Vrai ou faux,
10 à 15 jours de réserve c'est :

pour alimenter les 2 centrales thermiques?
ou
pour alimenter Ajaccio et Bastia en gaz de ville?



Le gazoduc censé relier Bastia à Ajaccio en 2023, long de 200 km et d'un diamètre de 0,4 m, pourrait-il servir de réserve gazométrique (stockage de gaz) en cas de coupure de gaz? Et pour quel usage?





Alors qu'il fallait évaluer la capacité du gazoduc à supplanter les cuves du Loretto, la DGEC (ministère) aurait répondu par la négative.  De cette réponse aurait résulté un avis favorable au déplacement des cuves du Loretto pour un coût aujourd'hui annoncé de 110 millions d'€.

Un investissement qui enlève de l'intérêt à la construction du gazoduc puisqu'il le prive d'une utilisation d'environ 4 % supplémentaires à la consommation des moyens thermiques de production d'électricité.

Là où ça coince, intellectuellement parlant, c'est que les hommes de l'art (EDF), contrairement aux neuneux des associations, estiment que le gazoduc aurait une capacité de 10 à 15 jours pour alimenter les moyens de production thermiques insulaires: Vazzio bis, Lucciana et turbine à combustion. Nous avons fait le calcul pour les 2 centrales.


Le calcul des potaches des associations



Si nos calculs, résumés dans le petit tableau ci-dessus, qui corroborent ceux des gaziers sont exacts, le tuyau de 200 km ne pourrait pas alimenter les 2 centrales plus de 25 h. Soit à peine plus d'un 1 jour.

Donc, Messieurs de la DGEC et Messieurs les hommes de l'art, le délai de 10 à 15 jours ne semble pouvoir s'appliquer qu'à la distribution en gaz de ville.



Engie,
vers une hausse du prix du gaz de Loretto?

Engie de Paris (Engie est en Corse sous la houlette du Directeur d'EDF) sera en Corse la semaine prochaine pour nous convaincre du bien fondé de l'investissement de Loretto. Une curiosité alors que le prix actuel du gaz dans l'île place la Corse en tête des régions françaises les plus chères.

Avec pour conséquence économique sur la précarité énergétique, et sociale, de placer le chauffage au gaz au même niveau de prix que le chauffage électrique.
D'autant plus curieux qu'Engie annonce perdre de l'argent en Corse. Et comme la CRE demande de la rentabilité, il va leur falloir justifier une hausse des coûts. Pas facile l'exercice!


Un syndicat "en phase" avec sa direction?


On aura remarqué qu'un des syndicat d'EDF ne s'est exprimé, lors du CEAC en présence du PDG d'EDF, que évoquer ses préoccupations sur la reconduction des anciens contrats gaziers que le monde des hommes de l'art croyait à tacite reconduction.

Et aussi avec beaucoup de poésie sur les barrages. Mais rien sur de l'arrivée du gaz naturel!