Association Aria linda

dimanche 30 novembre 2014

Seuil d'information et de recommandation, ou d'alerte: à quel arrêté préfectoral faut-il se réferer?

7h30

L'arrêté ministériel du 26 mars 2014 relatif au déclenchement des procédures préfectorales en cas d'épisodes de pollution de l'air ambiant, est applicable au 01 juillet 2014.

Le nouvel préfectoral qui précise la nouvelle “procédure préfectorale d’alerte” n'est pas encore disponible, il passe en CODERST  prochainement et sortira par la suite".

En l'absence de cet arrêté préfectoral, des procédures de "recommandation et d'information" sont pourtant lancées "non plus sur la base des moyennes glissantes sur 24 heures, mais des moyennes journalières, à savoir depuis minuit le jour-même". 

Et pour "lancer le seuil d'alerte dans une zone il faudrait que deux stations, dont la station trafic, soient en dépassement des 80 microgrammes par mètre cube et non seulement la station trafic."

Depuis 5h00 ce 30/11/2014, ainsi qu'en témoigne l'affichage du site de Qualitair Corse à 7h00, le seuil d'alerte a été atteint pour 2 stations.

Alors, alerte ou pas alerte?

 

11h43

Ci dessus à 11h26, photo de Geneviève depuis son appartement

A 9h00, 3 des 6 stations de mesure des PM 10 en service, soient 50 % des stations, avaient franchi le seuil d'alerte!

12h56

Depuis 9h00, 3 des 6 stations de mesure des PM 10 en service, soient 50 % des stations, ont franchi le seuil d'alerte!

13h02

Ouf!  Le communiqué d'alerte de la préfecture est tombé !

Le document, daté de 11h22, nous est diffusé par Qualitair Corse à 12h24.

11h55  :  Brûlage Z I Tragone par Dumè......fi de l'arrêté?

15h20

 

18h17 

21h00 

 6h00, le 01/12/2014

Il manque la 24 eme heure.

mercredi 26 novembre 2014

A quoi sert le réseau de mesure de la qualité de l'air si on utilise des estimations pour informer, a posteriori, la population?

Particules PM 10


Une procédure de recommandation et d'information du public a été lancée le 25 novembre 2014 à 10h00. Le déclenchement d'une telle procédure est normalement effectif lorsque la concentration moyenne de particules atteint de 50 µg/m3 sur une période de 24 heures.

Très curieusement, c'est sur la base d'une prévision de concentration bien inférieure, 47 µg/m3,  et de niveau régional, que cette procédure a été lancée, à 10h00 le 25 novembre 2014.

Pourtant, ainsi que le montre le graphique ci-dessous, les valeurs des concentrations mesurées localement dépassaient déjà ce seuil
dès le 22 novembre 2014, place du Diamant à Ajaccio. La moyenne calculée pour la cabine du Diamant atteint successivement 52,04 µg/m3 le 22/11/2014, 53,13 µg/m3 le 23/11/20114, puis 59,67 µg/m3 le 24/11/2014.


 
Ce graphique est réalisé d'après les valeurs horaires affichées sur le site de Qualitair Corse.



Pour avoir une indication de type régional, qui se rapproche de la prévision de 47 µg/m3, nous avons calculé une moyenne des stations. Le graphique ci-dessous montre que la moyenne calculée des 3 cabines situées sur Ajaccio atteint 50,45 µg/m3 le 24 novembre 2014. Remarquons au passage que la prévision de concentration ne se vérifie, hormis Ajaccio Diamant, sur aucun des deux sites de mesure de la Corse du Sud.



 

 Ce graphique est réalisé d'après les valeurs horaires affichées sur le site de Qualitair Corse.

L'étoile correspond aux heures et dates du déclenchement de la procédure d'information.



Alors, on peut bien se demander à  quoi sert le réseau de mesure de la qualité de l'air, et les mesures qui sont portées à la connaissance du public, si cela ne sert pas à déclencher les procédures d'information en temps réel? On peut se poser la même question dans le cas d'une procédure d'alerte, et se souvenir des conditions de l'alerte TCHERNOBYL sur la Corse.


Et s'interroger sur l'intérêt d'utiliser des prévisions régionales pour informer, a posteriori, la population au bout de 3 jours, alors que les pollutions ont été subies au centre ville d'Ajaccio?


samedi 22 novembre 2014

L'Executif aurait refusé d'intégrer un gazoduc de 170 km dans la liste des infrastructures du PADDUC!

