"Il faut que nous nous soulevions  pour lutter contre le lobby des associations....

..... à force de lutter pour la protection du lézard, de la libellule et des crapauds, il ne restera plus que ça et nous, nous aurons disparu."

 

Le 21 juillet 2010, c'est par cette phrase de son intervention que le Président du Conseil Général de la Corse du Sud, incitait publiquement les élus présents dans la salle de la Mairie de Moca Croce à se soulever contre des associations selon lui organisées en lobby. article

A la tribune, un autre Président, celui de l'Assemblée de Corse. A sa droite, le Sous-préfet de Sartene.

 

Devant lui, un parterre d'élus, de représentants de l'Etat, le Conseiller Général Paul-Jo CAITUCOLI. Les médias étaient conviés.

 

Si tous les présents ont parfaitement entendu l'appel au soulèvement de l'élu, une seule voix désapprobatrice s'est fait entendre en réaction à cette incitation: celle du Conseiller Général Paul-Jo CAITUCOLI.

Le Président de l'Assemblée de Corse, initiateur du débat sur la violence au sein de cette autre vénérable institution, ne devait pas réagir à la harangue de son collègue territorial. Difficile pourtant de ne pas faire le lien avec la violence des échanges observés lors du débat sur le premier projet de PADDUC.

Le représentant de l'Etat, qui remplaçait alors le Préfet BOUILLON, n'a pas relevé. En a-t-il référé à son supérieur qui devait, quelques temps après, rejoindre le cabinet du Ministre de l'intérieur Claude GUEANT? L'actuel Ministre de l'intérieur pourrait nous le dire.

Pas de restitution dans les medias, qui d'ordinaire, sont à l'affut de ces petites phrases.

Ex nihilo, une petite phrase peut devenir un gros titre.

Tel ne fut pas le sort des propos tenus alors devant témoins par le Président du Conseil Général.

En revanche, la mayonnaise a remarquablement bien pris sur la base de supposés propos accusateurs à son encontre, qui auraient été tenus à huis clos, par un membre du Collectif Loi Littoral. 

Elle n'est pas passée inaperçue du présumé diffamé, qui semble tenté de se saisir de "l'information" pour ester contre le présumé coupable désigné.

"Il faut que nous nous soulevions  pour lutter contre le lobby des associations...."

Des menaces formulées à l'encontre des membres du Collectif Loi Littoral?  A la veille de la visite de Manuel VALLS et du Conseiller Territorial du Président de la République, les services locaux du renseignement les ignoraient!  Le site qui relate l'activité des associatifs est tellement confidentiel. lien vers le site

Idem pour les propos tenus à l'encontre des membres d'un autre collectif, le collectif NON aux CENTRALES au FIOUL LOURD, à l'encontre d'une Députée Européenne, et à l'encontre des élus de l'Assemblée de Corse par certains des participants à la réunion du 29 juin 2010 en présence du Préfet de Haute Corse en Préfecture de Bastia. L'article. Si le Préfet Névache n'avait pas permis au journaliste qui voulait faire un sujet en assistant aux échanges, Monsieur le Ministre il vous reste les notes prises par les deux secrétaires.

Mais vous le voyez Monsieur le Ministre, ici, même les officiels sont très peu loquaces et parfois sélectifs.