Tu remarque est donc très pertinente: lors d'un démarrage, le moteur d'un navire à quai, ou celui de la centrale du Vazzio, qui utilisent le même combustible, du fioul lourd, rejettent des émissions gazeuses tout aussi concentrées en polluants, microparticules PM 10, PM 2,5, métaux....

Pour l'actuelle centrale de Lucciana c'est encore pire, elle fonctionne sans catalyseur sous dérogation. Elle est donc excessivement polluante même lors du régime stabilisé....au point que le préfet de Haute Corse a adressé en janvier 2011 une mise en demeure à l'exploitant EDF, lui demandant de respecter les VLE, valeurs limites d'émission.

Ce qui signifie clairement qu'avant cette mise en demeure, qui n'est peut-être pas sans rapport avec nos courriers de fin 2010 aux 2 préfets de Corse, des valeurs limites imposées par les arrêtés préfectoraux d'exploitation étaient dépassées!

Sophie, l'histoire se répète. Alors un petit coup d'oeil dans le rétroviseur, ça renseigne toujours sur l'avenir ! Voici un extrait très coquin de ce qu'écrivait un candidat en campagne pour les municipales de 2008 à Lucciana:

Lucciana une commune qui avance dans l'accroissement de ses ressources :

« La réalité » :

.......et surtout le choix de l’Assemblée de Corse de construire la centrale thermique à Casamozza avec des règles environnementales très strictes et des

moteurs diesels convertibles en attendant l’arrivée du GALSI.

La réalité, aujourd'hui, c'est que l'arrêté préfectoral du 14 septembre 2010, prévoit l'alimentation de la future centrale de Lucciana au fioul lourd sans limitation de durée, et qu'à J-4 de la fin du délai prévu pour la signature de la décision finale d'investissement, il est temps de réaliser que le GazoducArLéSIen se fera attendre durablement. *

Lucciana, une commune qui avance dans l'accroissement de ses........pollutions!

De quoi faire réfléchir les Maires de Corses du Sud, qui la veulent cette centrale au gaz!

"Une centrale au gaz et rien d'autre", promise par un préfet qui a bien pris soin de ne promettre ni le gaz, ni le plan B.

Une centrale au gaz, pour laquelle un autre préfet se dira "bien obligé" de signer un arrêté préfectoral prévoyant l'alimentation de la future centrale de d'Ajaccio-Bastelicaccia au fioul lourd et sans limitation de durée.

Impossible? Bien avant Tonton le médecin, Antoine le banquier et Jean-Baptiste le trésorier éleveur, Napoléon l'avait déjà énoncé: impossible....cela n'est pas français.

D'autant qu'EDF a commandé à MAN des moteurs conformes à l'appel d'offre rédigé par EDF: des moteurs conçus pour fonctionner au fioul lourd comme combustible principal, pouvant être convertis pour fonctionner au gaz dans un deuxième temps.

 

 

Allo Tonton, pourquoi tu tousses?

Tu te souviens Sophie, que le président de l'exécutif n'a toujours pas répondu à notre lettre de demande d'audience au sujet de la pollution des navires à quai. On la lui a expédiée par la poste le 29 mai 2011, doublé notre envoi par mail et relancé par mail son secrétariat. 

dimanche 25 septembre 2011

Pour juger de l'utilité publique des centrales thermiques, ce qui est important c'est le "pourcentage suffisant de population départementale potentiellement exposée"

Dans l'argumentation sur l'utilité publique de la future centrale d'Ajaccio-Bastelicaccia, il est dit que la dispersion qui s'appliquera au futur site est bonne alors qu'elle n'a jamais été étudiée, ni constatée.

De même, et malgré les affirmations de Ferrari devant le conseil supérieur des installations classées, en révélant ce qu'on ne peut voir à l'oeil nu, il est évident que la dispersion de l'actuelle centrale du Vazzio est loin d'être bonne.......surtout lorsque la vitesse d'extraction des émissions gazeuses (fumées) n'est pas conforme à celle prévue par l'arrêté préfectoral d'exploitation.

L'émission moyenne journalière de microparticules est de 500 kg, ce qui représente 190 tonnes par an.

D'énormes volumes qui sont donc libérés dans notre atmosphère sans aucun suivi: depuis la fin de 2006, la station de mesure de Piataniccia (située au niveau du collège de Baléone Commune de Sarrola Carcopino...plus de 600 élèves!) n'est plus équipée d'un capteur PM 10 capable de mesurer ces émissions. Alors, depuis que les associations ont rappelé aux préfets de Corse que cela faisait partie des obligations de mesure de l'exploitant, la mesure PM 10 devrait "bientôt" être rétablie.

Tout cela est également fait pour rattraper un oubli de taille: en effet, aucune mesure d'alerte en cas de dépassement des seuils n'était plus prévue depuis 2007 dans les arrêtés préfectoraux autorisant l'exploitation de la centrale du Vazzio!

