.......en effet, malgré une habile transposition en droit français de la directive Européenne (dérogation de 1996) relative à la notion d'interconnexion maximum admissible (5 %) qui permet à EDF de  continuer à bénéficier du statut de ZNI en Corse, l'opérateur monopolistique se retrouve confronté au refus de la CRE de compenser les surcouts de production relatifs à l'interconnexion SACOI. Dans son document relatif aux charges de service public de l’électricité constatées au titre de 2010 la CRE montre qu'elle n'est pas dupe:

 

"A l’instar des remarques formulées les années précédentes, l’énergie transitant sur la liaison SACOI reliant l’Italie continentale à la Sardaigne via la Corse, qui permet de fournir les clients corses, est produite par EDF à partir de son propre parc de production continental. Elle ne peut donc donner lieu à compensation, les surcoûts à considérer dans les ZNI étant ceux liés « aux particularités du parc de production inhérentes à la nature de ces zones »".

A l'évidence la CRE constate que la liaison SACOI transite effectivement le réseau Européen.

 

En bref

 

1) Autosuffisance énergétique de la Corse: il y a au moins deux verrous réglementaires à faire sauter pour s'en approcher :

 

L'article 22 : La limitation à 30 % de la part ENR considérée fatale par EDF.

  Article 22 En savoir plus sur cet article...

Toute installation de production dont la puissance Pmax est supérieure ou égale à 3 kVA et mettant en œuvre de l'énergie fatale à caractère aléatoire telles les fermes éoliennes et les installations photovoltaïques peut être déconnectée du réseau public de distribution d'électricité à la demande du gestionnaire de ce réseau lorsque ce dernier constate que la somme des puissances actives injectées par de telles installations atteint 30 % de la puissance active totale transitant sur le réseau. Les circonstances dans lesquelles ces déconnections peuvent être demandées sont précisées dans la convention de raccordement et les modalités selon lesquelles elles sont effectuées le sont dans la convention d'exploitation.
Pour l'application de l'alinéa précédent, deux ou plusieurs projets sont réputés ne constituer qu'une seule installation s'ils sont situés sur la même toiture ou sur la même parcelle.

NOTA:

Arrêté du 24 novembre 2010, article 3 : les dispositions de l'article 22 dans leur rédaction antérieure à la publication du présent arrêté s'appliquent à toute installation de production en cours de raccordement pour laquelle le demandeur a accepté les conditions techniques et financières de raccordement à la date du 5 mars 2011.

L'article 22 bis : L'interdiction de stockage hydraulique pour les moyens qui produisent une électricité , 

considérée fatale, et dont la puissance est inférieure à 100 kVA.

Une installation de production de plus de 100 kVA mettant en œuvre de l'énergie fatale à caractère aléatoire n'est pas soumise aux dispositions de l'article 22 lorsqu'elle dispose d'un stockage de l'énergie électrique lui permettant de se conformer aux mêmes prescriptions techniques que celles prévues par l'article 21 et dont les caractéristiques, en termes de capacité, sont définies dans la documentation technique de référence du gestionnaire de réseau.

 

 

2) On n'arrivait pas à y croire: des infractions d'EDF au droit du travail!     Mais ce n'était que dans le domaine du nucléaire, côté fioul lourd, apparement tout baigne.

 

 

 3) AREVA et EDF, ça gaze de schiste!

4) Evènement:  Les semences prennent le maquis” sortie du film  au 1er septembre 2012...Voir la bande annonce

5) Bouteille à la mer:

Un internaute, inspiré par l'exemple de l'appel lancé à la population pour l'inviter à déclarer d'éventuelles atteintes à la santée causées par le passage du nuage de Tchernobyl, nous a suggéré d'en faire autant avec la problématique des centrales au fioul lourd.

L'idée d'un parallélisme des situations est à priori intéressante. A fortiori, l'aboutissement de l'enquête épidémiologique relative à l'mpact sanitaire de l'accident de Tchernobyl en Corse résulte d'un parcours du combattant.

Il faudrait même dire du parcours de plusieurs combattants. à commencer par le Docteur Denis FAUCONNIER, premier lanceur d'alerte en Corse depuis l'accident nucléaire de Tchernobyl.

Denis a pu ensuite bénéficier du soutien déterminant du réalisateur Jean Charles CHATARD et de sa complice Eliane PARIGI.

Tchernobyl, c'est une responsabilité partagée:

1 - La source d'émission, nucléaire, est en Ukraine.
2 - La non maîtrise du sacro (sarko?) saint outil nucléaire est le fait d'un autre état que l'état français,
3 - Seul le mensonge sur la réalité et la gravité de l'impact sanitaire en France, donc en Corse, est français,

Faisons le parallèle pour ces 3 points en ce concerne l'impact sanitaire des centrales thermiques d'EDF en Corse. Vous en conviendrez rapidement avec moi: comparativement, l'étude sanitaire finalement lancée par la CTC........c'était "un parcours de santé"!



Vous avez remarqué le silence radio du politique, de la presse locale, de l'ARS suite à la communication du volet sanitaire qui figure dans l'étude comparative fioul lourd/ fioul léger réalisée par EDF au sujet des émissions de la centrale thermique d'EDF de Lucciana?

Alors que ce volet sanitaire est maintenant conforté par les conclusions de l'OMS sur le caractère cancérogène des émissions des moteurs diesel, le politique et les canards font les autruches, et l'ARS ne répond pas!

On peut toujours lancer une bouteille à la mer!

 

6) Puisqu'il se nourrit d'identitaire, faut-il se méfier aussi du tourisme?