Communiqué de presse: 

Agression de deux membres de l’association, le  GARDE (Groupement d’Ajaccio et de sa Région pour la Défense de l’Environnement)

Samedi 28 Juillet dernier, deux représentantes de notre association ont été agressées !

La vice-présidente et la secrétaire du GARDE avaient été invitées par des journalistes du groupe Direct 8 Canal+ à l’occasion d’un reportage sur le littoral Corse.

Une partie de l’équipe a débarqué sur la plage de Cala di Fica et a emprunté le chemin de terre, situé à droite de la plage, jusqu’à la clôture qui en interdit l’accès, puis est repartie sans avoir rencontré personne.

Mais vers 20h30, à leur retour au port de l’Amirauté, et alors qu’ils n’étaient pas encore débarqués, messieurs APPIETTO père et fils ont surgi sur le ponton et ont commencé à les invectiver. Afin d’obtenir des explications sur les raisons de cette agressivité soudaine, nos deux représentantes sont descendues à leur rencontre mais ont été alors  agressées verbalement puis physiquement : La première a été agrippée par un bras, est tombée à genoux, son appareil photo arraché et jeté à la mer. La seconde a été à son tour menacée de mort puis projetée à terre et son fils, âgé de dix ans, qui essayait de s’interposer pour défendre sa mère, a également été molesté.

Conduites aux Urgences de l’hôpital de la Miséricorde où leurs différents traumatismes ont été constatés, puis au Commissariat  de Police où plainte a été déposée par l’ensemble des personnes agressées. Là elles ont été de nouveau invectivées par la famille de leurs agresseurs, alors qu’elles se trouvaient dans la salle d’attente du Commissariat. L’intervention d’un Officier de Police a même été utile pour éviter de nouvelles voies de fait.

         Aujourd’hui, ce sont deux membres du GARDE qui ont été agressés. Des représentants des associations de défense de l’environnement ont reçu et reçoivent des menaces, des pressions morales et subissent même parfois des violences physiques. Il est anormal que ces associations qui militent dans la légalité et pour le respect de la Loi Littoral soient confrontées à de telles situations alors qu’il s’agit d’une prérogative de l’Etat que de faire respecter la Loi.

                                                                              Vincent CICCADA   Président du GARDE

_____

Le conseil d'administration d'Aria Linda réaffirme sa totale solidarité aux actions menées en faveur de la défense de l'Environnement par les bénévoles de l'association le GARDE, condamne l'agression contre nos collègues Nicole, Valérie et son fils âgé de 10 ans, ainsi que l'équipe de TV de Direct  8.

Cette nouvelle agression contre des défenseurs de l'Environnement, s'ajoute aux menaces et anathèmes portés par une faction d'affairistes et de politiques dans un contexte insulaire où l'état de fait prend le pas sur l'état de droit, sous le regard plus que passif des supposés garants des institutions.

On se souvient de l'appel à la lutte contre les associations lancé par le président du conseil général de la Corse du Sud le 21 juillet 2010 en la Mairie de Moca Croce, en présence du sous-préfet  :

"Il faut que nous nous soulevions  pour lutter contre le lobby des associations....

..... à force de lutter pour la protection du lézard, de la libellule et des crapauds, il ne restera plus que ça et nous, nous aurons disparu."

Dans le même registre, on se souviendra aussi des propos échangés en présence du préfet Névache, en préfecture de Haute Corse, le 29 juin 2010.  On se souvient aussi des propos échangés en matière de santé au cours de cette houleuse réunion...mais depuis, les choses ont bien évolué.

Plus récemment, c'est du côté de Piana qu'une charge anti-associatifs a été déposée. Le régional de l’étape au Sénat pour la Corse du Sud, désigné par les grands électeurs de ce département disait d'eux en séance du Sénat du 18 octobre 2011, à Paris :

jj

« Je vous demande, mes chers collègues, de ne pas accorder trop d’importance à l’avis de l’Assemblée de Corse…….. »

 ____

Mesure des microparticules à Lucciana: enfin! 

Depuis que, sous l'action des associations, relayée par la mise en demeure des Préfets de Corse, la mesure obligatoire des microparticules dans le périmètre des centrales thermiques a été rétablie, un dépassement vient d'être signalé à Lucciana.

Bien évidemment, du côté des milieux autorisés, on monte immédiatement au créneau pour signifier que cette pollution, qui n'a été constatée qu'à Lucciana....est mesurée à proximité d'une route à grande circulation! 

LOL!

Faut-il rappeler à nos experts que des dépassements de l'ordre de 150 % des valeurs limites d'émission en matière de microparticules pour la centrale EDF de Lucciana, ont été  dument signalés par EDF à la DRIRE à partir d'août 2008. Et leur rappeler, à nos spécialistes qu'ils n'avaient alors rien remarqué au niveau de ce qui aurait du être une surveillance industrielle.