Vous pensez immédiatement: "tout est bien qui finit bien". Ce n'est pas évident si l'on se réfère aux propos échangés lors de la réunion du CODERST du 21/06/2011....... juste après vous avoir signalé que depuis fin 2006, les obligations de surveillance d'EDF sont traitées par.......Qualitair Corse.

"Le secrétaire général considère que Qualitair Corse doit compléter son dispositif "

" M. NOTTON (ndlr: C'est le Président de Qualitair Corse) fait observer que le budget de l'association est limité et que le réseau de mesures ne peut être étendu"

Pas évident du tout surtout quand "on" ne sait plus qui doit financer le remplacement du *réseau spécifique des obligations de mesure d'EDF, et qui doit financer les charges d'exploitation liées à ces obligations. (* réformé et non remplacé par Qualitair fin 2006)

Cerise sur le gâteau: le nouvel arrêté ne prévoit pas d'alerte sur constat d'un dépassement sur la seule station de Piataniccia!

 

Il va maintenant falloir montrer qu'il y a "un pourcentage suffisant de population départementale potentiellement exposée" pour que la station de mesure de Caldaniccia soit enfin prise en considération.  Cette station a pourtant démontré en 2004-2005 qu'elle était la seule station potentiellement capable d'enregistrer un dépassement en microparticules, contrairement aux deux stations urbaines.

 

 

Vu que les deux centrales thermiques de Corse consomment la moitié des combustibles importés sur l'ile...

vu que la puissance installée de la centrale du Vazzio est le double de celle de Lucciana....

....la centrale du Vazzio doit consommer près des 2/3 du fioul lourd importé, et donc près d' 1/3 de la somme des combustibles importés sur l'ile..

...rien donc de comparable à la consommation urbaine de la ville d'Ajaccio et à la fumée de nos véhicules qui seraient, à en croire les hommes de l'art et les porteurs d'eau, imités par certains élus, la source de tous nos maux!  

 

vendredi 23 septembre 2011

Les militants environnementalistes de Corse bientôt sur les listes du WWF?

 Cunsigliu di topa e dannu di farina

C'est la répartie adressée par le Maire de Bastelica à un militant du GARDE. Ce militant venait de dire, au cours de la réunion du SAGE (schéma d'aménagement et de gestion de l'eau) du 15.09.2011, que les effluents de certains des ateliers de charcuterie situés sur sa commune s'écoulaient, sans traitement, directement dans les eaux qui alimentent le barrage de Tola.

Le Maire de Bastelica lui a répondu que ce constat devait être assez ancien puisque tous les ateliers situés sur sa commune avaient été équipés d'installations de traitement, et qu'il était plutôt satisfait d'arriver à maintenir et augmenter l'activité sur sa commune, élément de nature à maintenir la population dans les communes de l'intérieur. 

Quelques instants plus tard, un conseiller municipal de la commune de Tola répondait à un autre militant associatif qui s'interrogeait sur les effets polluants de la fréquentation du plan d'eau. Cet autre édile indiquait qu'il était, compte tenu des résultats des mesures de la qualité des eaux du barrage, davantage préoccupé par l'impact sanitaire que pouvaient avoir ces eaux de baignade sur les utilisateurs du plan d'eau, que par l'impact du soulagement des vessies de ces derniers. 

Il en va donc de la qualité de l'eau qui alimente le barrage, comme de la qualité de l'air en Corse: Comprend qui peut!

Pour Monsieur le préfet qui n'a probablement pu apprécier toute la portée du proverbe Cunsigliu di topa e dannu di farina , un dictionnaire en ligne en donne la traduction suivante: "Complot de rats, dégâts de farine (Personnes se réunissant en secret, préparant un mauvais coup)"

Des propos qui ajoutent à ceux d'un président de Conseil Général en présence d'élus et d'un représentant de la préfecture :  "Il faut que nous nous soulevions  pour lutter contre le lobby des associations....à force de lutter pour la protection du lézard, de la libellule et des crapauds, il ne restera plus que ça et nous, nous aurons disparu."

Des propos qui ressemblent à ceux d'un responsable d'EDF PEI qui a d'ailleurs pu en préfecture, sans aucune censure, également s'attaquer à l'action d'élus territoriaux et européens, devant un préfet imperturbable.

Plus récemment, se sont les affiches d'associatifs opposés à l'implantation d'une centrale au fioul lourd qui auraient été retirées sur décision d'un élu, qui aurait ensuite déposé une plainte. Dans la commune en question, où le débat entre les pro et les anti centrale est vif Manuel VALLS, a hier déclaré que " Le fioul lourd ne peut-être la source d'alimentation des deux centrales à venir".

Comme l'a suggéré le préfet au cours de la réunion du SAGE, alors que la discussion avait évolué vers le respect de la loi littoral, travailler avec les associations semble préférable à l'affrontement.

