Association Aria linda

samedi 23 mars 2013

Tout dépend en fait du milieu insulaire dans lequel on se situe!

Son appelation n'ayant pas provoqué de réaction des services officiels (porteurs d'eau) au cours de l'enquête publique, le fioul lourd spécial Corse, nouveau produit identaire insulaire, sera-t-il définitivement labellisé en 2013 par arrêté préfectoral?

La première livraison de ce produit endémique pourrait donc avoir lieu à l'occasion de la mise en route de 4 des 7 moteurs de la future centrale thermique de Lucciana B.

En l'état actuel des documents prescipteurs de la politique de l'énergie imposée à la Corse, c'est une certitude.

Endemique ou Pandémique?

Pourtant, après la révélation, en 2012, de l'étude comparative fioul lourd/fioul léger réalisée par EDF en 2011, on pouvait s'attendre au veto des populations de Lucciana et de ses environs. Mais non! Elus et citoyens attendent docilement que le fioul lourd spécial keurse, prenne le relais du fioul lourd qui brule depuis plus de 30 ans à Lucciana A.

Contrairement à la langue Corse, aucun changement institutionnel ne sera nécessaire pour le maintenir! Les émissions du produit qui compte plus de 3 décennies de résidence ont parfaitement colonnisé les poumons de la communauté de destin.

D'ailleurs le produit est parfaitement bilingue, dégustez le nature......votre langue doublera très vite! Enfin si vous préferez la cuisson à l'étouffée, vous n'en n'avez probablement plus longtemps à attendre.

TGAP augmentée:

Ce n'est pas maintenant que la CTC

va pas lâcher la proie pour l'ombre. 

Selon le projet de SRCAE, ce serait en 2050. 

 

Jusqu'ici, la TGAP n'avait pas fait cas de ces polluants qui affectent l'air que nous respirons depuis plus de 30 ans dans le voisinage des centrales thermiques. Mais la Corse va rattraper son retard histérique. A partir de 2013, la TGAP air offrirade nouvelles sources de revenus........pour le budget de la CTC.

Des substances polluantes qui n'étaient jusqu'alors pas assujéties à taxation, sont rattrappées par la fiscalité: l'arsenic à raison de 500 €/Kg émis, le sélénium  à raison de 500 €/Kg émis, le mercure  à raison de 1.000 €/Kg émis, le benzène  à raison de 5 €/Kg émis et les hydrocarbures aromatiques polycycliques  à raison de 50 €/Kg émis.

Quant aux taux en vigueur en 2012 pour les émissions d'oxyde de souffre (SOx), les hydrocarbures non méthaniques, les composés organiques volatiles (COV), ils seront multipliés par trois, passant de  45,34 €/tonne à 136,02 €/tonne.

Multipliées par trois également, les émissions de poussières totales en suspension (TSP) s'élèvent à 259,86 €/tonne au lieu de 86,62 €/tonne.

Et le seuil d'assujettissement à la TGAP pour ces toxiques s'appliquera dès 5 tonnes/an, contre 50 tonnes/an auparavant.

Sur les bans de l'hémicycle certains essayent déjà de tabler sur les futures rentrées financières! Mais comment allons nous déterminer combien, les deux monstres de Corse émettent de ces polluants puisqu'ils n'étaient pas mesurés auparavant?

C'est donc en alléchant les collectivités locales par de la monnaie sonnante et trébuchante qu'on espère mettre fin aux incitations à continuer à polluer!

Notre ventre mou peut bien continuer à voter des motions qui disent le contraire. 

 

.....et tant pis pour le diabète et l'obésité.

Selon un récent article de votre-santé.com, les nouveaux polluants taxés appartiennent à la famille des perturbateurs endocriniens. Les cadmium, mercure, nickel, arsenic, particules fines PM2.5, et aussi les PCB (isolants), dioxynes (produites par les combustions), polybromés (ingnifugeants) et perfluorés (dans nos poeles) sont diabétogènes et obesogènes.

Les chiffres, pour la France évoluent très rapidement: 8.5 % d'obèses en 1997contre 14.5 % d'obèses en 2009.

Et en Corse?

