Et l’étude CAPA de citer ses sources : l’Inventaire National Spatialisé des émissions de polluants dans l’air, et  le Registre Français des Emissions Polluantes en précisant que pour la centrale du Vazzio, l’information concerne l’ensemble des polluants émis depuis 2008.

m

 

Une consultation du Registre Français des Emissions Polluantes nous permet de constater :

 

-       Que les données sont en fait accessibles depuis 2003.

-       Que la « baisse », déclarée, des émissions de particules n’est pas de facteur 3 mais plutôt de facteur 4.

-       Que la « baisse » des émissions de particules ne se situe pas entre 2004 et 2007, mais très précisément et très brutalement entre 2004 et 2005.

m

m

Toujours d’après l’étude CAPA, la baisse peut s’expliquer, selon l’exploitant (EDF) soit par des améliorations techniques au niveau de la combustion (changement de fuel, meilleur réglage des moteurs) soit par un changement de méthode d’estimation des quantités émises.

Ainsi l’exploitant, EDF, aurait donc été sollicitée par les rédacteurs du rapport pour donner une explication.

Il n’y aura pourtant, entre 2004 et 2005, aucune baisse réelle des émissions de microparticules.

m

5

C’est un changement du mode déclaratif, inscrit dans le nouvel arrêté d’exploitation n° 05- 1079 du 28 juillet 2005  qui permet à l’exploitant de ne plus comptabiliser les phases transitoires. D’ailleurs en 2005, le *DRIRE consulte la DSS (actuelle ARS) pour obtenir son avis sur le changement du mode déclaratif, alias la « baisse ».

L’ingénieur de la DSS indique dans sa réponse qu’il souhaite que toutes les émissions des moteurs, y compris celles produites lors des démarrages et arrêts, soient comptabilisées. Il obtiendra une fin de non recevoir de la part du DRIRE.

Alors pourquoi l’étude CAPA associe-t-elle la « baisse » des émissions de particules à la période 2004 2007 ?

 

L’utilisation de la confusion est intéressante, car elle donne une crédibilité à la baisse des émissions de particules. A partir de 2006 et jusqu’en 2007, il est en effet imposé à EDF d’équiper les échappements de ses moteurs de dispositifs SCR produisant une Réduction Sélective des (seules) émissions azotées sous l’effet combiné de la Catalyse et de l’injection d’urée.

 

Le processus de réduction catalytique réduit effectivement les dioxydes d’azote tout en produisant un nouveau polluant : l’ammoniac que l’on voit apparaitre sur les graphiques tirés des données issues du Registre Français des Emissions Polluantes.

m

 

Et la baisse n'est pas de l’ordre du facteur 3. Avec 3.91 elle est carrément proche d'un facteur 4. Mais elle ne concerne pas les émissions de particules.

Alors, à qui profite la confusion entretenue par cette étude ?

m

 

* Le 18 octobre 2007, le même DRIRE indiquait lors des assises du Développement Durable de la CAPA : Je trouve que dire qu’il faut faire encore davantage sur le volet santé, cela me paraît être un peu excessif.