Merci à Jean Paul L pour ses clichés qui, pour l'instant..........ne comportent pas encore d'image de battue à l'environnementaliste ! Mais qui sait si les environnementalistes de Corse ne risquent pas de figurer, aux côtés d'autres espèces à protéger, sur les listes du WWF.

Otages....
Sur le continent on joue avec les mécanismes de la peur.......On appelle ça le syndrome de Stockholm!  Oui, les lobbies savent toujours nous faire réfléchir sereinement pour nous faire avaler des couleuvres.
Par exemple pour nous faire admettre qu'Il faut bien accepter de payer le gaz plus cher pour éviter le retour à la bougie:  extrait d'un article du Parisien : "GDF Suez fait régulièrement valoir que ses contrats à long terme, négociés avec les grands exportateurs de gaz (Russie, Norvège, Algérie), peuvent certes s'avérer plus chers que le prix du marché, mais qu'ils mettent à l'abri les consommateurs français de rupture d'approvisionnement en cas de flambée de la demande, en plein hiver notamment."
Au plan local, on en joue aussi sur la peur pour nous faire admettre qu'Il faut bien accepter de continuer à supporter la pollution du fioul lourd pour éviter le retour à la bougie.

jeudi 22 septembre 2011

Hommes de l'art....ou de l'arnaque?

Selon les dires de Georges SEIMANDI, GRT Gaz, le sort de Cyrénée ne serait pas intimement lié à la réalisation du GALSI,

Selon les annonces d'Henri PROGLIO, EDF, les centrales de Corse pourraient être alimentées au GNL,

Attachons nous au mât du bateau pour échapper au chant des sirènes (Cyrènes?) et relisons la double condition imposée par la PPI de 2009:

"Pour la Corse, les nouvelles centrales thermiques fonctionnent au gaz naturel, dès lors que le raccordement de la Corse au gazoduc Algérie-Italie via la Sardaigne (Galsi) est réalisé."

_____________

Dans son article Les Echos signale que La fraude scientifique s'intensifie dans les revues 

extrait:

"Parallèlement, la lutte contre une autre pratique, le « ghostwriting » (auteur fantôme), devrait se durcir. Elle consiste à faire signer par un chercheur universitaire influent dans sa discipline un article élogieux ficelé par un industriel."

 

 

_____________

Ce 21 septembre 2011, les associations A Sentinella et Aria Linda ont donné une conférence de presse

L'interview réalisée par Alta Frequenza

Même si on nous assure que la qualité de l'air est bonne à Ajaccio alors que 500 kg de microparticules y sont émis chaque jour depuis la terre,

et même si l'on n'y détecte pas la pollution émise par les navires depuis le port et la mer....

...les associations demandent le passage au fioul léger de la centrale du Vazzio. La trame de la conférence de presse.

_________

En Corse on pourrait produire de l'électricité en visant 100 % de part renouvelable, mais l'industriel qui remplit une mission de service public préfère les centrales thermiques au fioul lourd. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!

 

 

 

 

 

 

lundi 19 septembre 2011

Double HOLD UP : sanitaire et intellectuel sur l'émission de particules émises par les centrales au fioul lourd.

La ville d'Alghero en Sardaigne a prévu de réaliser son réseau de distribution de gaz: il serait alimenté par le gazoduc GALSI.

30 à 40 % d'économie pour le consommateur de gaz et 20 % d'émission de CO2 en moins sont escomptés.

Selon le site GALSI, la décision finale de réaliser le gazoduc devrait intervenir avant la fin du 3 eme trimestre.

 

Les 500 kg de microparticules émises chaque jour par la centrale du Vazzio :

Ca pourrait bien durer plus longtemps et s'amplifier si la population ne réagit pas! Car nous risquons d'avoir à subir les conséquences de choix purement économiques au détriment de la santé.

Notre opérateur envisagerait de faire fonctionner davantage et plus longtemps que prévu la centrale du Vazzio au fioul lourd pour s'affranchir de la mise en demeure du préfet de Haute Corse de respecter les VLE (valeurs limites d'émission) en faisant moins fonctionner la centrale du nord. Et minorer les coûts d'exploitation sur Lucciana.

Cette possibilité lui est offerte par le projet d'arrêté concocté et présenté par les services de l'Etat et Qualitair Corse lors du CODERST de la Corse du Sud du 15.09.2011.

En effet, alors que le projet d’arrêté examiné par le CODERST reconnait qu’il y avait défaillance en matière d'alerte PM 10 depuis 2007, et que son objet est précisement de remédier à cette carence, cet arrêté élimine d’emblée la possibilité de déclencher une alerte à partir d’un dépassement PM 10 qui serait constaté sur le site de mesure de Piataniccia.
 
Tout cela se passe alors qu’à nos demandes répétées et insistantes le capteur PM10 de Piataniccia (obligation de surveillance d’EDF) devrait être remis en service “prochainement” et que le positionnement même de ce capteur reste contesté.
 
