Association Aria linda

samedi 28 juin 2014

Cette étude EDF qui conclut au maintien de la station de mesure de Piataniccia, ils vont nous la montrer?

Une cabine de cabine de mesure de la qualité de l'air, dont l'implantation a été décidée par EDF dans le cadre de ses obligations de mesure de la qualité de l'air autour de sa centrale, est située à Piataniccia, dans la basse vallée de la Gravona, à 5 km des cheminées de la centrale du Vazzio et à la hauteur du collège de Baléone.

En 2006, cette cabine de mesure a été cédée à Qualitair Corse qui l'a acceptée en l'état. Puis, quelque temps après Qualitair Corse a estimé que les matériels cédés n'étaient pas homologués et a financé, sur sa dotation propre, le remplacement des moyens de mesure qui s'y trouvaient, notamment ceux dédiés à la mesure des microparticules. Depuis 2006 Qualitair Corse finance donc, avec un budget généraliste, des obligations spécifiques, sans que le coût d'exploitation lié à ces obligations, auparavant supporté par EDF, n'ait été estimé ni fléché dans le budget.

Depuis des années, les associations contestent le non fléchage des crédits liés aux obligations d'EDF mais surtout le positionnement de cette cabine qui ne mesure, ainsi que le montrent les courbes des jours ouvrés, que les particules émises par les carrières et les centrales à béton qui encerclent cette cabine.

Décidée à apporter une réponse aux associations qui contestent depuis des années le positionnement de cette cabine de mesure, EDF a commandé une étude à Qualitair Corse.

Assez logiquement, Il a été décidé d'intercaler 5 points de mesure sur une ligne imaginaire "cheminées du Vazzio-cabine de Piataniccia". Puis des équipements de mesure ont été temporairement (1 mois environ) installés sur ces points de mesure.

Au cours de la dernière AG de Qualitair Corse, le 27 juin 2014, alors que son directeur indiquait la nécessité de déplacer d'autres points de mesure, celui de la place du Diamant à Ajaccio, et celui de la place Saint Nicolas à Bastia, nous lui demandions où en était la procédure relative au déplacement de la cabine de Piataniccia. 

Réponse QC: d'après les mesures réalisées nous avons conclu que la position actuelle était la plus représentative de l'impact le plus élevé.

Réaction associative: Vous avez mesuré sur 5 km de distance, et c'est au bout des 5 km que la mesure a été la plus élévée?

EDF: les cheminées font 80 m de hauteur.

Suite QC: Oui, on pense que qu'entre les cheminées et la colline qui est immédiatement sur le parcours il n'y a pas de retombées du panache, et qu'il devrait y en avoir derrière la colline.

Réaction associative : Ah, et pourquoi dites-vous "on pense"?

Réponse Qc: Euh, parce que la mesure des microparticules ne fonctionnait pas sur les points intermédiaires.

Pas de réaction du représentant de la DREAL et la DDTM était absente. 

Alors, EDF, cette étude qui conclut au maintien de la station de mesure de Piataniccia, vous allez nous la montrer? On espère que ce ne sera pas aussi compliqué que pour obtenir l'étude comparative sur l'impact du fioul lourd-fioul léger menée à Lucciana!

 

Même si les cheminées crachent les polluants à 80 m d'altitude (par rapport au niveau de la mer), on voit bien que le panache peut retomber à plus basse altitude et comme semble le montrer la photo contrastée ci-dessus, parfois au pied de la centrale.

La DREAL estime que les photos ne démontrent pas la présence de particules! Nous on préfèrerait se convaincre avec de vraies mesures.

 

 

 

 

jeudi 26 juin 2014

Quant il s'agit de la Corse et de fioul lourd, les décisons ministérielles ont-elles plus de valeur juridique que les déliberations de la CTC?

Si c'est le représentant de l'Etat qui le dit....

..... il faut se demander si c'est valable pour toutes les délibérations de la CTC.

"Particulièrement" à celles qui concernent la fin du fioul lourd, et l'arrivée du gaz naturel en Corse, que la CTC a considérés *acquis en élaborant son Schéma Régional Climat Air Energie!

* goudron et plumes pour les imbéciles et les ignorants.

