"J'ai des instructions du chef de l'État.....ce sera une centrale au gaz et rien d'autre"

Préfet Stéphane BOUILLON, le 2 février 2010 devant un parterre d'élus*






Le 15 février 2016, un comité de concertation relatif au futur cycle combiné de 250 MW d'Ajaccio réunissait la Mairie d'Ajaccio, la DREAL la DDTM et EDF PEI. Un powerpoint du projet, ainsi qu'un dossier du projet de construction d'un site de production en cycle combiné de 250 MW étaient présentés aux élus*.
(les associations de défense de l'environnement n'étaient pas invitées par les hommes de l'art)

SAGE principe, afin d'économiser l'eau douce, une prise de mer prélèvera l
'eau de la méditerranée qui sera acheminée par une conduite jusqu'aux groupes de refroidissement des machines d'où elle repartirait pour un rejet vers le milieu marin après s'être chargée de quelques 8°C.

Ce qui devrait théoriquement n'avoir, du fait du transfert de température entre le milieu aquatique et l'atmosphère, qu'un impact limité sur la température de la brise de mer qui caresse la plage du côté de Tahiti.






Ben, ce sera une centrale au fioul, et rien d'autre!


La volonté de doublement de la capacité de production, initialement prévue à 120 MW, n'a semble-t-il, pas rencontré d'obstacle insurmontable, et la maitrise de la mesure de la qualité de l'air, liée à cette activité, ne devrait en poser davantage qu'aujourd'hui. 

Le capteur de particules PM 10, censé mesurer la qualité de l'air sous le panache de l'actuelle centrale thermique dans la zone soumise à la plus forte concentration est en effet déjà en place sur la commune de Sarrola Carcopino, à près de 5 kilomètres des cheminées de l'actuelle centrale qui émettent à une altitude de 79 m par rapport au niveau de la mer.

Ce capteur est situé très exactement au lieu dit Piataniccia, où EDF a décidé de l'implanter il y a plus de 30 ans, et de l'y maintenir, pour répondre à ses obligations de mesure.

Cerise sur le gâteau pour les populations exposées au panache, ce ne sera plus, en principe, que du fioul léger, et rien d'autre, qui alimentera le futur cycle combiné qui devrait libérer son panache à une altitude de moins de 50 m par rapport au niveau de la mer. 



Les 3 carrières qui le cernent, continueront d'assurer l'essentiel de ce qui parvient,
quelques heures par jour, à stimuler le capteur de particules PM 10 de Piataniccia.