Pour mémoire, les capteurs qui faisaient partie du réseau et des obligations de mesure d’EDF ont été transférés à Qualitair Corse en 2006 qui, après les avoir acceptés sans réserves, les a immédiatement retirés du réseau de surveillance.......sans pour autant les remplacer.
Selon Qualitair Corse, les capteurs utilisés jusqu'en 2006 par EDF n'étaient pas homologués!
 
Un double hold-up qui permet de mettre le couvercle sur la pollution qui impacte les populations soumises au déplacement du panache sous l’effet des vents d’ouest dominants. Le capteur de Piataniccia est en effet le seul situé à l’ouest de la centrale du Vazzio.
 

vendredi 16 septembre 2011

Fioul lourd durable

Un additif pourrait éliminer l'émission des particules émises par les moteurs diesel............. C'est notre administrateur Pierre Paul qui a dégoté cette info qui demande à être vérifiée:

Lavoisier (guillotiné en 1794!), et bien avant lui Anaxagore de Clazomènes, l'avait déjà compris " rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme"

........on peut donc bien se demander comment se transforment les particules et que deviennent leurs charges toxiques après le "miracle"

 

Un additif qui pourrait réduire les émissions des navires à quai?

Ci-dessous le cliché de Philippe depuis Bastelicaccia le 14.09.2011 à 19h10.

Merci pour nos petits poumons...... 

.........c'est le commentaire que Jean Paul L m'a adressé avec le cliché qu'il a pris ce matin 14.09.2011 à 7 h

Le défi d'EDF: une centrale au gaz pour 350 M€ et un rendement de 57 %.......c'est pas pour la Corse!

Ci-dessous le cliché de Philippe depuis Bastelicaccia le 14.09.2011 à 19h09.....on y voit les émissions d'une centrale au rendement de 35 %, et de navires, alimentés au fioul lourd.

Les plus gros employeurs français : Comment entrer au palmarès: demandez que la rémuneration des capitaux que vous investirez en Corse passe de 6,5 % à 11 % et vous serez sur la bonne voie!

  

  Le SNIEBA nouveau est arrivé.

 

mardi 13 septembre 2011

J-17 de la date limite........

J - 17 car selon le planning officiel du site GALSI, la FID ( Final Investissement Décision), la décison de réaliser le gazoduc GALSI devrait être prise au cours du 3eme trimestre de 2011.

Une décison probablement retardée par le véto de la région de Gallura quant à l'implantion de la station de recompression sur son territoire. En tous cas, le Président de la Région Sarde semble convaincu qu'il ne faut pas manquer une telle opportunité et que tout en respectant les volontés locales, il faudrait trouver une solution.

Quand Henri PROGLIO, patron d'EDF, parle du GALSI avec les Italiens.

Le big boss d'EDF qui détient déjà 50,1 % du groupe Italien EDISON doit bien avoir quelques infos récentes.

12.09.2011 à 16h38, le panache de la centrale thermique au fioul lourd impacte les populations vivant dans les habitations situées en arrière plan et continue vers la vallée de la Gravona.

 

 

SONATRACH: L'ex ministre Algérien de l'énergie Chakib Khelil (il apparait dans Lumière Noire) aurait fait de la rétention d'informations.

Philippe depuis Bastelicaccia continue de relever des indicateurs visuels de la qualité de l'air dans le bassin de vie Ajaccien

ici, c'est la journée du 11/09/2011, il semble bien que pour le moins l'ozone soit assez élevé...

il est normal qu'un citoyen s'intéresse à un vrai sujet de société. Ce qui l'est beaucoup moins c'est que les ex-candidats qu'il a porté au pouvoir aient oublié leur crédo de la précédente campagne et se comportent comme des autruches.

EXPOGAZ démarre le 13/09/2011.

Pétrole en Guyane: les environnementaux sont inquiets: forage en eaux profondes, étude impact incomplète........Ca pourrait tout aussi bien se passer dans les eaux de la Corse!

 

 

samedi 10 septembre 2011

Soeur âne, ne vois tu rien venir?

Depuis une embarcation, Philippe a pu constater que la pollution des navires n'épargne pas la ville d'Ajaccio,
m
10h55, ce 7 septembre 2011, démarrage d'un jaune
m
 
 
m
10h56', une épaisse fumée qui dégage une odeur âcre caractéristique des émissions des gros diesels marins, comme ceux qui équipent les centrales thermiques de Corse, irrite nos gorges et nos narines.....mais aucun capteur de la qualité de l'air n'enregistre.
 
 
m
La concentration de polluants dans l'air est si élevée que l'air est opacifié par les échappements du navire au départ...... au point de réduire la netteté du sigle SNCM sur le navire encore à quai. Il suffit de comparez les 2 précédents clichés pour s'en rendre compte!
m
Le président de l'Exécutif n'a toujours pas répondu à notre demande d'audience par courrier du mois de mai concernant ces pollutions. Nous attendons également une réponse de la DDTM à nos demandes de réunion.
m
m
m
Pour la région de Sassari, le gazoduc GALSI, qui pourrait traverser la Sardaigne enterré à 3 m de profondeur, serait un équipement structurant. Les Sardes y voient même l'opportunité de faire baisser un coup de l'énergie trop élevé. 
 