Des cheminées de la centrale EDF du Vazzio, à quelques dizaines mètres des locaux de la CTC, route de Campo Del'Oro, et de ceux de l'ADEME, c'est de l'or noir qu'il y a dans le ciel, sous forme de fioul lourd imbrûlé, et ça va durer au moins jusqu'au 31.12.2023.

Au moins, selon la première décision contenue dans l'arrêté ministériel du 26/08/2013.

 

Après, il y aura encore très probalement la hainième dérogation, comme celle qui a autorisé la centrale de Lucciana à fonctionner encore 3 ans après son arrêt définitif fixé au 31.12.2010......pourtant inscrit dans le marbre de la loi de Programmation Pluriannuelle des Investissements de 2009, et dans la déliberation de l'Assemblée de Corse adoptant le plan énergétique de 2005

Alors,

quant il s'agit de la Corse,

et de fioul lourd,

les décisons ministérielles

ont-elles plus de valeur juridique

que les déliberations de la CTC?

 

 

samedi 21 juin 2014

L'atmosphère de Bastia contiendrait de l'amiante? Mais comme le plan de protection de l'atmosphère n'est pas fait pour ça....

L'association Aria Linda a été sollicitée pour donner un avis sur le plan de protection de l'atmosphère, PPA que les services de l'Etat mettent en oeuvre pour la région Bastiaise,  
 
L'atmosphère de Bastia
contiendrait de l'amiante?
 
Aria Linda:
 
Pour répondre à votre sollicitation, et après avoir pris connaissance des documents présentés sur le site, voici mon commentaire.
 
Compte tenu de la présence importante de roches et terres contenant de l’amiante à Bastia, et de leur mise en suspension du fait des nombreux chantiers situés en pleine zone urbaine (vallée du Fango: chantier du parking, immeubles) je suis assez étonné de constater, dans ces documents, le peu de références à l’amiante et à la problématique sanitaire que cela doit générer. je note que ces références n’émanent pas de professionnels, pas plus que la proposition d’ajouter “Un point sur les particules amiantifères ...dans la description du périmètre dans le projet de PPA”. J’y souscrit, et j’aurais proposé, a minima, de réaliser une campagne de mesure sur Bastia.
 
Comme vous m’avez, gentiment, fait remarquer que nous n’avions pas participé à ces groupes de travail, j’ajouterai que si j’avais été présent, sur l’amiante, j’aurais pu témoigner d’une petite initiative vers le préfet de Haute Corse, l’ARS, la ville de Bastia, par le courrier en pj. Et si vous aviez les réponses à ce courrier (NDLR : du 20.03.2013), je suis preneur!

 

 

On ne vous dit pas le contraire....
.... mais comme le PPA de Bastia
ne protége pas de l'amiante.
 

Etat :

Je vous remercie pour ces observations.

Concernant l'amiante, ce point a été soulevé lors des groupes de travail par l'ARS notamment. Il a été retenu que la problématique de l'amiante sera évoquée dans le document PPA, c'est à dire le rapport mais que des actions ne pouvaient pas être prises sur ce thème, ce n'est pas l'objet du PPA qui doit répondre aux polluants listés dans le code de l'environnement (Livre II, Titre II)

Je n'ai pas eu connaissance de ce courrier et à mon avis, c'est vers l'ARS et la DIRECCTE qu'il a du être dirigé

Et puis, à Bastia,
la qualité de l'air est
globalement bonne!

 

Dans un article paru dans Corse Matin du 06 juin 2014, le directeur de Qualitair Corse évoque Bastia: 

"Qualit'air a réalisé des relevés dans 90 points de la cité. Globalement l'air est de bonne qualité mais l'Etat doit mettre en place un plan de protection de l'atmosphère avant la fin de cette année."

 

Puis, la Corse du Sud:

"Et nous avons constaté qu'en Corse du Sud les valeurs sont par contre moins élévées"

 

Pas de PPA dans le Sud

(é)preuves en images

 

Sophie, depuis sa terrasse...

 

Sophie, sans les nuisances olfactives et sonores

 

Jean Nicolas....

Jean Nicolas....d'Aria Linda

Jean Nicolas....



Philippe depuis Bastelicaccia le 8/6/2014 à 16h21




Jean Pierre F depuis Ajaccio



Vazzio le 02.06.2014

 

Vazzio depuis Campo del'Oro



Interdiction....!



