Association Aria linda

jeudi 31 mai 2018

Tracé du gazoduc: il y aurait moins d'obstacles que ce qu'on veut nous faire croire?

En réaction à la publication du compte rendu de l’audience du 29.05.2018 à Bastia avec Véronique SCHWARTZ de la DGEC figurant sur le site d’Aria Linda, notamment du chiffre de 3000 à 5000, voir 11 000 selon la préfète, propriétés à traverser par le gazoduc et dont il faudrait identifier les propriétaires, nous avons reçu les indications suivantes:


- Il n’y a sur le tracé du gazoduc que 1735 parcelles appartenant à des propriétaires privés.
 
- Au maximum, en y ajoutant les parcelles de collectivités ou appartenant à des administrations, on arriverait à un total 2000 parcelles traversées.
 
- Sur l’ensemble de ces 2000 parcelles, seulement 1/3 pourraient présenter une difficulté.  
 
 
Ces informations, bien moins inflationnistes que celles diffusées par les "milieux autorisés" seraient de nature à simplifier la tache du GIRTEC qui a été missionné par la Collectivité de Corse.

Si ces infos s'avéraient exactes, on peut se demander qui a intérêt à savonner la procédure de dialogue concurrentiel dont l'objectif d'alimentation des centrales au gaz naturel en 2023 a été confirmée par la DGEC.

mercredi 30 mai 2018

Audience avec le ministre Nicolas HULOT à Bastia: avec du recul pour en savoir plus sur l'arrivée du gaz en Corse, il valait mieux s'adresser à ses saints qu'au bon dieu!

Souhaitant évoquer directement avec lui le dossier de l'alimentation en gaz naturel de la Corse, Aria Linda avait sollicité une audience avec le ministre Nicolas HULOT de passage à Bastia ce 29 mai 2018.

La veille de l'audience les services des renseignements territoriaux nous indiquaient que le ministre, retenu par d'autres obligations, ne pouvait nous recevoir et que c'était une personne du cabinet qui nous recevrait à la préfecture de Bastia.

A 15h30, l'heure du rendez-vous, notre facilitateur nous annonçait que nous allions être reçus par Madame SCWHARTZ. Mezza Bastunata!

Nous avions déjà eu le plaisir de voir la directrice de l'énergie à la DGEC lors d'un précédent CEAC à Ajaccio. Issue du serail, cette ingénieure des Mines est préalablement passée par l'ADEME.


Audience accordée par Madame Véronique SCHWARTZ directrice de la DGEC, le 29 mai 2018 à la préfecture de Bastia, dans le cadre de la venue du ministre Nicolas HULOT, en présence de Messieurs FAUVRE et PRADEL représentants de la DREAL Corse.

Pour les associations de défense de l’Environnement sont reçus :

Colette CASTAGNOLI - Zeru Frazu,

Dominique LANFRANCHI -  A Sentinella,

Jean Nicolas ANTONIOTTI -  Aria Linda. Texte de l'intervention remis pour le ministre

 

Après les interventions des représentants des trois associations, Madame SCHWARTZ nous répond :

 

Extraits retenus par Aria Linda :

 

Pour répondre à vos questions, au moins sur la partie gaz, je vais revenir un peu en arrière. Le dossier avait été porté dans la 1 ere PPE Corse. Il était important de faire en sorte que dès que possible les centrales cessent de fonctionner au fioul et puissent fonctionner au gaz.  Un accord a été signé entre le ministère et la collectivité pour trouver les solutions pour y parvenir.

La PPE ne se limite pas à ça, y compris dans ses conséquences en termes de qualité de l’air et de mobilité propre : la 1er PPE Corse était un peu indigente sur la question des transports. Sur le continent, il y a beaucoup plus de débats d’idées et d’expérimentations. Il y a une très forte focalisation sur l’électricité en Corse et un assez faible engagement des acteurs locaux sur la mobilité propre.