Mais en Gallura, le conseil municipal d'Olbia a voté à l'unanimité contre la station de compression. Une opposition de nature à mettre un terme définitif au projet puisque la traversée de cette région serait inévitable.
 
 
Tranquille,  côté des Buddicie, la population ne semble manifester aucun doute quant à l'arrivée du gaz, ni à l'absence de réel plan B qui pourrait lui éviter la double peine: un Vazzio Bis alimenté au fioul lourd pour les trente années à venir.
m
Les doutes, chacun le sait, cela irrite les préfets.......
m... 
mM
Car il faut se rendre à l'évidence, à notre connaissance, les annonces de Henri Proglio sur l'alimentation en GNL sont restées sans suite des annonces, l'étude comparative fioul lourd/fioul léger demandée par NKM à EDF est restée sans suite, et les résultats de l''étude comparative fioul lourd/fioul léger commandée par la chargée de l'énergie au bureau d'études IED tarde à être connue alors qu'elle nous avait annoncé un dénouement au cours de l'été.
m
Côté du consortium GALSI, à J-19 de la date de signature inscrite sur le planning de réalisation du gazoduc, aucun signe positif.
m
C'est encore Philippe, cette fois depuis les hauteurs de Bastelicaccia, qui nous donne une idée des énormes volumes d'air qui peuvent être pollués par les émissions de l'actuelle centrale du Vazzio
 
------
Sonatrach signe un contrat de près de 167 millions de dollars, mais pas un mot sur le GALSI.
------------
Mer démontée, hydrolienne ramenée.

jeudi 8 septembre 2011

TCHERNOBYL : NON LIEU de la france

TCHERNOBYL
NON LIEU de la france
o
Le non lieu prononcé hier a généré une multitude de réactions dans les médias, et dans la classe politique.
o
Compte tenu de son mandat, voici celle qui nous a paru la plus significative, celle de la Présidente de l'Observatoire Régional de la Santé de la CORSE.
o
o
Nous ne sommes pas surpris malheureusement, le scandale judiciaire s'ajoute au scandale du mensonge d'Etat qui dure depuis 25 ans. On pouvait s'attendre à ce que justice ne soit pas rendue aux malades.
Pourtant, particulièrement pour la Corse, la contamination des sols et de la chaîne alimentaire est établie, du fait de la toxicité du nuage et des conditions météorologiques qui ont prévalu à l'époque. De même, les conséquences sur la santé humaine de cette contamination sont évidentes, il est clairement admis que du fait de ses habitudes de vie et de consommation, la population corse était particulièrement exposée.
Depuis la catastrophe, on constate en Corse une augmentation des hypothyroïdies néonatales, des pathologies thyroïdiennes, des cancers de la thyroïde et des leucémies, notamment chez l'enfant, des pathologies malignes chez l'enfant, comme les lymphomes...
Il est scandaleux qu'un non lieu soit prononcé alors que l'instruction n'était pas close et que d'autres enquêtes, notamment celle diligentée par la CTC sont attendues.
Comment ne pas prendre en compte les éléments du dossier, les documents saisis dans les ministères qui établissent que l'on a caché la réalité de la contamination et que l'on a sciemment menti à la population ? Comment ne pas s'inquiéter de ce qui est constaté au niveau médical ? Comment ne pas considérer l'enquête épidémiologique que la Collectivité Territoriale de Corse s'apprête à lancer ?
Il ne faut pas baisser les bras et poursuivre le combat pour la vérité. On le doit aux malades aujourd'hui, on le doit à ceux qui ont perdu la vie depuis, et particulièrement aux enfants de 1986, dont la vie a été bouleversée pour protéger l'industrie du nucléaire français.
Pour notre part, à Femu a Corsica, nous poursuivons d'arrache-pied ce combat pour la justice et pour la vérité qui est due au peuple corse.

Fabienne Giovannini
Membre de la Commission Tchernobyl pour Femu a Corsica
Présidente de l'Observatoire régional de la Santé.
M
m
 .....la CORSE souffre d'autres Tchernobyl, probablement tout aussi destructeurs et cumulatifs, également non reconnus par la france.......
o

 

 

o

Lire la suite

mardi 6 septembre 2011

Ils veulent la faire fonctionner plus longtemps au fioul lourd

Selon des sous-traitants qui y participent, d'importants travaux de remise en condition de la centrale du Vazzio sont en cours. Des travaux dont l'ampleur dépasserait l'objectif de faire tenir la centrale jusqu'en 2016, date présumée de l'arrivée du gaz naturel!

