Volet sanitaire

Commentaire 1

Pour les quartiers de Lucciana déjà exposés bien au-delà de la norme sanitaire, le passage au fioul léger réduirait de 5,7 fois la concentration de dioxydes de soufre.  

 

Les paramètres considérés influents dans l'étude d’évaluation du risque sanitaire (ERS)  mettent en relation les concentrations de polluants dans l’air ambiant et les valeurs toxicologiques de référence  (VTR)

 

A ce titre, le tableau de la page 13/27, qui est le document de ce volet sanitaire qui nous parait être dans la cible de la commande initiale, indique de façon très claire qu’il y a une différence d’impact sanitaire notable selon que l’on utilise du fioul lourd TTBTS, ou du fioul léger.

 

Dans le cas de l’utilisation du fioul lourd, plusieurs zones autours de la centrale commune seraient déjà soumises à des concentrations d’émissions de dioxyde de soufre, au-delà de la valeur toxicologique de référence, VTR, qui est de 26,2 µg/m3, ce qui accroit le risque sanitaire pour les populations qui y vivent.

Le tableau montre que dans le cas de l’utilisation de fioul léger, l’exposition au dioxyde de soufre est jusqu’à  5,7 fois moins importante.

 

On peut en déduire que le risque sanitaire, pour ce polluant est réduit avec du fioul léger.  La même analyse aurait pu être réalisée aussi finement pour les autres polluants, mais ce n’était pas la commande.

Il est à noter que l’expression des concentrations à l’émission reste sujette à caution puisque que les références documentaires font souvent appel à des valeurs d’émissions qui sont celles de chaudières, de centrales à flamme et non de moteurs diesels.

C’est un point que nous nous avions soulevé au niveau de l’enquête publique et qui est à nouveau confirmé par la lecture de la page 9/10 du document de l’annexe 2 « Analyse comparative des facteurs d’émission FO2/FOD »  réalisée par le CEIES.  

Les chaudières et les centrales à flamme permettent une bien meilleure maitrise de la concentration des rejets que les moteurs diesel. C'est un élément majorant au niveau des concentrations en polluants des émissions des moteurs diesel.  

 

 

Commentaire 2

Le comparatif porte sur un droit à polluer, 2 à 3,3 fois supérieur à ce qui est admis par les MTD, et non sur la réalité des émissions.

 Loin de refléter la réalité des émissions, la comparaison entre les combustibles se borne à comparer dans un tableau les valeurs limite d’émissions (VLE) autrement dit les concentrations autorisées à l’émission. On compare donc un droit à polluer et non la réalité des émissions.

 Voici le tableau proposé par dans cette étude

 

 

unités

VLE fioul lourd

VLE fioul domestique

SO2

mg/Nm3

1500

300

NO2

mg/Nm3

600

600

PM (poussières)

mg/Nm3

100

100

CO

mg/Nm3

650

650

 

 

Il aurait été nettement plus objectif de comparer la réalité des émissions, comme dans le tableau du *CITEPA ci-après :  

*Centre Interprofessionnel Technique d'Etudes de la Pollution Atmosphérique dont les travaux sont certifiés ISO 9001.

 

Il aurait été aussi nettement plus objectif de comparer la réalité des émissions mesurées, comme dans le tableau du BREF,  document de référence sur les meilleures techniques disponibles MTD pour les grandes installations de combustion de 2006.

 

En effet le tableau ci-après montre qu’il est possible de faire fonctionner une centrale thermique bien en dessous de la VLE poussières (microparticules PM 10 et PM 2,5) de 100 mg/Nm3 autorisés par les préfets de Corse indistinctement autorisée pour le fioul lourd ou le fioul léger.

Il est donc possible d'imposer une VLE poussières de 50 mg/Nm3 dans le cas de l'utilisation du fioul lourd et de 30 mg/Nm3 dans le cas de l'utilisation du fioul léger.

  

Il est à noter que parmi les autres paramètres considérés, et alors que dans la réalité, les paramètres débit, température,  vitesse d’éjection sont variables, dans cette étude ils sont réputés constants !!!!!!!   

  

Volet économique et Financier

 

Commentaire 3

 

Si Lucciana 2 est alimentée au fioul léger, une partie de la production de Lucciana 2 sera reportée sur le Vazzio, avec pour conséquence une augmentation de la pollution de la centrale émise sur la région Ajaccienne.

 

A noter : Le rédacteur et l’approbateur de PEI (EDF) qui ont signé le document, dans la même journée, le 24/08/2011 sont la même personne. Il est plusieurs fois indiqué dans le document que les annonces sont valables ….en décidant avant fin octobre 2011 de fonctionner au fioul domestique…  Le rapport initial est daté de juillet 2011.

Au chapitre 4, Analyse du cout du combustible (FO2 TTBTS Vs FOD), page 5/17, on peut lire:

Scenario de fonctionnement-Durée annuelle de fonctionnement de la centrale :

-    Identique au fioul lourd et au FOD, soit 5650 heures/an, ou encore un taux d’utilisation de 64 % par moteur. Il s’agit d’une approximation majorante, car le fonctionnement au fioul domestique renchérirait le prix d’appel de la centrale (le fameux merit order) par le gestionnaire du système électrique et conduirait à solliciter la centrale du Vazzio sur une base légèrement supérieure.

