Les médias, les hommes politiques, les syndicalistes, les médecins, bref, la société civile toute entière a pris la mesure des enjeux en matière d'énergie et s'est enfin emparée d'un réel sujet d'avenir pour la Corse:

Corsica Libera va déposer une motion pour le démarrage de la centrale au fioul léger

(Maria Lanfranchi - Alta Frequenza) - Corsica Libera soumettra vendredi, aux votes des conseillers de l’assemblée de Corse, une motion pour le démarrage de la centrale au fioul léger. Celle-ci avait été rédigée et déposée bien avant la signature, par le préfet de Haute-Corse, de l’arrêté autorisant le démarrage au fuel lourd. Paul-Félix Benedetti fera quant à lui valoir ses arguments cette semaine, avançant notamment l’idée qu’aucun obstacle juridique, technique ou financier ne s’oppose à cette ouverture au fuel léger. Le débat risque d’être animé dans les travées en cette fin de semaine.

Les syndicalistes STC EDF ont découvert un chantier de gazoduc, du côté de l' Université, on continue les recherches sur le stockage de l'énergie en vue de développements applicables.

Du côté d'Aria Linda, on continue à dire que fioul lourd et fioul léger c'est tout différent, en expliquant pourquoi,

La société civile Corse n'est pas aussi incrédule que certains le pensent:

 

Roger Antech trouve même que l'arrêté (du préfet de Haute Corse) sent le soufre".  

Si les Algériens ne peuvent nous alimenter en gaz naturel par le gazoduc GALSI, ils pourront le faire par méthanier et nous livrer du GNL. De quoi rassurer la Conseillère Territoriale en charge de l'énergie, Maria GUIDICELLI, sur l'alimentation en gaz naturel de la Corse.

Car à en juger d'après les déclarations de Jean François HUGON de GRT Gaz, qui s'active sur le projet de raccordement de la Corse, nommé Cyrénèe, au projet de gazoduc Algérie-Italie via la Sardaigne, nommé GALSI, tous les voyants ne sont pas encore au vert pour la réalisation du gazoduc.