Corse: vers l'autonomie énergétique

 La CORSE roulera bientôt au renouvelable article

Mais ce n'est pas nouveau: 

 en Corse, on nous roule depuis 1993!

 

La délibération 93/67 AC relative à la POLITIQUE ENERGETIQUE de la CORSE votée par l'Assemblée de Corse votée le 18 juin 1993. lien

EDF

A Bastelicaccia, avant même la construction de la centrale à gaz , en 2012, il y a déjà de l'eau dans le gaz !

C'est le site meilleur compromis choisi par le Préfet Bouillon pour implanter une centrale au gaz, sans gaz!

 

EDF: PROGLIO n'est plus chez VEOLIA article  

 EDF contre VEOLIA article

 EDF devra-t-elle rembourser les 8.8 milliards de surfacturation? article

NUCLEAIRE

Après les assureurs qui ne veulent pas couvrir l'incalculable coût du risque, les collectivités jettent l'éponge. 

 

Le coût réel du nucléaire est bien supérieur à celui avancé les industriels. Ces derniers, et leurs assureurs ne prennant pas en compte le coût du traitement social des accidents, c'est aux collectivités qu'en revient la charge financière. 

Le Japon, à travers la prefecture de Fukushima, nous fait la morbide démonstration de ce qu'il advient des populations touchées dans leur chair lorsque les collectivités n'assument plus: 

Il y a quelques semaines, Tokiko Noguchi a reçu deux mauvaises nouvelles: des petites tumeurs de la thyroïde sont apparues chez son fils. Le même jour, la préfecture de Fukushima, la zone dévastée par l'accident nucléaire de 2011 au Japon, décidait de suspendre l'aide aux familles qui souhaitent quitter la région. 

Tokiko, qui vit avec ses proches dans cette zone, a senti le monde s'écrouler autour d'elle. Elle avait déjà décidé de déménager lorsque sa fille avait validé ses examens à l'école, par peur de l'effet des radiations sur la santé de ses enfants. Elle comptait sur l'aide au logement que les autorités donnent aux familles sur le départ. Elle ne peut plus partir, et ses enfants continuent d'être exposés à la contamination radioactive.

Tokiko a donc décidé de lancer une pétition pour demander à la préfecture de Fukushima de maintenir cette aide. L'an dernier, celle-ci avait déjà été contrainte de maintenir certains programmes grâce à la pression des citoyens. Aujourd'hui, Tokiko a besoin d'une grande vague de soutien pour conduire les autorités à revoir leur décision.

Merci de signer sa pétition pour demander à la préfecture de Fukushima de maintenir l'aide aux familles qui souhaitent quitter la région affectée par la catastrophe.

Comme Tokiko, beaucoup de familles à Fukushima font face à un choix terrible: laisser leurs enfants à l'école au milieu de leurs amis mais aussi des radiations, ou abandonner ce qui fut leur maison pendant des décennies pour partir à l'inconnu. Les aides de la préfecture sont le seul moyen permettant à ces familles de se reconstruire dans un nouvel environnement.

Pour Tokiko, il est inacceptable de voir la préfecture abandonner ces aides moins de deux ans après la tragédie de Fukushima, en particulier lorsque des enfants souffrent de problèmes de santé liés à la contamination. D'autant que cette décision intervient en décembre alors que beaucoup de familles attendaient la fin des cours en mars prochain pour partir. 

Plus de 85.000 personnes dans le monde ont déjà signé la pétition de Tokiko, qui vise 100.000 signatures pour la remettre au gouvernement.

Cliquez ici pour signer la pétition et aider Tokiko et les autres familles de Fukushima.

PS: pour aider Tokiko à atteindre son objectif de 100.000, merci de diffuser ce message à vos amis après avoir signé sa pétition.

La France aurait-elle un comportement différent?