Association Aria linda

samedi 31 mars 2012

La vérité et la transparence

 

pour tout savoir sur l'opération flottilles en Corse, cliquez ici


 

_________


Après ça, le Président viendra le 13 avril 2012. Alors pendant la campagne pas de vague......


Le 18 avril 2012, nous avons rendez-vous avec les services de l'Etat pour parler de ça:

Emission de microparticules à 80 m au dessus du niveau de la mer, la concentration au sortir des cheminées est 2000 fois supérieure à celle qui serait admissible pour la santé humaine!

Le 18 avril 2012, nous avons rendez-vous avec les services de l'Etat pour parler de ça:

Malgré les obligations de l'exploitant, aucun appareil ne mesure plus les microparticules dans les zones les plus impactées par le panache depuis 2006.

Le 18 avril 2012, nous avons rendez-vous avec les services de l'Etat pour parler de ça:

Quand le rejet des polluants ne se fait pas à la vitesse préconisée, et/ou que les vents dominants couchent le panache, celui va directement au contact des populations les plus proches...

Le 18 avril 202, nous avons rendez-vous avec les services de l'Etat pour parler de ça:

Les mesures de la dernière campagne annuelle révèlent quelques "petits" problèmes de gestion des moyens de production.

 

Le 18 avril 2012, nous avons rendez-vous avec les services de l'Etat pour parler de ça:

Personne ne semble pouvoir dire où passent les volumes de polluants qui s'échappent de la centrale

Le 18 avril 2012, nous avons rendez-vous avec les services de l'Etat pour parler de ça:

Dispersion type dans la basse vallée de la Gravona à Bastelicaccia, où les cheminées de la future centrale, qui cracheront leurs émissions à seulement 40 m du niveau de la mer sont prévues.

 

Le 18 avril 2012, nous avons rendez-vous avec les services de l'Etat pour parler de ça:

Côté port et navires, nos interlocuteurs ne semblaient pas connaitre, en fin d'année 2011, toutes leurs prérogatives, et s'ils disposaient d'un pouvoir de police,  au niveau pollution des navires.............ils devaient demander à Paris!!!!!

 

Le 18 avril 2012, nous avons rendez-vous avec les services de l'Etat pour parler de ça:

On voit très bien où va la pollution des navires, même lorsqu'on peut se tromper sur l'émetteur de cette pollution.

Comme quoi un navire peut en cacher un autre!

 

 Mais comme les services font la sourde oreille à nos demande de communication, il va encore nous falloir passer par la CADA.

 

Lire la suite

jeudi 29 mars 2012

Le 8 avril 2012 disons: Non à l'exploitation des hydrocarbures en Méditerranée..

 

Le 8 avril 2012, les collectifs contre l’exploitation des gaz et huiles de schiste en Méditerranée, rejoints par les collectifs terrestres organisent un rassemblement national et une sortie des bateaux dans les ports du littoral à la Seyne sur Mer

 

L’objectif de cette démarche est notamment de s’opposer à la délivrance d’une autorisation d’exploiter un gisement situé au large d’Hyères déposée par la société Melrose Resources. La décision d’autoriser le permis « Rhône Méditerranée » pourrait être prise le 11 avril 2012.

p

 

En cas d’incident type golfe du Mexique, la pollution pourrait commencer à atteindre les 1000 km de côtes de la Corse, et sa biodiversité marine en 3 jours. D’autre part les mammifères marins du sanctuaire Pelagos seraient directement impactés par les procédés d’exploration.

 

 

Plusieurs associations et organisations non politiques souhaitent, le 8 avril 2012, inscrire la Corse dans cette démarche de protection de notre milieu aquatique et littoral.

 

Pour cela, nous avons prévu de constituer une flottille dans le port d’Ajaccio, et si cela était possible dans le port de Bastia. Une conférence de presse est également prévue.