La conversion des centrales au gaz a le soutien de Nicolas HULOT : le  gaz est une énergie de transition nécessaire en Corse, pour aller vers de l’énergie renouvelable.

Un sujet qui peut se poser : Est-ce que vraiment cette centrale au gaz est bien dimensionnée ?

Les entreprises ne nous ont pas dit « ralentissez la procédure de dialogue concurrentiel ». C’était un raccourci dans les propos du préfet.

Ce délai que vous vous appelez retard est suscité par l’ensemble des questions posées par les entreprises en termes de garanties techniques économiques et juridiques.

Commander aujourd’hui une barge pour sa mise en place en 2023 en face de Bastia sans qu’il y ait un gazoduc en 2023 : les opérateurs auraient tout perdu. C’est très long de faire une barge sur mesure. Si le gazoduc n’est pas là, les entreprises demandent à l’Etat de porter tous les risques, le projet n’aboutira pas non plus. Ce serait signer un chèque en blanc sur le dos du contribuable français.

Il faut sécuriser le passage du gazoduc. Comment est-ce que le GIRTEC s’engage au service du projet pour faciliter le passage du gazoduc ?

Le cahier des charges il est prêt, je peux le publier dès demain matin.

Le sujet est extrêmement complexe, nous nous sommes engagés à le faire. Il y aura un bat public, probablement des recours.  

Les réponses ne dépendent pas uniquement de mon ministère. Une partie des réponses dépend de la Collectivité, par exemple, le fait de mandater le GIRTEC. Les questions foncières en Corse ce n’est pas nous qui allons les résoudre.

Si la collectivité et le GIRTEC ne s’engagent pas sur la résolution des questions foncières on va avoir du mal à avancer.

Selon les sources on me dit qu’il y aurait 3 à 4000 parcelles à traverser. Ce matin la préfète me parlait de 11 000 parcelles, il faut être capable d’identifier tous les propriétaires.

La CRE elle nous dit « Moi votre truc j’ trouve ça cher, et je ne vois pas bien comment protéger le consommateur, il y a de très gros risques. »

Encore une fois, je crois qu’il n’y a aucune ambigüité de la part du ministre sur le passage au gaz des centrales. Mais par contre on résout les problèmes un par un, et ils sont nombreux.

Intervention Aria Linda : Objectif 2023 tenu alors ?

Nous on est toujours sur cet objectif là, mais la tenue de l’objectif de 2023 dépendra essentiellement de ce qui se passera sur la partie foncière en Corse. C’est ça vraiment le facteur qui sur le chemin critique.

mardi 29 mai 2018

Pas vu, pas pris......c'est la double peine!

Pas vu pas pris n°1


Comme le montre le relevé des concentrations en particules PM10, il ne s'est rien passé de particulier à 19h23' ce 25 mai 2018 à Ajaccio.



25 mai 2018 19h22 port d'Ajaccio démarrage d'un moteur diesel



Les phases de démarrage et d'arrêt d'un moteur diesel alimenté au fioul génèrent une émission de particules fines significativement plus élevée que le régime stabilisé. Les industriels, notamment EDF en Corse, sont autorisés à déduire les tonnages de particules émis durant ces phases dites transitoires de leur déclaration annuelle au registre français des émission polluantes. 

Pas vu pas pris n°2
.....juste deux jours après


27 mai 2018 19h04 feu secteur de la Confina 2 vu depuis la plaine de Cutuli è Curtichjatu

Le 27 mai 2018 à 19h04 un brulage dans le secteur de la Confina 2 est visible depuis la plaine de Cutuli è Curtichjatu. Pas d'impact sur les relevés de Qualitair Corse le même jour.

Pas de chance!
Il manque à l'affichage les indications du capteur "Vazzio 3" que la DREAL a demandé à Qualitair Corse d'installer à la Confina 2. Pas de résultats visibles.

Alors la DREAL on laisse faire?
Et pour le schéma des carrières où en est on?







