Association Aria linda

mercredi 6 février 2013

Enquête publique de Lucciana: Ni fioul léger, ni gaz naturel, ce sera du fioul lourd.

7 février 2013 à 9h00:

Départ de Dumè (A Sentinella) de Bastelicaccia et de votre serviteur (Aria Linda) de Cuttoli-Corticchiato à destination de la Mairie de Lucciana où va se tenir à 15 h00 la réunion proposée par le président de la commission d'enquête publique, Yves POGGI, aux membres du Collectif Régional NON aux CENTRALES au FIOUL LOURD.

En passant par Riventosa, nous embarquons Dumé GAMBINI (U Levante) après que celui-ci nous ait offert un café. En franchissant le seuil, je perçois dans l'encoignure de la porte un message subliminal........un signe avant-coureur de la situation de la Corse:  

Le piège est vétuste, rouillé mais fonctionne toujours bien depuis plus de 30 ans pour coincer les opposants des centrales au fioul lourd. 

Confirmation au débouché de la vallée du Golo sur la commune de Lucciana, lieu dit Casamozza. Un regard sur l'horizon confirme l'importance des volumes de polluants crachés par l'actuelle centrale. Avec la future centrale, la puissance installée sera doublée.....la pollution aussi.

Loin de s'élever dans le ciel, propulsés comme le prévoit l'arrêté préfectoral à 25 m/s, donc à 90 km/h, les 2 panaches s'étalent, pour finir par retomber au sol selon la charge en métaux embarquée par les particules. 

7 février 2013 à 14h30:

Nous sommes rejoints à Lucciana par les représentants des associations locales de riverains, composantes nordistes de notre collectif régional pour former un groupe de 9.

Le Président POGGI et Madame SAVELLI qui nous accueillent, sont rejoints par Monsieur PUCCIO. La commission d'enquête est au complet.

Tour à tour les membres de la commission et du collectif s'expriment et échangent sur les différentes problématiques. 

En fin de réunion, un consensus semble se dégager: les diverses annonces relatives à un fonctionnement au fioul léger, ou au gaz naturel n'ont fait l'objet d'aucune ratification. 

Contrairement à ce qu'allègue EDF dans son dossier, personne, et pas même les services de l'Etat, ne peut produire un document officiel indiquant un changement de la politique énergétique applicable en Corse: 

-  Les documents normatifs imposant le fonctionnement au fioul lourd restent applicables. De plus, le financement du surcout lié à l'utilisation du fioul léger n'est pas validé.

-  Les documents normatifs conditionnant l'alimentation au gaz naturel imposent deux conditions qui ne seront probablement jamais réalisées: la réalisation du gazoduc GALSI et le raccordement de la Corse. De plus, le financement des installations gazières n'est pas validé, et la solution GNL acheminé par méthaniers et stocké par barge(s), n'est même pas envisagée par les documents officiels.

Nous en apportons les preuves écrites à la commission, qui ne disposant pas de documents contradictoires, semble réduite au même constat.

Mais alors, nous sommes-nous demandé, que diable venions-nous faire dans cette galère?

Pourquoi l'Etat qui sait, mieux que personne, que rien ne justifiait cette enquête publique a-t-il voulu la lancer, via le Préfet de Haute Corse?

Depuis 5 ans, de grandes manoeuvres de communication sont menées par les représentants de l'Etat:

Il y a eu d'abord le couteux débat public Cyrénée, souhaité par le Préfet de Région BOUILLON, au grand étonnement de la CNDP!

Puis, le PIG pour une centrale au gaz, mais sans alimentation au gaz, également oeuvre du Préfet BOUILLON, en passe d'annulation partielle ou totale par le Tribunal Administratif de Bastia. lien

Voilà maintenant l'enquête publique lancée par le Préfet de Haute Corse pour une centrale à fioul léger et au gaz, mais sans fioul léger et sans gaz.

 

Ni fioul léger, ni gaz naturel:

ce sera du fioul lourd.

m

Extrait des observations formulées par les associations dans le cadre de l'enquête publique:

Le contexte est tellement figé que l'industriel en arrive même, dans ses conclusions de l'étude d'impact, à suggérer à l'Etat de ne pas modifier l'arrêté d'exploitation en vigueur :

« ... les mesures mises en place pour la situation autorisée au titre de l’arrêté préfectoral existant seront suffisantes par simple reconduction des prescriptions existantes. »

Une simple reconduction des prescriptions existantes qui laisserait la porte entrouverte à la poursuite de l'exploitation au fioul lourd, en cas de nécessité, et bien sur, seulement s'il fallait assurer la sécurité du « système électrique Corse ».

L'Assemblée de Corse, et plus particulièrement l'Exécutif, disposerait d'une lettre offrant des garanties!

Ceci expliquant sans doute cela:

 

revue de presse....

Lire la suite

Annus horribilis pour le PIG?

Le PIG centrale thermique EDF à gaz (sans gaz!) d'Ajaccio-Bastelicaccia au TA de Bastia: on saura le 19 si le PIG est partiellement ou totalement annulé.

Dumè LANFRANCHI, Président de l'association A SENTINELLA au micro d'Alex BERTOCCHINI sur Alta Frequenza. lien  et sur France 3 lien et ci dessous dans Corse Matin

Philippe, de retour du TA en passant par Lucciana, a pris ces clichés qui démontrent que la pollution "ne va pas toujours vers la mer" .........

........et que la vitesse d'extraction prévue par l'arrêté d'exploitation ne semble pas respectée,

........et que les situations de rabattement vers le sol ne sont pas aussi rares que le prétend l'étude de dispersion.

mmm