D'après un article de l'AFP du 12 janvier 2009, l'Agence de Sureté Nucléaire a refusé ou suspendu le 16 décembre 2008 l'agrément de l'ensemble des laboratoires d'EDF chargés de mesurer les indices de radioactivité dans l'air et dans l'eau autour de toutes les centrales nucléaires françaises. 

"Depuis le 1er janvier 2009, l'ensemble des mesures réglementaires doivent être réalisées par des laboratoires disposant d'un agrément", a dit à l'AFP une porte-parole de l'ASN.

Sans avoir la compétence de l'ASN, ARIA LINDA, s'intéresse à ce que la centrale du Vazzio rejette dans l'atmosphère du bassin de vie Ajaccien. Et le résultat est assez étonnant!

Dans les études de dispersion, dans les études d'impact sanitaire, dans ses relevés d'auto-surveillance, tous les moyens polluants ne sont pas pris en compte.

Par exemple, l'arrêté préfectoral  05 1079 du 28.07.2005 indique les VLE de 4 chaudières alimentées au fioul lourd dont les émissions ne sont comptabilisées dans aucun document traitant des emissions de la centrale du Vazzio..

De même, alors que 70 composants HAP sont identifiés comme faisant partie des émissions des moteurs diesels alimentés au fioul lourd, seuls 3 ou 8 des ces cancérogènes sont suivis au gré des "études". Pourtant le FLUORANTHENE, indicateur selon INERIS de la présence dans l'atmosphère d'autres HAP beaucoup plus dangereux, est souvent le HAP majoritaire parmi les trop rares HAP suivis pour les émissions du Vazzio.

Enfin, cerise sur le gâteau, la "dispense" du suivi des PM 2,5.......bien plus cancérigènes que les PM 10.

En Corse, l'ASN n'a pas compétence. Ce sont les services de l'Etat, et notamment la DRIRE qui a la surveillance des ICPE comme le Vazzio, mais aussi la DIREN, la DSS... le Préfet étant le garant de la santé.

Code de l’Environnement :  L220.1  

L'Etat et ses établissements publics, les collectivités territoriales et leurs établissements publics ainsi que les personnes privées concourent, chacun dans le domaine de sa compétence et dans les limites de sa responsabilité, à une politique dont l'objectif est la mise en oeuvre du droit reconnu à chacun à respirer un air qui ne nuise pas à sa santé.

Cette action d'intérêt général consiste à prévenir, à surveiller, à réduire ou à supprimer les pollutions atmosphériques, à préserver la qualité de l'air et, à ces fins, à économiser et à utiliser rationnellement l'énergie.


L'article de l'AFP...

Lire la suite