Vu qu'elle va très bien fonctionner et plus souvent, Il ne nous reste plus qu'à obtenir le passage de cette centrale à un fonctionnement au fioul léger pour réduire la nocivité de ses émissions polluantes.

A ce sujet il serait intéressant que les hommes de l'art, comme les désigne publiquement le directeur régional d'EDF nous expliquent, selon les dogmes maison, à quel moment commence et à quel moment s'arrête une phase transitoire!

 

Comme on peut le constater sur les clichés qui suivent, cet état intermédiare du fonctionnement entre l'arrêt complet et le régime stabilisé semble quelques fois permanent

il n'y a guère que les porteurs d'eau, autres spécialistes au discours autorisé,

mais pas du tout spécialisés en contrôles inopinés

pour ne jamais s'en rendre compte, comme d'ailleurs de constater que la vitesse d'extraction n'est pas conforme à celle imposée par l'arrêté préfectoral

ils manquent probablement d'appareils photo à cause de la RGPP, comme l'association agréée manque de capteurs pour mesurer la pollution....

Comme le prévoit la réglementation, la durée de ces phases transitoires (+ de 2500 par an relevées depuis 2008) doit être limitée autant que possible!

mais comme l'indique le préfet dans son argumentaire pour justifier de l'implantation de la future centrale au coeur de la basse vallée de la Gravona,

sur le site 6 bis, alors qu'aucune étude n'y a encore été réalisée......"la dispersion est bonne" !

premier cliché à 7h44, dernier cliché à 8h41........ sauf erreur, ça porte à 57 minutes la durée de la phase transitoire, et il y a 3 moteurs en fonctionnement......

......ramené à 365 jours, ça fait 1095....

....sachant que le démarrage d'un moteur c'est une phase transitoire, et que l'arrêt d'un moteur c'est aussi une phase transitoire..

....ça fait au bas mot 2190 phases....on n'est donc pas si loin du comptage tiré des relevés d'autosurveillance de cette centrale...plus de 2500 par an....

Oui Monsieur,la différence vient probablement du fait qu'il y a quelques fois il y a 4 moteurs qui crachent simultanément.

 

Hervé, me parle souvent des curieux nuages qu'il voit s'élever dans le ciel depuis les deux éminences qu'il voit depuis son domicile. Son domicile est situé à seulement quelques dixaines de mètres de la station de mesure de la Sposata dans la périphérie d'Ajaccio

 

En plus du curieux nuage, en contrastant un peu la photo d'Hervé, on peut faire apparaitre ce halo jaunâtre qui franchit le col entre les deux buttes...

sans jamais chatouiller le capteur de PM 10 situé à Sposata...un exploit tout relatif sachant que le capteur, situé avant la source d'émission, n'est pas constamment sous le panache de la centrale qui est soumise à un vent d'ouest dominant!

Ce lundi 5 septembre 2011, une flotille de bateaux de marins pêcheurs a retardé l'accostage des navires dans le port d'Ajaccio (pas de nouvelles du port de Bastia).

Une action très bénéfique au plan sanitaire: au lieu de rentrer incognito dès 7h00, les navires ont du manoeuvrer avec beaucoup plus de précautions pour maitriser leurs émissions à une heure plus avancée dans la matinée.

Ci dessous, depuis Vizzavona notre ami et administrateur Jacques nous montre le couvercle thermique qui maintient la pollution prisonnière dans la vallé de la Gravona.

dimanche 4 septembre 2011

Le Sahara a bon dos.....

Ces dernières heures,  l'épisode "particules du Sahara en suspension dans l'atmosphère Corse" a encore ajouté à l'imprécision et aux lacunes de l'information sur la qualité de l'air délivrée au grand public.

Dans les colonnes de notre quotidien régional du dimanche on peut lire "qu'un pic de pollution a été enregistré hier" soit samedi 3 septembre 2011.....70 µg/m3 auraient été atteints en Corse du Sud, contre seulement 57 µg/m3 sur Lucciana.  

Si la pollution dite d'importation est depuis quelques jours caractérisée par l'arrivée sur la Corse de microparticules en provenance du Sahara, il est intéressant de noter que les microparticules, toutes les microparticules, peuvent parcourir de grandes distances véhiculées par les vents:  Le même phénomène a eu d'ailleurs lieu il y a quelques jours aux Antilles.....autres ZNI(s).

Ci-dessous à Ajaccio, le phénomène est visible depuis le virage des américains...

Reste que la pollution d'importation, qu'elle provienne du Sahara, de la vallée du Rhone, ou de l'étang de Berre, poussée par le mistral, ne fait que s'ajouter à la pollution d'origine locale, celle des centrales thermiques alimentées au fioul lourd qui consomment plus de la moitié des combustibles importés dans l'ile, 

.......celle des navires également alimentés au fioul lourd, et celle du trafic automobile. Les qualiticiens de l'air appelent cela un cocktail.

