En plus de souffrir de chantiers de constructions en terrain amianté, c'est le centre ville de Bastia qui détient pour les trois premières semaines de septembre le pompon de la plus grosse pollution particulaire de Corse.

Non loin sur le podium, en bonne deuxième, la cité impériale!

Les deux capitales se situent largement au dessus de 15 µg/m3, la valeur limite, en valeur moyenne annuelle, pour la protection de la santé humaine du plan particule français. 

Alors que la campagne pour les municipales est déjà bien lancée, on peut se demander si les sortants,Tonton et Milou, auront un minimum de propositions d'amélioration de la qualité de l'air.

On se demande également qui, parmi les nombreux candidats au perchoir des capitales de la Corse, aura l'intelligence d'intégrer dans son programme cette dose minimale de protection de l'Environnement et de la Santé qui fait si dramatiquement défaut aux sortants.

Panem et circenses : c'est déjà comme ça que les empereurs romains gouvernaient!

4 octobre 2013: le Président de la République acceptera-t-il de nous rencontrer......

Lire la suite