170 km de gazoduc reliant la région Bastiaise à la région Ajaccienne, ça représente une emprise foncière à réserver au long du tracé. Et à décliner dans les documents d'urbanisme (POS, PLU) de chacune des communes, ou intercommunalités traversées (SCOT). 

Objectif de 2020.

Présenté par le groupe FEMU A CORSICA lors des débats précédant le vote du PADDUC, le 31 octobre 2014, l'amendement 140 avait pour objectif de labelliser cette future infrastructure de transport de gaz au même titre que les infrastructures de transport de passagers et de fret, que sont les ports et les aéroports de l'île. D'en plannifier la réalisation et d'en suivre la réalisation.  

 

Selon nos sources, cette proposition d’amendement, qui avait reçu un accueil favorable des groupes politiques a été retirée, sur la demande expresse de l’Exécutif qui aurait, pour appuyer son refus, argué que des dispositions en ce sens avaient été intégrées dans la rédaction du Schéma Régional Climat Air Energie de Corse (SRCAE)

 )

Saluons la démarche du député Laurent MARCANGELI à l'assemblée nationale en faveur de l'alimentation en gaz de la CORSE. Il est, lui, resté fidèle à ses engagements de campagne et sans se livrer aux rodomontades habituelles du gros. 

________________

Selon les données disponibles sur le site de Qualitair Corse, le seuil d'information a été atteint le 22 novembre 2014, place du Diamant à Ajaccio. Graphique ci-dessous.

Le 21 novembre 2014 à 17h15, de PERI à AJACCIO, la vallée de la GRAVONA semble suffoquer sous les brulages.

Pourtant le capteur de Piataniccia, ne mesure alors qu'une concentration de particules PM 10 de 28 µg/m3

Le 22 novembre 2014, Philippe depuis Bastelicaccia, à 13h00, puis à 15h30, réussit à distinguer les communes alentours.

Pourtant le capteur de Piataniccia, à ces heures là ne mesure alors qu'une concentration de particules PM 10 de 36 à 38 µg/m3.

 

 

 

Qualitair Corse:  " Entre les cheminées et la colline, on pense qu'il n'y a pas d'impact "

 

 

samedi 15 novembre 2014

Comparaison n'est pas raison, mais pourtant.....

Le bilan de la qualité de l’air en France en 2013 et les principales tendances observées sur la période 2000-2013, publié en octobre 2014 par le ministère de l’énergie, de l’écologie et du développement durable suscite de la part d’Aria Linda quelques remarques, particulièrement en ce qui concerne la qualité de l'air en Corse. 

Dès l’Avant-propos, les rédacteurs nous avertissent : ce document est complété au niveau régional par des rapports annuels présentant les résultats de la surveillance réalisée par les Aasqa, conformément a l’article 10 – alinéa II de l’arrêté du 21 octobre 2010 relatif aux modalités de surveillance de la qualité de l’air et à l’information du public.

 

Dans la synthèse figure à la page 9 un graphique exprimant l’évolution des concentrations sur la période 2000-2013. En base 100, ce graphique fait apparaitre, sur 14 ans, une baisse de 20 % des concentrations de PM10:

 

Il existerait donc sur tout le territoire national des données collectées depuis l’année 2000 qui permettent de tracer les courbes de PM 10. Notamment en ce qui concerne les PM 10.

Mais la déconvenue vient des Annexes. Page 45, on peut lire : Le graphique 1 présente sous forme d’indices l’évolution des concentrations de quatre polluants (SO2, NO2, O3 et PM10), mesurées par des stations de fond urbain, hors Corse et DOM.

 

 

Il faut se souvenir qu'en Corse, à la station de Piataniccia on n’affiche pas les mesures PM 10 depuis 2000, comme dans l'hexagone, mais seulement depuis le 7 janvier 2012.

 

Mais notre valeureuse petite station de mesure réussit pourtant le tour de force d'afficher, en moins de 3 ans, une baisse de 50 % (49 % plus précisement).

 

 

Aria Linda vous propose un joli graphique illustrant cet *exploit, dont on pourrait se demander de quelle mesure de réduction des émissions il résulte: 

 

*Au risque de nous attirer les foudres des milieux autorisés à penser et autres porteurs d’eau, nous nous interrogerons sur le paramétrage d’étalonnage des appareils de mesure.