 

 

Ont déjà confirmé leur intention de participer :

 

Corsica Mare Osservazione : contact Pierre Henri WEBER,

 

La Prud'homie des pêcheurs d'Ajaccio : contact Xavier D'ORAZIO,

 

U Levante : contact Michelle SALOTTI, voir dossier thématique Ambiante

 

Le GARDE : contact Vincent CICCADA,

 

Le Collectif Loi Littoral : contact Delphine AGOSTINI,

 

A Sentinella : contact Dominique LANFRANCHI,

^p

Eco Natura: contact Tony PIERI,

 

Aria Linda : contact Jean Nicolas ANTONIOTTI,

 

Vous souhaitez y participer,

à la flottille d'Ajaccio,

à la flottille de Bastia,

p

Un recensement des navires potentiels est prévu, et de leur capacité éventuelle d’accueil est prévu. Vous pouvez indiquer votre intention de participer à l'une des flottille en renseignant le sondage ci-après:

p

Inscrivez vous ici!

 

Sur le continent aussi....

Lire la suite

lundi 26 mars 2012

Les mers et les océans sont de formidables réservoirs d'énergie propre.

Les mers et les océans sont de formidables réservoirs d'énergie propre.

Encore faudrait-il prendre les bonnes décisions pour en profiter avec le moins de dommages possibles pour ce précieux milieux.

Les hydroliennes, ces "éoliennes de la mer" mues par les courants marins, semblent correspondre à cet objectif. Pourtant, selon le JDE,  l'Etat ne semble pas décidé à faciliter leur développement.

D'un autre côté, d'ci quelques jours, l'Etat pourrait décider d'accorder un permis d'exploiter à Melrose Resources en Médiiterranée. Un rapport du Ministère de l'Ecologie, en date du 22 mars, préconise la méthode par fracturation hydraulique pour l'exploration-exploitation des gaz de schiste

Après le préfet Leyrit qui a choisi un site d'implantation pour la future centrale du Sud répondant aux attentes d'EDF en matière d'alimentation au fioul lourd (faible altimétrie, proximité du dépotage en mer), le préfet Bouillon restera le préfet qui a déclaré l'intérêt public d'une centrale au gaz, sans pour autant decider de l'intérêt public de son raccordement à une gazoduc, et donc à une source d'alimentation en gaz.

Autant dire que nos deux précédents préfets ont ménagé la solution fioul lourd, tout comme leur collègue de Haute Corse l'a fait à Lucciana.

En cela, la continuité de l'action de l'Etat est effectivement assurée en Corse.

D'après nos amis d'U Levante, il semblerait que le préfet Bouillon était capable de signer  des autorisations d'une légalité assez contestable.

mm

----------

Comment faire du neuf avec du vieux? 

Les moteurs diesel "propres" votés par l'Assemblée de Corse en 2005, et commandés par EDF à Man en 2008, les "anciens futurs" moteurs de Lucciana arrivent.

Comme l'a souligné M. SAVARY, l'expert du bureau d'études IED devant le Conseil de l'Energie de l'Air et du Climat de la Corse du 14.03.2012   (alias Conseil Energétique):

ils ont un piètre rendement énergétique.

----------

Politique énergétique:
 L'Allemagne sort du nucléaire sans polluer davantage
Marie-Caroline Lopez La Tribune
 

Contrairement aux prévisions, et même à des affirmations, de beaucoup de spécialistes de l'énergie, l'Allemagne n'a pas eu recours au charbon pour compenser l'arrêt de 8 de ses 17 réacteurs en 2011. Et n'envisage pas de le faire, selon une étude de l'Iddri, à paraître la semaine prochaine.

« La fin du nucléaire en Allemagne passe par le charbon », titrait en octobre dernier Le Monde, relayant une idée très généralement répandue. Faux ! affirme Andreas Rudinger, chercheur à l’Iddri, Institut du développement durable et des relations internationales, qui vient de plancher sur le sujet. « En volume, la production d’électricité à partir de houille et de lignite est restée quasiment stable en Allemagne l’an dernier, avec une hausse de 1,7%, selon les chiffres que vient de publier l’industrie énergétique allemande (AG-Energiebilanzen 2011) », souligne-t-il. Même si le charbon continue à se tailler la part du lion dans le mix électrique allemand en représentant 44% de l’électricité produite (50% en 2001). Quant aux autres sources d’énergies fossiles (gaz et pétrole), émettrices également de gaz à effet de serre, leur volume a même légèrement baissé en 2011, les centrales gaz produisant environ 14% du courant outre-Rhin.