 

Officiellement, la pollution atmosphérique serait responsable de 42000 décès par an en France....Ce n'est probablement que la partie visible de l'iceberg.....comme ci-dessous...

..en contrastant un peu on voit bien que ça ne vient pas du Sahara.....

Cocktail donc dans les périmètres situés hors de portée des capteurs urbains comme Mezzavia, Confina  et dans la Vallée de la Gravona où la qualité de l'air respirée par la population impactée par le panache de la centrale du Vazzio a pu allègrement franchi les seuils réputés admissibles pour la santé humaine sans qu'on n'en sache rien, et pour cause: depuis octobre 2006, époque de la cession du matériel jusque là utilisé par EDF pour répondre à ses obligations de surveillance à Qualitair Corse, la surveillance a baissé en qualité et en quantité.

Car après avoir accepté sans aucune réserve les matériels cédés par EDF, Qualitair Corse les a retirés du réseau de mesures. 

Depuis 2006, la mesure des PM 10 n'est donc plus réalisée dans la vallée de la Gravona, et elle vient seulement d'être rétablie à Lucciana après 5 années sans mesures.

Evidemment, avec la fumée des petites cheminées rouges et blanches, la photo est bien moins attractive pour le touriste. Comme disait un précédent préfet: "Tout dépendra de la présentation qu'on en fera" . 

Malgré les courriers à la préfecture et les rappels en réunion du conseil d'administration de Qualitair Corse, le capteur qui permettait de mesurer la concentration en microparticules PM 10 à la station de mesure de Piataniccia n'a toujours pas été remis en service. 

Mais les poussières du Sahara sont sous contrôle! 

_________

Après Lézan, c'est à Paris que des échanges sur les choix énergétiques de l'avenir auront lieu au cours des universités d'été de SLC. Sauvons Le Climat bénéficie du soutien de l'opérateur historique. Merci à Stephan pour l'info et l'invitation.

_________

Pour finir cette fable envoyée par un internaute: 

 La crise des ânes. 


Un homme portant cravate se présenta un jour dans un village. Monté sur une caisse, il cria à qui voulait l'entendre qu'il achèterait cash 100 euros l'unité tous les ânes qu'on lui proposerait. Les paysans le trouvaient bien un peu étrange mais son prix était très intéressant et ceux qui topaient avec lui repartaient le portefeuille rebondi, la mine réjouie. Il revint le lendemain et offrit cette fois 150 € par tête, et là encore une grande partie des habitants lui vendirent leurs bêtes. Les jours suivants, il offrit 300 € et ceux qui ne l'avaient pas encore fait vendirent les derniers ânes existants. Constatant qu'il n'en restait plus un seul, il fit savoir qu'il reviendrait les acheter 500 € dans huit jours
et il quitta le village.

Le lendemain, il confia à son associé le troupeau qu'il venait d'acheter et l'envoya dans ce même village avec ordre de revendre les bêtes 400 € l'unité. Face à la possibilité de faire un bénéfice de 100 € dès la semaine suivante, les villageois rachetèrent leur âne quatre fois le prix qu'ils l'avaient vendu et pour ce faire, tous empruntèrent.

Comme il fallait s'y attendre, les deux hommes d'affaire s'en allèrent prendre des vacances méritées dans un paradis fiscal et tous les villageois se retrouvèrent avec des ânes sans valeur, endettés jusqu'au cou, ruinés. Les malheureux tentèrent vainement de les revendre pour rembourser leur emprunt. Le cours de l'âne s'effondra. Les animaux furent saisis puis loués à leurs précédents propriétaires par le banquier. Celui-ci pourtant s'en alla pleurer auprès du maire en expliquant que s'il ne rentrait pas dans ses fonds, il serait ruiné lui aussi et devrait exiger le remboursement immédiat de tous les prêts accordés à la commune.

Pour éviter ce désastre, le Maire, au lieu de donner de l'argent aux habitants du village pour qu'ils paient leurs dettes, le donna au banquier, ami intime et premier adjoint, soit dit en passant. Or celui-ci, après avoir rétabli sa trésorerie, ne fit pas pour autant un trait sur les dettes des villageois ni sur celles de la commune et tous se trouvèrent proches du surendettement.

Voyant sa note en passe d'être dégradée et pris à la gorge par les taux d'intérêts, la commune demanda l'aide des communes voisines, mais ces dernières lui répondirent qu'elles ne pouvaient en aucun cas l'aider car elles avaient connu les mêmes infortunes.

Sur les conseils avisés et "désintéressés" du banquier, toutes décidèrent de réduire leurs dépenses ; moins d'argent pour les écoles, pour les programmes sociaux, la voirie, la police municipale... On repoussa l'âge de départ à la retraite, on supprima des postes d'employés communaux, on baissa les salaires et parallèlement on augmenta les impôts. C'était, disait-on, inévitable mais on promit de moraliser ce scandaleux commerce des ânes.