Aria Linda couperait-elle les cheveux en 4?

Depuis la présentation de l'enquête sur la concentration des métaux dans les cheveux, EDF, qui avait nettement baissé sa communication tous azimuths depuis quelques temps, reprend du service et nous a même décerné le titre de coiffeurs!

Pour la com, ils savent pourtant bien qu'on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même.

Et pour le gaz, ben, eux aussi, ils attendent!.

samedi 26 mai 2018

Non au Vazzio Bis, oui à la zone ECA


Ajaccio, centrale du Vazzio, diesel+fioul lourd , 25.05.2018 19h34, ça craint un peu.



Mais pour la qualité de l'air, l'image de la vie en rose, c'est bien plus vendeur.


Ajaccio, by night. Ni vu, ni senti.


Conférence de presse de l'Association Aria Linda le 25 mai 2018:

Analyse de la concentration en métaux lourds dans les cheveux d'une cohorte de 20 personnes du bassin de vie ajaccien.


En Corse l’air ne nuirait pas à la santé des habitants.

Pourtant il faut bien remarquer que des sources importantes d’émission de polluants existent au cœur des deux capitales. La population y est exposée aux émissions des divers moyens de transport, notamment de ceux qui consomment du fioul, et du fioul lourd comme les navires et la centrale du Vazzio.

La centrale EDF d’Ajaccio émet en moyenne chaque année 1800 kg de métaux lourds dans l’atmosphère selon les déclarations d’EDF au registre français des émissions polluantes. La pollution émise par les moteurs diesel qui fonctionnent au fioul est cancérigène avérée d’après l’OMS.

Pourtant les concentrations en métaux lourds ne sont pas mesurées à Ajaccio, mais seulement à Corte et Bastia, et donc également assez loin de la centrale de Lucciana qui fonctionne également au fioul.

Notre objectif, à travers la campagne d’analyse que nous avons réalisé à partir de mèches de cheveux que nous ont confié vingt personnes d’Ajaccio et de sa périphérie était de déterminer si les importantes masses de métaux lourds, notamment émises lors de la combustion du fioul pouvaient, pour partie,  avoir cheminé à travers de leurs organismes.

Les cheveux poussent en moyenne de 1 centimètre par mois. Nous avons sollicité la remise de mèches de 3 centimètres de long prélevées à ras du cuir chevelu des volontaires de façon à obtenir une analyse portant sur les métaux qui ont au cours des 3 mois étudiés traversé leur organisme. La présence de 30 polluants allant des oligoéléments nécessaires à l’organisme aux métaux lourds notoirement toxiques et caractéristiques des émissions du fioul a été recherchée.

La compilation des résultats des 20 fiches d’analyse, et leur expression métal par métal a permis d’obtenir une représentation spatiale des concentrations.

L’ensemble des métaux lourds toxiques dont la concentration à l’émission est réglementée pour les exploitants de centrales thermiques, mais non encore réglementée pour les exploitants de navires, a été retrouvé dans chacun des 20 échantillons de cheveux analysés.

Le diaporama de la conférence de presse


Alors que l'ensemble du secteur automobile se détourne de la production de véhicules diesel dont les émissions ont été classées cancérigènes par l'Organisation Mondiale de la Santé, ne soyons pas les derniers à souffrir de choix économiques avantageux pour les exploitants, mais ruineux pour notre santé: Ségolène Royal a fixé le démarrage de la future centrale du Vazzio au gaz naturel en 2023, il y a déjà trop de retards injustifiés dans la procédure de dialogue concurrentiel conduite par l'Etat pour y parvenir. Si cette procédure échouait, nous laisserions à nos enfants le triste privilège d'être les derniers à continuer à subir la toxicité du fioul.

Alors que la Mer du Nord (donc une partie de la France), la Baltique, les côtes de l'Amérique du Nord bénéficient déjà de la mise en place d'une zone SECA consentie par l'Organisation Maritime Internationale exigeons la mise en place d'une telle zone en Méditerranée, ainsi que nous l'avons demandé au Président de la Conférence des Iles au sein du CRPM.

