Association Aria linda

samedi 23 novembre 2013

? Gaz en Corse....GAG de France!

Toute vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence. Arthur Schopenhauer

 

GAZ en CORSE?

 

 GAG de France!

 

Distribution de l'électricité en France: c'est vraiment le bordel? lire la suite.

 

Lire la suite

samedi 16 novembre 2013

Fioul léger, gaz naturel, barge, cyrénée........ EDF GDF Corse toujours dans l'expectative?

"Moi, je serais incapable de faire démarrer la centrale au fioul lourd! .......D'ailleurs mes cuves ne contiennent que du fioul léger"

C'est la réponse que lui adresse le chef d'exploitation de la future centrale thermique de Lucciana alors que le représentant d'U LEVANTE lui fait remarquer que la CRE n'a toujours pas été sollicitée pour autoriser le surcoût de 20 M€ annuel qui permettrait à EDF de démarrer au léger avec une garantie de prise en compte financière. 

Et le représentant d'U LEVANTE de tenter d'enfoncer le clou:  "Pourtant vous êtes bien reliés par une canalisation à l'ancienne centrale qui dispose d'un stockage de fioul lourd"........" Vous avez remarqué que l'arrêté d'autorisation d'exploiter de votre future centrale ne fait plus , comme les précédents, référence à la PPI? Son voisin de droite de la *DREAL Ajacienne entend bien la remarque...mais n'intervient pas.  *les DREAL rédigent les arrêtés d'exploitation qui sont ensuite signés par les préfets. Dans le cas de Lucciana, c'est la DREAL Bastaise qui a du rédiger!  

Ca se passe en off, avant le début de l'Assemblée Générale, à Ajaccio ce vendredi 15 novembre 2013 relative à l'organisation de l'association en charge de la surveillance de la qualité de l'air.

L'annonce de la démission d'une compagnie aérienne locale qui participait au collège industriels ne fait dans un premier temps réagir personne. Puis ça monte au cerveau d'un associatif:  "Comment cela est-il possible?" Un Conseiller Territorial qui préside aux destinées de la dite compagnie indique qu'il n'est pas au courant de cette démission et qu'il va se renseigner.

"...collège des pollueurs...", la langue du représentant d'U LEVANTE fourche alors qu'il veut évoquer le collège des industriels. Le représentants d'EDF corrige " Nous ne sommes pas des pollueurs!"  Le représentant d'U LEVANTE indique qu'il pensait au versement de la TGAP, la taxe générale sur les activités polluantes.

Les échanges continuent,  puis la (ré) élection du Président: Gilles NOTTON, Universitaire, de la Trésorière: *Muriel SECONDY de l'association le GARDE, du Secrétaire Général: la DREAL et enfin de deux vice-présidents en la personne du représentant de l'association U LEVANTE, et de celle du numéro 2 d'EDF en Corse qui indique  accepter dans la mesure où cela ne donnera pas l'occasion aux associations de protection de l'Environnement de critiquer le poids d'EDF dans la structure. *Muriel connait bien l'AASQA pour avoir participé à sa mise en place.

Le représentant d'U LEVANTE lui répond que l'un n'empêche pas l'autre. 

L'AG, puis la réunion du CA qui a suivi se terminent.

En off, Le représentant d'U LEVANTE discute avec le représentant d'EDF:  " La ministre Batho vous a envoyé à vous (EDF) et à Grt Gaz un courrier vous demandant de mettre en œuvre les démarches administratives en vue de la réalisation du gazoduc Cyrénée et de la barge à Lucciana.......nous on ne voit rien bouger et de surcroit, nous n'avons eu aucune réponse des représentants du Président Hollande et du Ministre Martin depuis leur récent passage dans l'île".

Représentant d'EDF (NDLR: en Corse, la direction d'EDF a aussi la casquette GDF) "Mais oui ça bouge! Mais comme vous le savez, normalement, le coût des études des projets est récupéré en exploitation. Le problème c'est de savoir qui va nous payer les 14 M€ d'études si le projet ne voit jamais le jour".

Les questions, soulevées par les associations, relatives à la valeur normative de la PPI de 2009 restent plus donc que jamais d'actualité.

-----  Revue de presse  ----

Les lobbies sont vraiment les plus forts: Au lieu de financer le stockage par l'hydraulique pour fiabiliser la production renouvelable l'Europe s'appreterait à financer .......le charbon. 

NDLR: Pour la Corse et les DOM le mode de production qui est assimilé au charbon par EDF c'est le fioul lourd!

Lire la suite

mercredi 6 novembre 2013

Qualité de l'air: c'est tout du pipeau, mais......... il est durable!

D'une façon ou d'une autre, le très mauvais rendement des moteurs thermiques diesel de la centrale EDF du Vazzio s'affiche dans le ciel et .....

 

.........et impacte notre santé. Selon l'OMS en effet, les émissions des moteurs diesel sont des cancérigenes avérés.

D'autant plus lorsqu'il s'agit de moteurs alimentés, comme ceux du Vazzio, au fioul lourd.

