Véritable anachronisme artistique, le Van Gogh découvert à Ajaccio serait l'oeuvre de faussaires.



Comme le montre le cliché du 20 avril 2017 à 20h00 ci-dessous, l'air semble pur (l'ARIA pare LINDA) dans le ciel Ajaccien.




Le vrai faux tableau de maître, est en fait un pur anachromisme, obtenu à partir d'une image contrastée.

Laquelle ne réussit cependant pas à faire apparaitre la pollution négative pourtant mesurée ce jour là par les capteurs de Qualitair Corse




Le capteur de particules de Piataniccia, situé sur la commune de Sarrola Carcopino réussit l'impossible: enregistrer de la pollution négative qui apparait, sans contrefaçon, sur le site de l'association agrée par l'Etat.

Quand on sait que la mesure consiste à peser la quantité de pollution récoltée par le capteur, on peut s'interroger sur l'étalonnage des capteurs.

Le comble, en matière d'obligations de surveillance pour l'exploitant de la centrale, est que la pertinence de la localisation de la cabine de mesure de Piataniccia, qui n'a pas pu être démontrée ni par l'Etat, ni par EDF, reste contestée.




Autant dire que ce qui préside-en-ciel à Ajaccio, c'est de la pollution sans contrefaçon.



Une contre-façon qui ne tombe pas totalement sous le coup de la loi vu que le faussaire y a volontairement laissé subsister des erreurs.

Le Préfet Bouillon:  "Ce sera une centrale au gaz, et rien d'autre"   article U Levante