Depuis le 12 mars 2020, date de fermeture des établissements scolaires les déplacement liés au transport scolaire ont notablement baissé.

Depuis le 17 mars 2020, date du début du confinement, la circulation des véhicules liée à l'activité artisanale et industrielle a notablement baissé, ainsi que l'activité des transports aérien et maritime, et probablement celle des centrales thermiques, moins sollicitées. Article sur la baisse d'activité des transports


En Corse, compte tenu de la faible industrialisation, l'essentiel de la pollution, selon Qualitair Corse, serait mesuré le long des axes routiers.

Toutes les baisses d'activité devraient donc se traduire par une baisse de la pollution, notamment celle qui est mesurée par Qualitair Corse à travers les PM 10.

L'examen de la concentration moyenne journalière issue de la mesure des particules PM 10 depuis le début de l'année 2020 devrait nous permettre d'observer une inflexion significative de la courbe à compter du 12 mars 2020 et d'autant plus significative à compter du 17 mars 2020!

Cependant le graphique ci-dessous, issu des mesures affichées par Qualitair Corse, ne permet pas de constater la baisse attendue.

Et, contre toute attente, c'est une significative tendance à la hausse qui apparait.







Pour aider les soignants qui s'exposent pour nous, restons chez nous.


Actualisé au 28 mars 2020, le graphique ci-dessous fait apparaitre:

- D'abord une évolution vers une baisse peu significative: la baisse ne franchit pas les niveaux bas d'avant confinement.
- Puis, en Haute Corse seulement, pour la jounée du 28 mars 2020 un pic PM10 en moyenne journalière à 113,9 µg/m3 pour la station de mesure du Fango (pic à 211,3 µg/m3 en moyenne horaire), alors que Giraud atteint 106,6 µg/m3 (pic à 211,3 µg/m3 en moyenne horaire) et La Marana 83,5 µg/m3 (pic à 180,7 µg/m3 en moyenne horaire).