Cette bien triste histoire prend tout son sel, quand on sait que le banquier et les deux escrocs sont frères et vivent ensemble sur une île des Bermudes, achetée à la sueur de leur front. On les appelle les frères Marchés. Très généreusement, ils ont promis de subventionner la campagne électorale des maires sortants.

Cette histoire n'est toutefois pas finie car on ignore ce que firent les villageois. Et vous, qu'auriez-vous fait à leur place?

Que ferez-vous??...

Pour nous retrouver tous sur la place de votre village samedi 15 octobre 2011 (journée internationale des indignés), faites déjà passer cette histoire à votre voisin et organisez des rassemblements...

 (d'après une fable espagnole dont l'auteur m'est inconnu)

vendredi 2 septembre 2011

Main basse sur la ville

il y a une centrale thermique alimentée au fioul lourd derrière le sommet qui domine la zone du Vazzio ci-dessous indiqué par la flèche rouge...

..... hier matin, 01/09/2011, vers 7h10 on apercevait une auréole jaunatre juste au dessus de cette éminence (non, on ne parle plus de Fesch. Fesch c'était hier....ça vous a amusée ?) ....

..vous pensez toujours à une fumée de barbecue?

 en y regardant de plus près, les émissions des barbecues ne sont pas aussi chargées en soufre...mais c'est bon pour la vigne!

Et les capteurs de l'AASQA n'ont pas pour mission de surveiler les barbecues.

 

on soufre aussi côté port à Ajaccio.....c'est bien connu: dans la cité impériale, faut soufrer pour être belle...

 

Fini les photos de mariage avec bobonne.....

..mais vous pourrez dès maintenant faire des photos de divorce avec bonbonne....

...d'ailleurs souvent ça finit comme ça!

 vous cherchez les 500 kg de microparticules par jour?

 

positivement les voilà....

 

.....et négativement...

 

mais voilà......le soleil ne suffit pas encore....

........il y aurait des nuages qui pourraient rendre cette énergie fatale...

La teneur en soufre du fioul lourd utilisé par les navires qui croisent en Méditerranée serait limitée à 1 %.......ailleurs ils pourraient atteindre 5 % nous a dit un spécialiste.......le Vazzio tournerait avec du 0,4 %......mais il tourne beaucoup plus longtemps...

la qualité de l'air serait quand même bonne..

 

 

 

jeudi 1 septembre 2011

EPR : malfaçons.......... Boum en Ville

Philippe depuis Bastelicaccia à saisi ce curieux nuage à l'aplomb de la centrale du Vazzio, le 30.08.2011 à 21h33.... travail de pro!

la même nuit, depuis Cuttoli, le 31.08.2011 à 6h15.....

Sur la photo un peu contrastée, on identifie bien la souce de ce panache de démarrage: ce n'est pas un feu de barbecue!

5 minutes plus tard, le panache s'étire vers Porticcio et la rive sud tout en retombant bloqué par notre fameux couvercle thermique

 

ci-dessous, 13' plus tard le panache n'a pris aucune hauteur et les particules retombent naturellement par gravité au sol, et en mer 

 

 

14' plus tard, depuis Baléone on constate que les particules les plus légères de l'épais nuage......

 

 ..........d'émissions du fioul lourd sont encore en suspension !!!!!!!!!!!!!!!!

 

7h03, depuis Ajaccio, parking de l'Amirauté, on aperçoit les particules en suspension au dessus de la rive sud.....

 

oui Monsieur, c'est bien le même, et il n'y en n'a pas d'autre

 

Ci-dessous un cliché de Jean Paul L avec son portable, 6h58, merci!

.....pour une agglomération où la qualité de l'air est dite bonne, ça fait tache.

toujours le 31.08.2011 à 15h15, depuis le rond-point de Campo del'Oro, près de la plage, tout à l'air si bleu

.....ci-dessous,  le 31.08.2011, à 17h35, de nouveau Philippe depuis Bastelicaccia

on constate nettement que le vent d'ouest pousse maintenant la pollution vers la vallée de la Gravona....

.........l'alitude du panache est idéale pour polluer l'atmosphère que respirent les populations exposées entre 200 à 300 m d'altitude..

Philippe, tu as remarqué que le panache ne dépasse que très rarement ce plafond de 300 m? Tu sais ce qui se passe quand des particules sont maintenues captives bloquées par cet obstacle invisible?

Selon leur masse respective elles retombent au sol plus ou moins lentement.....c'est bien pour cela qu'on en retrouve jusqu'à Bocognano.

Et il y a l'effet cocktail....la pollution du trafic aérien suit la même trajectoire

 

-----------

Encore des soucis pour le futur réacteur nucléaire à eau pressurisée (EPR) de Flamme-en-Ville.

Une hydrolienne: ce serait bien en Corse? Les hommes de l'art et les porteurs d'eau vous diront surement que non!