Selon l'étude obEpi 2009 qui portait sur l'obésité, comme d'habitude pour la Corse on ne sait rien! Le commentaire sous la carte précise:

* L’échantillon en Corse étudié étant très faible, l’évolution de la prévalence dans cette région n’est pas précisée

Dans un article de l'UNIONE SARDA.it transmis par un internaute, on peut lire, concernant le GALSI:

"Il riferimento al gasdotto che interessa da vicino la Sardegna, al centro di un lungo braccio di ferro relativo ai costi, è solo quello."

.....é solo quello?   Ami internaute (et journaliste de l'US aussi d'ailleurs) vous n'avez peut-être pas tout compris, ou trop bien. La Sardaigne a son charbon spécial Sardaigne! Elle exploite du charbon dans le bassin minier de Sulcis, au sud de l'île. Et ses mineurs tiennent à garder leur emploi.....tout comme nos majeurs tiennent à garder la TGAP, et nos dieselistes leur emploi. 

Tout dépend en fait du milieu insulaire dans lequel on se situe!

Selon un article envoyé par G2B, l'industrie photovotaïque de l'empire du milieu serait déjà victime de la décroissance.

 

 

 

jeudi 21 mars 2013

Corse: TGAP et TIPP contre SRCAE.

PIG centrale à gaz sans gaz de Bastelicaccia.....et si le préfet gagnait en appel?

Ci dessus extrait du projet de PLU d'Ajaccio, et l'atteinte à la zone agricole des Budiccie.

________

Centrale thermique EDF du Vazzio le 20.03.2013 à 08h30.

microparticules: 500 kg/jour

Centrale thermique EDF du Vazzio le 18.03.2013 à 15h18

très bonne dispersion!

Centrale thermique EDF du Vazzio le 20.03.2013 à 08h26

Et la pollution mercurielle? Elle n'est pas mesurée. C'est dommage car elle est très taxée en TGAP!

 

Centrale thermique EDF du Vazzio le 18.03.2013 à 15h20

TGAP et TIPP sont les deux mamelles du budget! 

En France, on n'a pas de pétrole, mais on a des idées,

En Corse, on a toujours du fioul lourd, mais maintenant, les idées sont à Abu-Dhabi

Alors que se profile le SRCAE, le futur schéma régional climat air énergie de la Corse, on constate que les idées sont ailleurs: à Abu -Dhabi, on sait que le soleil est plus durable que le pétrole! lien

".....ce sont les fumées qui tuent..."

Détecteurs de fumée : où, quand, quoi et comment ? Source LE MONITEUR.FR : lien

samedi 16 mars 2013

Impastughjati....di cerbellu.

"L’entreprise française a voulu donner une bonne leçon à une poignée de militants,

et à travers eux, au reste des écolos".

Rue 89

 

 

C'est sous le pseudo "Antò d'Ocana, certifié conforme", qu'un internaute nous a envoyé ce lien avec son commentaire:

Ohhh Jean-Nicolas, voici une info qui va te plaire, je t'imagine à l'ouverture de ce lien.

Effectivement, l'histoire de l'arroseur arrosé plait beaucoup, même à la mode British!

Car cet article montre que les, "ayatollahs verts" de Corse, ne sont plus les seuls insulaires conscients de l'exorbitante hégémonie d'EDF....et de son actionnaire à 82 %, l'Etat Français.

Cet article aurait également plu à Pasquale PAOLI: L'opinion publique Anglaise refusant le diktat du couple Franco-Franco, et soutenant le combat de David contre Goliath!

Faudra-t-il encore beaucoup de temps pour que la "classe" politique insulaire ouvre les yeux?

Ou bien sont-ils déjà grand ouverts..........et terrorisés! Car sur les 63 millions d'€ que la TGAP injecte dans le budget de la CTC, la moitié résulte de la taxation des combustibles importés dans l'île. Et la moitié des combustibles importés dans l'île sont consommés par les centrales thermiques d'EDF en Corse.

Ah, le cornélien deal-aime de la CTC! Préparer la transition énergétique pour 2050, c'est renoncer à cette importantissime manne.

Ce qui permet à notre énergéticien de continuer à engloutir 150 millions d'euros de fioul lourd par an, alors que les EnR dont dispose la Corse sont gratuites.....mais pas encore assujetties à la TGAP.