On peut en effet parler d'exploit insulaire si l'on en croit la page 21 du bilan de la qualité de l’air en France en 2013 qui est dédiée à la mesure des particules:

   Pour les  PM 10 le graphique 6 indique seulement une baisse de 35 % sur la période 2000-2012, soit 13 ans!

   Pour les PM 2.5 le graphique 7 indique une baisse de 42 % sur la période 2000-2012.

 

Autre curiosité du bilan de la qualité de l’air en France en 2013: pages 25 et 52 sont affichées des cartes indiquant des mesures de particules PM 2.5 réalisées à Bastia….introuvables sur le site de l’AASQA Qualitair Corse!

Puis, dans les pages 32,33,34,35 des cartes indiquent que le plomb, l’arsenic, le cadmium, le nickel et même le benzo[a]pyrene, traceur du risque cancérigène pour la famille des HAP, seraient mesurés en Corse, à Bastia et à Ajaccio en 2013.....tout aussi introuvables sur le site de l’AASQA Qualitair Corse!

Comparaison n'est pas raison !

Alors, même si comparaison n'est pas raison comme nous le rappelle dit la DREAL, nous n'avons pas résisté à l'envie de vous livrer nos tableaux à nous:


Les émissions, déclarées, de la centrale du Vazzio, nous on s'y intéresse depuis 2006:


2 Les campagnes de mesures annuelles de la centrale du Vazzio,  nous on s'y intéresse aussi depuis 2006:



 

 

Arrêté du 26 mars 2014 relatif au déclenchement

des procédures préfectorales en cas d'épisodes de pollution de l'air ambiant 

 

Article 2 En savoir plus sur cet article...


Un épisode de pollution est caractérisé :

¯ soit à partir d'un critère de superficie, dès lors qu'une surface d'au moins 100 km² au total dans une région est concernée par un dépassement de seuils d'ozone, de dioxyde d'azote et/ou de particules PM10 estimé par modélisation en situation de fond ;

¯ soit à partir d'un critère de population :

¯ pour les départements de plus de 500 000 habitants, lorsqu'au moins 10 % de la population du département sont concernés par un dépassement de seuils d'ozone, de dioxyde d'azote et/ou de particules PM10 estimé par modélisation en situation de fond ;

¯ pour les départements de moins de 500 000 habitants, lorsqu'au moins une population de 50 000 habitants au total dans le département est concernée par un dépassement de seuils d'ozone, de dioxyde d'azote et/ou de particules PM10 estimé par modélisation en situation de fond ;


¯ soit en considérant les situations locales particulières portant sur un territoire plus limité, notamment les vallées encaissées ou mal ventilées, les zones de résidence à proximité de voiries à fort trafic, les bassins industriels.

En l'absence de modélisation de la qualité de l'air, un épisode de pollution peut être caractérisé par constat d'une mesure de dépassement d'un seuil sur au moins une station de fond.

 

Article 11 En savoir plus sur cet article...


Le présent arrêté entre en vigueur le 1er juillet 2014.

 

 

 

 

 

 


vendredi 7 novembre 2014

Conflits d'intérêts....


Philippe le 15.10.2014 à 17h19: " Ils devraient les nettoyer un peu, ça fait sale pour les touristes"


Comment EDF prétend lutter contre le réchauffement climatique… en délocalisant sa pollution en Europe de l’Est.

C'est un article de bastamag : http://www.bastamag.net/Comment-EDF-mise-sur-le-charbon-en



 

A Qualitair Corse,  "On pense qu'il n'y pas de retombées de particules entre la centrale et la colline"

 

 

 

BRAVO,

le conflit d'intérêt !

Nos amis des collectifs du littoral  nous font part de la découverte d'un nouveau conflit d'intérêt concernant les boues rouges:

La Ministre Ségolène Royale aurait chargé le BRGM d'une expertise "indépendante" sur les boues rouges d'Alteo alors que le BRGM et Alteo sont partenaires pour commercialiser les boues rouges valorisées dans le cadre d'un projet européens de plusieurs millions d'euros intitulé BRAVO.


Voila aussi l'article sur la dernière réunion des prud'homies PACA en fichier Joint