60% du nucléaire arrêté a été compensé par les renouvelables

Au total, la part d’électricité d’origine fossile est passée de 57 à 58% malgré le recul du nucléaire de 22,3 à 17,6% de la production électrique. L’Allemagne n’a pas augmenté son recours au charbon, ni au gaz, pour compenser l’arrêt de 8 de ses 17 réacteurs, décidé brutalement au printemps dernier après Fukushima. Le pays a pourtant ainsi renoncé à 23% de son électricité nucléaire, qui représente elle-même 23% de l’électricité produite outre-Rhin. Soit, en 2011, 32 térawattheures (TWh) à remplacer. 60% de cette électricité a été fournie par des énergies renouvelables (éolien et solaire), dont la production a bondi de près de 20% en 2011, Un tiers de cette électricité nucléaire non produite a été "fournie" par une détérioration des échanges d’électricité avec ses voisins. Ses importations ont augmenté de 18,5% tandis que ses exportations ont reculé de 6,5%, mais au total l’Allemagne est restée exportatrice nette d’électricité. Enfin 1,9 TWh (6% de la production à compenser) n’a pas été consommé. La demande allemande d’électricité a baissé de 0,3% en 2011.

Pas d'augmentation inévitable des centrales thermiques

Et l’Allemagne ne compte pas sur de nouvelles centrales à charbon pour pallier l’arrêt progressif de ses réacteurs d’ici 2022, ajoute Andreas Rudinger. « En regardant de plus près les scénarios énergétiques sur lesquels est fondé l’Energiekonzept [politique énergétique adoptée par le gouvernement allemand en septembre 2010], on s’aperçoit ainsi que les centrales fossiles actuellement en construction (pour une puissance cumulée de 10 GW) visent en premier lieu à remplacer des centrales vétustes et polluantes par des centrales plus efficaces pour se conformer à la directive européenne sur les émissions de polluants atmosphériques et à réduire la part des centrales thermiques à charbon au profit de centrales à gaz et à cogénération », écrit le chercheur dans une étude qui sera publiée par l’Iddri la semaine prochaine. Et il table sur la persistance de cette situation. « Sous l’hypothèse d’une poursuite des mesures de maîtrise de la demande d’électricité et d’un rythme de développement des énergies renouvelables similaire aux années précédentes, il semble par conséquent envisageable que l’Allemagne compense la sortie du nucléaire sans recourir davantage aux centrales à charbon et à gaz et sans remettre en cause la réalisation des objectifs nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre », conclut-il. 

----------

3 minutes pour la santé:

C'est une enquête sur la santé : il reste 5 jours pour y participer, c'est anonyme Plus de 3.400 personnes y ont déjà participé. Résultat de l'enquête début avril 2012.

 


 

mercredi 21 mars 2012

Attention, un pollueur peut en cacher un autre!

Lire la suite

mercredi 14 mars 2012

En Corse aussi, le fond de l'air effraie........

Pollution des centrales au fioul lourd

 

Pour EDF, la qualité de l'air en Corse est très bonne, la dispersion des fumées s'opérant très bien.

Il est pourtant manifeste, sur les images réalisées jour après jour par les bénévoles d'Aria Linda, que la dispersion des émissions de la centrale du Vazzio, n'est pas aussi bonne que le réprésentant d'EDF l'a affirmé aux membres du CONSEIL SUPERIEUR des INSTALLATION CLASSEES.

On peut donc légitimement se demander si ces responsables n'ont pas fait preuve, à minima de légereté, en se contentant des dires de leur interlocuteur, sans qu'aucun dossier d'étude de dispersion ne soit produit pour appuyer ses affirmations.