C'est sans doute pour ça que nos élites, impastughjate di cerbellu, ne sont pas indignées par le statut de ZNI décidé par le tandem Franco² pour la Corse! Pour eux, peu importe si la zone non interconnectée (oui, la Corse est une ZNI!) à la métropole outrepasse les 5 % maximum fixés par l'Europe pour une interconnexion avec le continent européen.

Les British, sont beaucoup moins cons et le coup de la ZNI Corse, Franco² ne leur a pas fait.

Quant au peudo utilisé par notre internaute, il me rappelle une séquence du film LUMIERE NOIRE digne de figurer au grand bétisier:

Le journaliste interroge le numéro 2 d'EDF, au coeur du barrage d'Ocana, sur la situation énergétique de la Corse en 2005: regard désespéré et appel au secours     "Euhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh, en 2005 j'étais pas là..............Antoine...............tu peux répondre?"

_______

On se demande toujours si la pollution générée par les navires impacte la santé des habitants de la cité impériale.

C'est sur, les photos ne montrent rien!

Alors on va peut-être enfin savoir, grâce à l'étude de caractérisation des particules, quelle est la part respective des émissions des bateaux, de la centrale thermique ou du trafic automobile.

 

 

_______

On se demande toujours si la pollution générée par les stations d'épuration impacte la qualité des eaux de baignade de la cité impériale.

C'est sur, les photos ne montrent rien!

_______

Brulages sauvages: Piataniccia, à quelques dizaines de mètres de la cabine de mesure de la qualité de l'air, c'est au moins le 6 eme départ de feu comptabilisé depuis l'automne 2012 près de la carrière. Mais au fait que dit le capteur de microparticules le 16/03/2013 à 19h45?

 


 

lundi 11 mars 2013

A fà a barba à i sumeri si perde savone e tempu

Incroyable, mais vrai......

La légende qui figure au bas de cette photo parue dans la Corse votre Hebdo du 1er au 7 mars nous a quelque peu interpellés!

 

"Après la mise en eau, le démarrage de la première turbine. Le barrage du Rizzanese - 250 millions d'euros investis et 60 mois de chantier - dans le sud de l'île, entre en fonction par étapes successives. Le processus s'achevera en avril au moment où la seconde turbine sera mise en marche à son tour. L'infrastructure hydraulique tournera alors à plein régime et produira 55 MW, l'équivalent de la consommation de 60 000 foyers. Le Rizzanese est le quatrième équipement du genre réalisé par EDF dans l'île."

Ainsi le plus petit des barrages de Corse, avec à peine 3 % du volume d'eau de son plus grand frère, serait capable de subvenir aux besoins de 60 000 foyers!  Ce qui représente quelques 90 000 habitants.

Cette légende est assez intéressante: avec le petit dernier et ses grands frères, la Corse pourrait donc couvrir la totalité des besoins de ses 307 000 habitants par l'hydraulique.......sans attendre 2050! 

....un syndicat d'EDF favorable

au démarrage de  Lucciana

au fioul lourd...

Si la CFE-CGC d'EDF avait voulu prouver qu'elle est favorable au démarrage de la nouvelle centrale de Lucciana au fioul lourd, elle n'aurait pas pu mieux s'y prendre. 

Dans une communication du 31/01/2013 adressée aux groupes politiques de l'Assemblée de Corse, le syndicat énumère en effet tous les scenarii possibles pour l'avenir des nouvelles centrales thermiques......sauf le scenario annoncé d'un démarrage de la centrale de Luciana au fioul léger. Sauf que le document s'adresse à des élus qui ont réaffirmé, à travers une motion votée à l'unanimité lors de la session des 27 et 28 septembre 2012 de l'Assemblée de Corse, leur choix en faveur du fioul léger comme combustible pour alimenter la centrale de Lucciana durant la période transitoire!

