Les nanoparticules diesel PM2.5 sont beaucoup plus nocives pour la santé, et le développement des embryons, que les particules PM10


A part de tests pratiqués sur des lapines, dont le placenta serait proche de l’humain, des chercheurs ont montré qu’une exposition maternelle chronique aux gaz d’échappement de moteur diesel (avec filtre à particules norme européenne) durant la gestation, entraîne des effets néfastes sur la croissance et le métabolisme des fœtus de la 1ere et de la 2eme génération.

Les humains étant exposés à des cocktails de polluants, l’objectif était de mesurer uniquement l’exposition aux particules diesel pour en déterminer l’impact sanitaire.

L’exposition des lapines aux particules, 83 μg/m³ , a été équivalente à celle subie par une femme enceinte qui effectue son trajet domicile travail sur le périphérique en voiture lors de pics de pollution. Pour mémoire l’OMS recommande de ne pas dépasser 25 μg/m3 pour les particules fines d’un diamètre 2,5.

Résultat : au terme de la période d’exposition, des nanoparticules issues des gaz d’échappement ont été trouvées dans le placenta, le foie, la rate et dans le sang du fœtus.

Impact: les échographies ont mis en évidence une réduction du périmètre crânien des lapereaux et de leur tour de taille. A la 2eme génération, ce sont les échanges d’acides gras qui sont perturbés, ce qui augmente les risques de développer une tension artérielle, de l’obésité ou du cholestérol.

L’étude est publiée dans Particle & Fiber Toxicology.




Des nano particules qu'on ne mesure pas et qu'on ne peut
voir qu'en contrastant les images comme ci dessous



 

Une pollution qui n'est pas mesurée,

des données qui continuent de disparaitre de l'affichage en ligne,

ça n'empêche pas la droite ajaccienne de rêver d'incinération!


Nucléaire : on ne nous dit pas vraiment tout.


Le projet de réacteur de Hinkley Point devrait couter 15 % de plus que le montant de l’estimation initiale annoncé par EDF  le 9 mai 2016 aux membres du comité central d’entreprise.

Quelques jours plus tard le 12 mai 2016 EDF indiquait dans un communiqué un surcout de 600 millions correspondant à une marge pour aléas.

En France la seule centrale nucléaire en construction est l’EPR de Flamanville (1600 MWe). Le chantier, démarré en 2007, a rencontré de nombreux problèmes techniques. La mise en service est prévue en 2018. Son coût initial évalué sous les 4 Mds d’€ risque de franchir le seuil des 15 Mds d’€.


Des soucis à venir pour EDF avec l’acquisition de la branche réacteurs d’Areva

pour 25 Mds d’€ qui devait intervenir début 2017 ?

A l’usine Creusot-Forge de Saint-Marcel, qui a forgé entre 1965 et 2015 des pièces pour Areva, 400 des 10 000 dossiers relatifs aux pièces produites présenteraient, selon l’ASN, des  «incohérences». Areva évoque soit des tests complémentaires qui n’auraient pas été portés au dossier de fabrication, soit des falsifications des dossiers d’assurance qualité remis au client.

Chez un autre fournisseur d’Areva, SBS, filiale du groupe Genoyer, une soixantaine de pièces métalliques présentant des malfaçons ont été livrées avec des  certificats falsifiés. Le lièvre est levé par le Bureau Veritas, à partir de doutes émis par un client de SBS.

Après le Bureau Veritas, en mars 2016 Areva et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) ont également déposé plainte. Et pour cause : une partie des pièces concernées étaient  destinées au réacteur de recherche du CEA à Cadarache que construit Areva.


mais pas de soucis pour l'avenir du gaz naturel en Corse!