.......autorisation?

 


Philippe depuis Bastelicaccia le 9/6/2014 à 19h38 met en évidence la bonne qualité de l'air
 

mardi 10 juin 2014

Centrales thermiques de Corse: des dispositions dérogatoires applicables à certaines installations, et……. pas à la santé de certaines populations?

Les dispositions dérogatoires de l'arrêté du 26/08/2013, applicables à certaines installations, ne s'appliquent-elles de fait .........à la santé de certaines populations. 

L’arrêté du 26 août 2013 relatif aux installations de combustion d’une puissance supérieure ou égale à 20 MW soumises à autorisation au titre de la rubrique 2910 et de la rubrique 2931 est paru au JO le 28/09/2013. Le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, y précise : « les dispositions du présent arrêté sont transposées de la directive 2010/75/UE lorsqu’elles s’appliquent ».

La lecture des trois premiers chapitres, et notamment celle de l’article 10, pourrait nous laisser penser que l’Europe aurait enfin décidé de mettre fin aux mesures dérogatoires appliquées aux émissions des centrales thermiques à moteurs Diesel alimentés au fioul (lourd, ou léger) qui impactent la qualité de l'air insulaire et donc la santé des populations de la Corse. 

La douche française arrive au chapitre IV : Dispositions dérogatoires applicables à certaines installations, et notamment par les articles 17 et 18.


 


Alors qu’en France continentale, des Valeurs Limites d’Émissions (VLE) réduites sont appliquées aux installations de combustion alimentées au fioul (centrales thermiques notamment) depuis le 01/01/2014 (article 10), les deux installations de combustions de Corse tombent sous le coup des deux dérogations prévues aux articles 17 et 18.

Le résultat, pour les poumons insulaires, est que la valeur limite d'émission de poussières (particules de taille inférieure ou égale à 10 µm) actuellement imposée à 100 mg/Nm3 par chacun des arrêtés préfectoraux relatifs à la  Corse (2B et 2A) ne connaitra aucune réduction avant le 01/01/2024!


Soit 10 années supplémentaires de dérogation durant lesquelles seules la durée et la période de fonctionnement des centrales thermiques de Corse seront concernées:


- 17500 heures maxi du 01/01/2016 au 31/12/2023 pour la centrale de Lucciana, et passerait à une VLE poussières de 20 mg/Nm3?

- 18000 heures maxi du 01/01/2020 au 31/12/2023 pour la centrale du Vazzio. Elle pourrait ensuite être définitivement arrêtée....?


Alors, la population de Corse est peut-être en droit d'interpeller le Conseil constitutionnel qui a, par deux fois, rejeté la prolongation d'un régime dérogatoire (arrêté MIOT) dont bénéficie la Corse en arguant que le dispositif "
méconnaissait l'égalité devant la loi et devant les charges publiques".


Et les Sages de se pencher avec la même sagesse sur cette autre dérogation qui "méconnait l’égalité devant la loi et devant les *charges publiques".    *(11 % de rémunération au lieu de 6.5 %)


Un grand merci aussi à nos députés européens de la précédente mandature qui n'ont visiblement pu empêcher la confection de tels costumes sur mesure pour chaque site industriel existant et à venir : ça aurait pu être pire!

Et rassurez-nous : les lobbies n’y sont pour rien?

 

vendredi 6 juin 2014

Centrales au fioul lourd: touché, touché, touché, touché......coulé.

Demande d'installation d'une centrale thermique

fonctionnant au gaz naturel liquéfié

dès sa mise en service

4

C'est l'objet de la motion portée par le Conseiller Territorial Ghjuvanni BIANCUCCI pour le groupe FEMU A CORSICA lors de la session de l'Assemblée de Corse des 5 et 6 juin 2014. le texte de la motion

4

C'est pourtant ce que ferait déjà EDF en Corse!

Enfin selon les propos de son directeur adjoint dans l'île, repris dans les pages du figaro.fr. Lequel n'y va pas avec le dos de la cuillière en matière de flambée des prix.

Le gazoduc serait réalisable pour 2020 et couterait la bagatelle de..................

1 Milliard d'euros.

Bon boulot Alex!

4

Si c'est pour impressionner favorablement

Monsieur DE LADOUCETTE....

4