Mezza Bastunata! Car cette impasse n'est pas aussi grosse que celle d'autres éminents spécialistes, ceux qui élaborent le SRCAE. Alors que rien n'est arrêté en ce sens à ce jour...............ils ont tout simplement élaboré toutes leurs projections en écartant le fioul lourd qui est pourtant le seul combustible imposé! Le gaz n'étant prévu pour la Corse qu'à la double condition de la réalisation du GALSI et du raccordement de la Corse,

Toute autre solution gazière, avancée par un candidat UMP en campagne et battu depuis, n'a pas force de loi.

Plus loin, le syndicat fait siennes les théories qui n'attribuent que 7 % des émissions de microparticules PM10 aux centrales thermiques. Lesquelles centrales thermiques consomment pourtant près de la moitié des combustibles importés sur l'île! Les particules en Corse, ce serait donc les cheminées et les incendies. Parenu fole!

Selon le graphique ci-dessous, réalisé par le Centre Interprofessionnel Technique d'Etudes de la Pollution Atmosphérique, les contributions respectives de la production d'énergie (27 %), celle des feux de forêts (3 %) et celle du résidentiel (8 %) au bilan mondial des GES émis pour le mois de janvier 2013 sont un peu différentes. 

Annoncer une réduction de 300 000 tonnes de CO2 en cas de basculement du fioul lourd vers le gaz naturel témoigne d'une très bonne connaissance de la nature des polluants émis. A un tel degré d'expertise, on n'ignore pas ce qu'a été la mesure industrielle des PM 10 obligatoire pour l'exploitant jusqu'en 2006, et ce qu'elle est devenue jusqu'en 2011, date de son rétablissement sur mise en demeure. On n'ignore pas davantage la très grande nocivité des PM 2,5 qui ne sont pas du tout mesurées.

Enfin, dénigrer "le miroir à capitaux de certaines grandes installations" en visant le photovoltaïque, revient à se tirer une balle dans le pied......et surtout dans le pied thermique d'EDF!  C'est un peu gros quant on bénéficie en Corse d'une rémunération des capitaux investis à hauteur de 11 %, alors qu'elle n'est que de 6,5 % en métropole. Et tout ça pour construire des centrales thermiques au fioul lourd qui n'ont qu'un piètre rendement de 35 %! 

Pour finir, un tacle au scenario rupture du SRCAE: "les expériences de mise en place de filières locales dans le temps nécessitent un complément et un décalage de l'étape 2020 vers 2030 dans le calendrier, sans altérer les objectifs de 2050. Battu Jacques-Thierry!

 

....gros coup de fatigue

du renseignement en Corse.....

Depuis l'affaire du loup solitaire, on sait que le renseignement n'est plus ce qu'il a été, il semble que la RGPP et la mutualisation des moyens aient eu des effets indésirables, et que les services soient un tantinet débordés.

Une visite ministérielle, en lien avec la problématique de l'énergie, se profile: le MI5 local se réactive pour faire le tour des profils à risque ( comme des associations agrées pour la protection de l'Environnement) Pour ce faire, les fins limiers ressortent de leurs archives une vieille photo jaunie:  

 

Nostalgie ou coup de fatigue: Les profilers locaux en sont restés au stade du fioul lourd spécial Corse ......mieux que du fioul léger!

....gros coup de fatigue

d'autres services 

de l'Etat en Corse.....

Au niveau de la qualité de l'air, il semble que le mal touche également les DREAL . 

Dans ce domaine aussi, les associations agrées sont persona-non-grata et on cherche à s'en débarrasser par des artifices règlementaires dignes du "sur-mesure". C'est de circonstance!

Ce qui ne nous empêche pas d'avoir un regard sur une année de données (01/03/2012 - 31/03/2013) que nous livrons, cette fois sans commentaires, à votre analyse.

Ci-dessus: PM 10 mesurés à la station de mesure industrielle de Piataniccia (située à 5 km de la centrale du Vazzio)
Ci-dessus: PM 10 mesurés à la station de mesure industrielle de la Marana. (Centrale de Lucciana)
Ci-dessus: Comparatif dioxydes de soufre mesurés à la station de mesure industrielle de Piataniccia et à la station de mesure industrielle de la Marana.
Ci-dessus: Comparatif sur l'ensemble des polluants mesurés à la station de mesure industrielle de Piataniccia et à la station de mesure industrielle de la Marana. (Surtout ne pas remarquer le trou dans les relevés de la station de Piataniccia entre le 24 juillet et le 08 août 2012)
mm
 
Ci-dessus, bilan particules dans toute la Corse et à Venaco.
Les sevices autorisés pourraient tout à fait avoir le même regard........ça leur éviterait peut-être d'être dans le collimateur de certains sénateurs!

mercredi 6 mars 2013

Hôpital d'Ajaccio: fi du pouls de mon poumon?

