Compte rendu de la réunion du collectif ARIA LINDA

avec le Préfet de Région, à Ajaccio le 13 novembre 2008.

 

Nous doutant bien qu’il aurait fort à faire, nous avons, dès le 21 aout 2008, adressé une demande de  rendez-vous  à monsieur le préfet.  Ayant pris ses fonctions au 1er septembre, il nous a reçu hier 13 novembre à 18h15.

Le préfet a déjà pris la température du terrain pour avoir reçu l’association A SENTINELLA le 5 novembre, et Antoine OTTAVI, maire de la commune de Batelicaccia,  le 12 novembre. Dans cette commune, les avis sont partagés, voire exacerbés quant à l’implantation d’une future centrale au fioul lourd.

JN ANTONIOTTI fait remarquer que le postulat répandu par le précédent préfet, le directeur de SEI et son porte-parole syndical, quant à la prétendue réduction par 10 de la pollution de la future centrale n’y sont pas étrangers. Il signale au préfet que l’étude de dispersion financée par EDF en 2006  confirme clairement qu’il n’y a aucune réduction concernant l’émission des microparticules PM 10 et PM 2,5, depuis la mise en service des actuelles centrales.

Les futurs moteurs diesel commandés par SEI seront équipés des mêmes équipements de dépollution que les moteurs actuels, qui apportent certes une réduction par 3 des NOx et des SO2, mais absolument aucune réduction à l’émission des microparticules et des HAP qui sont identifiés comme fortement cancérigènes et mutagènes. D’où l’intérêt évident d’utiliser le gaz naturel puisque sa combustion ne génère pas d’émission de ces polluants.

L’étude de dispersion montre d’autre part que loin de disperser la pollution, les vents dominants la stockent durablement dans la vallée de la Gravona. Cela dure depuis 28 ans, dont 25 sous régime de dérogation totale à des niveaux au moins 3 fois supérieurs à ceux alors admis en métropole. Ceci démontrant à l’évidence que le site pressenti n’est pas le meilleur compromis annoncé par le préfet LEYRIT.

 

Lire la suite