Alors que la crise des déchets relance les appétits des acteurs économiques, ne les laissons pas manipuler nos élus pour les fourvoyer dans l'échappatoire facile de l'incinération: en plus des métaux dont nous subissons déjà l'impact depuis près de 40 ans, nous serions condamnés à ingérer en plus, massivement, furanes et dioxines.

L'article de CNI



mardi 22 mai 2018

Ajaccio: la surveillance de la qualité de l'air ne posera pas plus de problèmes aux adeptes de l'incinération qu'à ceux du fioul.

Dans la nuit de vendredi 18 au samedi 19 mai 2018 un incendie détruisait les cuisines de l’établissement d’aide par le travail U Licettu situé dans la zone du Vazzio, proche de la centrale thermique d'EDF.

Selon Corse Matin: 

" Il était 2h00 du matin lorsque les sapeurs pompiers sont appelés par des habitants du quartier réveillés par la lueur des flammes et les odeurs de fumée."
et 
" La quinzaine de pompiers luttera pendant 2h00...."

Si des habitants, pendant leur sommeil, ont pu percevoir des émanations de fumées dans la zone du Vazzio, au même moment les capteurs dédiés à la surveillance de la qualité de l'air dans cette partie de la ville d'Ajaccio n'ont pas dû manquer de les percevoir également. Notamment ceux affectés à la surveillance industrielle de la centrale du Vazzio.

Cependant, au même moment, comme le montre le graphique ci-dessous tiré des valeurs mesurées par Qualitair Corse, il semble qu'il n'en soit rien.

Il est d'autre part évident que les mesures de la place Abbatucci, ainsi que les mesures de la Confina 2 (sur le site Vazzio 3 ajouté au réseau de mesure à la demande écrite de la DREAL) en sont pas affichées par le site de Qualitair Corse.



La voie est libre pour ceux qui ambitionnent de solutionner les crises des déchets en se fourvoyant dans la voie de l'incinérateur! Les lobbies s'en frottent déjà les mains. 



lundi 14 mai 2018

Rêve d'incinérateur: il n'y a pas de fumée sans feu.


Incinération ....... pas de fumée sans feu.


Jean Paul nous a envoyé un cliché de sa petite ville au bord de mer. Une petite ville dont certains élus communautaires viennent à nouveau d'indiquer qu'ils aspirent à sortir de la énième crise des déchets insulaire en mettant en place un incinérateur.....

 "....Avant de la fin de la mandature...." déjà en 2016, ces propos rapportés
lors d'une réunion cortenaise du SYVADEC par la vice présidence d'une autre communauté de communes, étaient attribués au Président de la CAPA, à Vigianello, lors d'une des premières crises des déchets qui secouent la Corse.

L'objectif de cette déclaration mezzo voce aurait permis de rassurer et de donner des garanties aux élus de Vigianello qui menaçaient déjà de ne plus "accueillir" les déchets de la CAPA. 




Allégation selon le Président de la CAPA, qu'il démentait en juillet 2016
:
"....... moi, au nom de la CAPA, je n'ai jamais préconisé l'incinération, ni publiquement, ni à la terrasse des cafés......"




Curieux:

-  le synchronisme des pics de soufre souvent relevé par les stations de mesure de Qualitair Corse, comme ici à 8h le 10 mai 2018. Comme si un nuage de soufre passait sur toute la Corse!

-  les valeurs de concentrations négatives, alors que celles-ci sont exprimées en µg/cm3, donc qu'elles expriment une masse! 

-  les valeurs en soufre de la place Abbatucci qui apparaissent dans le courbe mais pas dans le tableau!


Poumon vert de Mezzavia:
 

Plutôt que d'aggraver encore la qualité de l'air, avec de l'incinération, ne vaudrait-il pas mieux le sauver ? 
  Article U Levante