La comparaison de la courbe montrant l'augmentation des émissions de particules de la centrale EDF de Lucciana au cours de l'année 2016 et les mesures relevées par la cabine de mesure de la Marana pour la même période de 2016 ne fait apparaitre aucune corrélation.


Dans le graphique ci-dessus la droite de tendance des émissions de particules de la centrale EDF de Lucciana indique une tendance significativement à la hausse entre le début et la fin de l'année 2016.

En sommant les quantités de "poussières" déclarées par EDF, moteur par moteur et en les ramenant au nombre d'heures de fonctionnement on arrive à la bagatelle de 11,35 tonnes de particules....de quoi laisser une trace significative dans l'atmosphère, et dans les poumons des riverains!

Pourtant dans le graphique ci-dessous, pour la même période de 2016, la droite de tendance de l'évolution de la concentration de particules mesurée par la cabine de la Marana (supposée implantée dans le périmètre impacté par la centrale EDF) ne fait apparaitre aucune corrélation et, contre toute attente, reste inavouablement plate, allant même jusqu'à afficher une tendance inverse.





Cette cabine, dont la localisation a été décidée par EDF au regard de ses obligations, est pourtant affectée à la surveillance industrielle.

Cependant ainsi que l'affirment les conclusions d'un rapport Qualitair Corse + EDF, la pertinence de la localisation de cette cabine de mesures est confirmée par Qualitair Corse, avec la bénédiction de la DREAL. Et c'est tellement bien dit:

" Parmi les sites de mesures investigués lors de cette campagne de mesures, il apparaît que l’actuelle station de surveillance fixe de La Marana reste la plus appropriée pour la surveillance des émissions dans l’environnement de la centrale thermique de Lucciana B."

"Comparaison n'est pas raison" répondra la DREAL.