Interrogation fondée, puisqu'après le transfert des moyens de mesure qu'utilisait EDF jusqu'en 2006 à Qualitair Corse, Cette dernière a constaté, que malgré la demande de remise à niveau faite à EDF par arrêté préfectoral, les matériels n'étaient même pas homologués.

 

Le comble est que l'histoire se répète dramatiquement.

Le futur site (Bastelicaccia) a en effet été désigné par le préfet LEYRIT en décembre 2007, sans avoir fait l'objet d'une quelconque étude d'impact environnemental digne de ce nom. 

Et c'est sans plus de considérations environnementales ou sanitaires, mais juste pour faire bénéficier à Ajaccio de la motié des rentrées financières que le préfet BOUILLON a décidé de faire glisser le site d'implantation de la future centrale à cheval sur la limite territorale entre les deux communes d'Ajaccio et de Bastelicaccia.

Au cours du CAEC du 14 mars 2012, comme l'actuel préfet confirmait le choix du site 6 ter, Aria Linda avait l'occasion de lui faire remarquer que l'administration avait mis la charrue avant les boeufs, en choisissant un site dont la particularité principale est d'offrir les meilleures conditions pour alimenter la future centrale au fioul lourd, et ce contre l'avis de la population. Et de lui demander à quelle date il envisageait de déclarer d'utilité publique l'alimentation en gaz de la centrale.

L'absence physique de représentants du syndicat majoritaire, également très absent médiatiquement sur le sujet des centrales thermiques depuis quelques temps, nous a quelque peu interpellé!  

 -----
POLLUTION des NAVIRES à QUAI
m
Le CORSE, navire de la SNCM, vu par Philippe, le 15.03.2012 à 15h53
m
La question est posée:
On peut de demander si le montant de l'impact sanitaire des navires à quai, à ce jour non encore mesuré, ne risque pas de couter bien plus cher à la population que le prix de cession d'un € symbolique proposé par le directeur de cette compagnie à la Collectivité Territoriale de Corse?
m
Le GIROLATA, navire de la Méridionale, vu par Jean Paul,  le 16.03.2012 à 07h15

 

 --------------

U Levante
Association de protection de l’environnement en Corse

Assemblée Générale,

 Samedi 7 avril 2012 à 10 heures
Corte, au CPS, rue Colonel Feracci

Notre assemblée général-mbreux!

 

m

-------

 

NUCLEAIRE

Cliquez sur le lien pour la visite virtuelle, à 360°, d'une centrale nucléaire. Il s'agit en fait de l'unique centrale nucléaire Autrichienne destinée à la production, mais elle n'a jamais été mise en service.

Précision : le réacteur est du même type que ceux qui ont connu l'incident du 11 mars 2011 à la centrale de Fukushima. Autre précision, ces vues sont uniques, car la plupart des parties ne sont pas accessible dans un réacteur en fonctionnement. Mais la centrale de Zwentendorf n'a jamais vu passer un seul gramme d'uranium.

-----------

Comment rendre efficace le droit de l’environnement ?

un article du Journal de l’environnement, le 14 mars 2012 par Stéphanie Senet

Le préjudice écologique va-t-il entrer dans le Code civil ?

mardi 13 mars 2012

Pollution visuelle, pollution mesurée: écart démesuré!

Acquérir un appareil de mesure de la qualité de l'air, notamment pour mesurer l'émission des microparticules dans le voisinage d'une centrale thermique, ça coûte cher.
m
Trop cher pour une petite association "Agréée pour la Protection de l'Environnement".
m
Alors, depuis plusieurs mois, et même plusieurs années, les bénévoles d'Aria Linda et quelques contributeurs anonymes font des photos des panaches, et grâce aux miracles de l'informatique mettent en évidence, chaque jour, ce que nos yeux ne voient pas.
m
m
Et comme l'indique la devise de Paris Match, "le poids des mots, le choc des photos"..................... ça dérange! 
m

m
m

Ces clichés amateurs montrent qu'au moment de la prise, le panache émis à 80 m d'altitude, se propage vers des zones habitées sans dépasser les 100 m d'altitude.

m

Choquant quand on sait que la concentration en microparticules de ce panache, autorisée par arrêté préfectoral, peut être 2000 fois supérieure à la concentration considérée acceptable pour la santé humaine mesurée sur 24 h glissantes, à ne pas dépasser plus de 35 jours par an. 