 

C'est bientôt Noël.........il parait que les sevices de l'état devraient maintenant faire appliquer de nouvelles mesures pour améliorer la surveillance de telles installations! Et veiller au recours aux meilleures techniques disponibles....faut bien faire réver le petit peuple...il en a besoin!

Il faudrait au moins qu'ils se réveillent pour faire déplacer la station de mesure des microparticules de Piataniccia: située à 5 000 mêtres (5 km) des cheminées de la centrale, elle est censée en mesurer l'impact!

 

  

ATahiti de Campo Del'Oro, on nous habitue doucement à voir des méthaniers et des pétroliers au mouillage.

Parait que la population était contre!!!!!!!

Elle est pourtant bien silencieuse.

 

 

2e assises nationales de la Qualité de l'air

Le bilan de la qualité de l’air 2012

le dossier de presse

Extrait 1 :

"Dans 16 agglomérations de plus de 100 000 habitants, au moins une station de mesure a dépassé plus de 35 jours la valeur limite journalière pour les PM10. Sept stations ont même dépassé la valeur limite annuelle, à Paris et Marseille notamment.
Ces dépassements sont observés sur des stations de mesures situées à proximité du trafic routier.

Extrait 2:

Zones couvertes par un PPA, celui de Bastia serait en cours d'élaboration.

Extrait 3:

Les plans de protection de l’atmosphère (PPA) définissent des actions sectorielles adaptées au contexte local pour se conformer aux normes de la qualité de l’air et pour maintenir ou améliorer la qualité de l’air existante. 
Elaborés dans toutes les agglomérations de plus de 250 000 habitants, et dans les zones où les valeurs limites sont dépassées ou risquent de l’être, les PPA relèvent de l’autorité du préfet.  La première vague de PPA a été publiée en 2005.
Une deuxième est en cours. A ce jour, 8 PPA révisés sont approuvés et 28 sont en cours de révision ou d’élaboration.

L’objectif du PPA est de revenir sous les valeurs limites d’émissions en particules PM10 et oxyde d’azote (NOx) d’ici 2016.  
À l'issue du PPA, plus aucune population ne devrait être exposée à des dépassements de valeurs limites de PM10 et de NO2. La superficie et la population exposée concernées par les dépassements seront suivies tout au long de la mise en œuvre du PPA, comme pour l'ensemble des autres plans.

La Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) « air »


Afin de poursuivre la réduction des émissions de polluants atmosphériques et de réduire ainsi leur impact sur la santé publique, le gouvernement souhaite faire évoluer la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) sur les polluants atmosphériques, dans le cadre de la préparation de loi de finances pour 2014.
Dès 2014, sept nouvelles substances seront touchées par la TGAP : le plomb, le zinc, le chrome, le cuivre, le nickel, le cadmium et le vanadium. Cinq substances nouvelles avaient déjà été ajoutées dans la loi de finances pour 2013. 6 L’appel au principe du pollueur-payeur vise à renchérir le coût de l’inaction, en favorisant l’utilisation de procédés moins polluants ou de moyens de dépollution.

Encadrement du brûlage des déchets verts


Bien qu’interdit, le brûlage des déchets verts reste une activité largement pratiquée qui contribue à la dégradation de la qualité de l'air : 50 kg de déchets verts brûlés correspondent à 6 000 kilomètres parcourus en voiture diesel ou 18 400 kilomètres pour une voiture essence.
Cette activité participe aux émissions de plusieurs polluants dont les particules fines et certains composés cancérigènes. La pollution engendrée par ces feux peut notamment avoir un fort impact sur la santé des personnes directement exposées. 
En dehors de dérogations préfectorales exceptionnelles pour certains territoires et à certaines périodes, le brûlage de déchets verts est interdit. La circulaire du 28 novembre 2011 rappelle le principe général d’interdiction et précise les dispositions de gestion des déchets verts. Par exemple, en cas de dérogation, il convient de les brûler à des heures où l’air est thermiquement instable. Aussi, des solutions alternatives existent comme par exemple le compostage, le broyage ou l’apport des végétaux en déchetterie.


Révision de la réglementation relative aux installations de combustion


Le secteur industriel (comprenant les industries manufacturières et de production et transformation d’énergie) représentait en 2011 : 85 % des émissions de dioxyde de soufre (SO2) ; 44 % de monoxyde de carbone (CO) ; 41 %  des composés organiques volatils (COV) ; 33 % des particules PM10 ; 26 % des particules PM2,5 et 21 % des oxydes d'azote (NOX). Les industries sont également responsables d’émissions de polluants plus spécifiques
à ce secteur tel que l’arsenic, le chrome, le cadmium, le mercure et le nickel. Les prescriptions techniques relatives aux installations de combustion ont été revues, par arrêtés ministériels du 26 août et du 24 septembre  2013, afin de prendre en compte les meilleures techniques disponibles en termes de maîtrise et de réduction des impacts sur l’environnement. Les valeurs limites d’émissions pour les principaux polluants atmosphériques ont notamment été abaissées en dioxyde de soufre  (SO2), oxydes d'azote (NOx), poussières, monoxyde de carbone, composés organiques volatiles, dioxines et furanes et métaux lourds.


Améliorer la qualité de l’air intérieur