Après l'avis, le 23 octobre 2008, du Conseil Départemental de l'Ordre des Médecins de La Corse de Sud, c'est  l'Union Régionale de Médecins Libéraux qui s'est prononcée à son tour,  le 7 décembre 2008 en vertu du principe de précaution, pour une solution alternative garantissant la sécurité sanitaire.

Cette instance demande également qu'une évaluation indépendante de santé publique enquête soit conduite sur l'impact des rejets de la centrale du Vazzio pour les populations environnantes depuis la mise en fonction de la centrale.

Peut être qu'un nouveau Cuntrastu permettra encore au jeune directeur de mépriser ce deuxième avis de la profession médicale. Il est vrai qu'une motion, déposée par Jean BIANCUCCI, demandant l'ouverture d'une enquête épidémiologique attend toujours que la commission du développement économique de la CTC l'examine.

Mais sa présidente est visiblement plus encline à réunir les maires pour la véritable urgence en politichella : permettre au Président SANTINI de défendre le PADDUC. La santé peut attendre. Il est des choix dont on reparlera à l'horizon 2010.

Mais le jeune directeur, qui avait ironisé sur la prise de position sudiste et l'absence de réaction nordique  reçoit en boomerang un avis régional à double effet puisque la solution alternative y est évoquée.

 Avis

Lire la suite