Pour obtenir la réouverture des débats sur le thème de l’énergie, et plus particulièrement sur le fallacieux concept de moteur thermique propre alimenté au fuel lourd, une première motion déposée en février 2008 a été rejetée par 24 voix contre et 14 pour sur les 51, après un débat de près de cinq heures.

 

Hélas, le débat ne porta que sur la forme, grand soin étant pris de ne pas aborder le fond, à savoir la remise en cause de l’article 4 de la délibération 05/225 de l’assemblée de Corse qui validait le chimérique moteur propre dont la paternité, semble-t-il, revient à l’ingénieur LETEURTROIS qui en faisait déjà état dans son volumineux rapport sur la crise énergétique Corse de 2005

 

Le mot « propre » a trompé nos dirigeants au point qu’ils ont donné un blanc-seing aux allégations de l’opérateur, investis de la légitimité qu’a travers les urnes, la population leur aurait donné ?

 

Quid de notre santé, et de notre environnement ?

 

Nos élus auraient du prendre soin de lire intégralement ce rapport. Ils auraient réalisé qu’en contre partie d’une solution destinée à éviter la récidive d’une rupture énergétique, ils acceptaient d’une part des conditions économiques unilatéralement dictées par l’opérateur et d’autre part de prolonger l’exposition de la population, à son corps défendant, aux rejets toxiques déjà subis depuis 30 ans.

Lire la suite