Fukushima : risque de cancer suivant l’OMS article

Chine : vers une explosion des cancers dus à la pollution article

France : bientôt condamnée pour son parc automobile article

Et en Corse?

Tout va bien!

En France, les chiffres de la qualité de l'air sont de plus en plus mauvais selon les observations européennes. En plus d’une trop forte concentration en polluants, la France, recordman en nombre de véhicules diesel est donc "particulièrement" concernée par leur toxicité : l’OMS a confirmé le caractère cancérogène des émissions des moteurs diesel. 

La Corse serait-elle épargnée par les pollutions exogène et endogène ?

On pourrait presque le croire d’après les indices au beau fixe de la qualité de l’air et les indications qui imputent l’essentiel de la pollution particulaire produite dans l’ile aux feux de cheminées et aux incendies.

Selon les données du SRCAE, les deux centrales thermiques de Lucciana et du Vazzio, qui consomment pourtant près de 50 % des combustibles importés, n’émettraient que 7 % des microparticules endogènes.

Et c’est sans compter la part de l’apport exogène, considérable selon les  scientifiques de ChArMEX qui qualifient la « Méditerranée de réceptacle des pollutions continentales ». Curieusement, là aussi, les indices au beau fixe de la qualité de l’air en Corse semblent les démentir.

Et tandis que l’enquête sur l’impact de Tchernobyl en Corse devrait bientôt rendre ses conclusions, une pollution amiantée continue d’empoisonner l’air de la vallée du Fangu, à deux pas de la préfecture et du Conseil Général de la Haute Corse.

C’est dans ce contexte, somme toute assez préoccupant pour nos poumons insulaires, du moins l’ARS pourrait-elle le penser, que le service de pneumologie de l'hôpital d'Ajaccio semble voué à être vidé de ses ressources humaines et logistiques. 

 

Depuis l’automne 2012, l’encadrement médical du service de pneumologie, qui est la seule structure de la spécialité de la Corse du Sud pour la prise en charge des pathologies lourdes, était réduit au seul praticien pneumologue titulaire restant. Auparavant un pneumologue suppléant, dans l’attente d’un postulant sur le second poste,aidait à la prise en charge du service 15 jours par mois.

Depuis le mois de janvier 2013, en l'absence du praticien titulaire, les suppléants se succéderaient à tour de rôle, pour prendre en charge le service, seuls. Pire, un suppléant serait reparti, sans prendre le service en charge, l'estimant trop lourd pour un seul médecin. Il semble qu'entre le service et les astreintes opérationnelles toutes les nuits et le week-end, même à deux titulaires, on serait hors textes réglementaires. Surtout en période hivernale et épidémique.

Que vont devenir les 20 lits, les 2 lits d'isolement (tuberculose) avec ventilation séparée, les 2 salles pour les gestes techniques, et le personnel spécialisé ? 

A priori, le projet de réorganisation des services de médecine réserverait une portion congrue à la pneumologie: 12 lits au sein d'un service médecine interne. L’incertitude quant à sa future organisation, est source d’inquiétude grandissante.

Enfin, il semblerait administrativement possible que des soins, auparavant dispensés par des spécialistes, puissent être assurés par des praticiens de médecine interne.

Ces informations, de source anonyme, sont sujettes à caution, c'est sans doute pour ça que personne ne bronche.

D'ailleurs, selon l’administration, ces changements n’occasionneraient aucune diminution de l'offre de soins. (reportage France3 Corse). lien .

K

Rubrique nécrologique

  

Les objectifs des SRCAE sont-ils morts nés? article   

Il n'ira plus jamais où il devait aller......GALSI, c'est fini et dire que c'était le gazoduc de nos premiers amours.article

k

 Carnet rose

La filère verte prometteuse. lien