EDF envisagerait donc, si elle était contrainte à passer au fioul léger à Lucciana de déporter une partie de la production que devrait assurer la nouvelle centrale de Lucciana, sur l’actuelle centrale du Vazzio.  Avec pour conséquence, une augmentation de la pollution sur la région Ajaccienne.

Concernant l'analyse des "autres couts d'exploitation, le tableau de la page 9/17 montre qu’il n’y a pas d’incidence sur les couts de personnel.

Commentaire 4: 

EDF va payer moins de TGAP, la taxe générale sur les activités polluantes. Il y a donc également une reconnaissance officielle des services de l'Etat (fiscaux en l'occurrence) d'une réduction significative de la pollution en cas d'utilisation de fioul léger.

A la page 9/17, apparait un indicateur particulièrement intéressant sur la réduction de la pollution liée à la réduction de la teneur en soufre.

Sur la seule réduction de l’émission des dioxydes de soufre (1500 t/an au fioul lourd, 300 t/an au fioul léger), la taxe générale sur les activités polluantes, TGAP, payée par EDF baissera  de 55 000 € par an.  Et le cout des traitements du combustible sur site, auparavant  imposés par le fioul lourd, baissera de 200 000 €/an.

 

 

Volet procédures administratives

 

Une modification du combustible qui .....pourrait...... être considérée comme substantielle.

Du fait de la limitation du remplissage des cuves (pour réduire le rayon d'impact du Boil Over qui était initialement de 730 m) la quantité de fioul léger permet de passer en seuil Seveso bas.

 

Page 6/11 on peut lire: …la modification de la source d’énergie primaire, par passage du fioul lourd au fioul domestique impliquerait le dépôt d’une nouvelle demande d’ICPE……

Il y a-t-il véritablement modification de la source d’énergie primaire ? Le fioul léger est déjà le combustible de secours. Très curieusement avant la PPI 2009, la précision n’avait pas d’importance, d’ailleurs EDF nous disait alors que c’était la même chose le lourd et le léger.

Le rédacteur s'interroge à nouveau à la page 8/11 : La modification du combustible pourrait être considérée comme substantielle…..

On peut aussi s’étonner que l’utilisation des cuves de stockage présentes sur le site de Lucciana 1, dont le démantèlement ne semble pas envisagé, n’aient pas été prises en compte pour assurer le stockage en léger de lucciana 2 durant la courte période qui devait précéder l’arrivée du gaz naturel. Ca aurait fait une belle économie pour un industriel qui aurait sérieusement envisagé de passer au gaz.

A noter: Impact planning : constitution, instruction du dossier, enquête publique 15 à 21 mois.

 

Volet risques industriels

En plus de la réduction du risque sanitaire, il y a également réduction du risque d’explosion : pour la population, un impact sur 80 m, c’est beaucoup moins que sur 300 m, ou sur 730 m.

Il faudrait finir par savoir de quel fioul lourd parle cette étude! C’est du TBTS, du TTBTS ou du spécial corse ?

Il faudrait finir également finir par savoir si les émissions polluantes retenues dans cette étude sont celles de chaudières, de centrales à flamme, ou de centrales à moteurs diesel!

 

Le document est très intéressant, mais les pépites sont dans les annexes

 

Annexes:

Au lieu de faire figurer dans son annexe 1, la fiche de sécurité relative au FO2 TTBTS, fioul lourd à très très basse teneur en soufre (< 0,5 en masse), qui est l’objet de l’étude comparative et qui devrait être utilisé par la future centrale de Lucciana, EDF à joint celle du FO2 TBTS, fioul lourd à très basse teneur en soufre (< 1 % en masse). 

Ce lapsus est-il révélateur de l’utilisation du fioul lourd TBTS pour l’actuelle centrale de Lucciana?

C’est d’autant plus troublant que dans ses précisions sur le FO2 TTBTS « spécial corse » figurant dans  l’annexe 4  du volet sanitaire, EDF introduit le « Distillat Spécifications Haute Corse » (alias fioul lourd spécial Corse), et qu’il est encore comparé à un fioul lourd à très basse teneur en soufre TBTS et non à un TTBTS.

Les annexes 3 sont tout à fait intéressantes :

Contrairement à ce que laissait entendre EDF quant au risques liés à l’utilisation et au stockage du fioul léger, on constate en comparant les deux plans de la centrale montrant le périmètre d’impact de chaque combustible que le périmètre impacté en cas de « boil over en couche mince » n’est que de 80 m, alors que le périmètre impacté en cas de «  boil over classique » lié à l’utilisation et au stockage du fioul lourd atteint 300 m, et sort donc du périmètre de la centrale.

Le premier dossier soumis à enquête publique par EDF comportait un dépôt interne de 3 cuves de fioul lourd de 8480 m3. Pour ce volume de stockage, le périmètre impacté par un boil over classique atteignait 730 m. Par la suite EDF  a été contrainte à revoir ses prétentions en matière de remplissage à 3 x 3960 m3, pour diminuer un niveau de risque de boilover jugé inacceptable par le commune de Lucciana.

 

 ___

 

Le parcours du combattant pour obtenir cette étude narré par Patrice ANTONA