Dans le projet de Plan d’Aménagement Développement Durable de la Corse, le rédacteur fait apparaître son point de vue dès le diagnostic, et distribue de façon très ostensible les bons et les mauvais points, puis sans vergogne, parle souvent au nom de la Corse, et affirme que le tout tourisme est tout ce que nous souhaitons!
..
.En caricarturant à peine, il nous faudrait selon lui, entre autre, adapter la loi littoral, la loi montagne, et  formater la *dangereuse jeunesse Corse aux seuls métiers de l’hôtellerie, etc.… On reconnaît un des rédacteur aux critères !
.
*2.2.5 …. La tentation peut-être grande alors de voir se renforcer dans ce contexte une image de la jeunesse comme constituant un danger……la CTC doit « penser ses jeunes »
.
Tant pis si l’analyse est passée un peu vite sur la montée de la précarité dans l’ile, et sur les effets d’une spéculation qui ne manquera pas, de rendre la terre Corse inaccessible pour sa population. Quand l’exclusion nous aura confisqué la terre, il nous restera peut-être l’identitaire, C’est stimulant pour le tourisme :  2.1.2.B La valorisation de l’identité : un des moteurs de la croissance.
.
Les références à la sémantique sarkozienne ne manquent pas : rupture, ouverture, démarche gagnant-gagnant. Voilà donc la énième collection de clichés et de postulats alternativement flagellateurs et flagorneurs, un vrai catalogue à la Prévert pour future région bananière.
.
Les élus Corses pourront-ils sérieusement voter un plan qui ne mise sérieusement que sur le tourisme ?
 .
Mais revenons à nos chimériques centrales thermiques à moteurs propres au fuel lourd, puisque ce déjà dépassé projet de PADDUC, cyanosé par une gestation de 5 ans, en traite.
 
 

Lire la suite