 

Choquant, mais pas mesuré dans les zones les plus impactées.....alors que les obligations de l'exploitant le prévoient.

 

Choquant....... la cabine de mesure est située à 5 km, et elle ne contient plus de capteurs de microparticules depuis la cession du réseau de mesures en octobre 2006.

m

D'autant que lors du dernier contrôle annuel réalisé par un organisme indépendant en 2010, deux des sept moteurs de la centrale du Vazzio ont été mesurés au delà de la VLE, la valeur limite d'émission.....

m

.....tandis que les 5 autres moteurs étaient cantonnés dans une plage située à 20 % de la limite haute de cette VLE.

 

L'organisme qui réalise ces mesures annuelles, indique de façon récurrente, en termes plus scientifiques, que l'incertitude sur la fiabilité de la mesure (qui se situe normalement autour de 18 % pour les microparticules), n'est pas garantie compte tenu de la non conformité des points de mesure. Et que dans ce cas, l'incertitude peut dépasser la norme (de 18 %).

m

Au final, les émissions des moteurs sont déclarées conformes.

 

m

Il y a de quoi en perdre son latin, ou, sa qualité de membre.....

m
m

Perte de la qualité de membre

 

Selon la procédure définie à l’article 8 du titre II des statuts de _________ ____ , tout membre, personne physique ou morale, dont le Conseil d’Administration envisage l’exclusion pour :

 

·        motif grave laissé à son appréciation :

o   Comportement, attitude et/ou position portant préjudice à l’Association ou à ses représentants

o   initiative visant à diffamer l’Association ou ses représentants

o   atteinte volontaire à l’objet de l’Association

 

·        non paiement de la contribution, ou de la cotisation si elle existe

·        non respect des statuts

 

doit être convoqué par le Président, par lettre recommandée avec accusé de réception envoyée au moins quinze jours à l’avance.

La lettre de convocation précise les lieux et dates de convocation, la nature des faits reprochés et la sanction encourue. Tout membre régulièrement convoqué est invité à fournir des explications. Il peut, à ce titre, faire valoir les moyens de défense de son choix, notamment se faire assister ou représenter à ses frais, y compris par un membre de l’Association, en ayant préalablement avisé par écrit le Président de l’Association.

 

En cas d’empêchement, le membre est de nouveau convoqué dans les mêmes conditions. Sauf cas de force majeure, le défaut de présentation du membre sur deuxième convocation vaut exclusion.

 

En l’absence de cotisation établie pour les membres de _________ ____, la non participation chronique et avérée (absence à trois réunions consécutives) d’un membre peut également ouvrir, sur proposition du Conseil d’Administration, une procédure de radiation.

 

La procédure de radiation et la radiation sont votées par le Conseil d’Administration à la majorité des voix exprimées par les membres présents ou dûment représentés.

m

 

 
m
...... autre cas de perte de la qualité de membre!
ù
Article à suivre: Au fond de la vallée, l'air n'est pas .......
 

Lire la suite

jeudi 8 mars 2012

Vazzio, Lucciana, Navires...... quel rendement énergétique?

Diesel + fioul lourd

Halte aux centrales au fioul lourd qui n'ont qu'un rendement énergétique de 36 % : l'Europe veut de l'efficacité énergétique. Alors il va falloir enfin être coercitif avec EDF, et essayer de la contraindre.

 

 

Pollution des navires à quai

Visiblement, Monsieur TATI n'aurait pas été informé de la demande des associations de participer à la rédaction du cahier des charges de l'appel d'offres relatif à la prochaine DSP.

Une demande formulée au directeur de l'Office des Transports de la Corse, puis reformulée au représentant du Président de l'Exécutif, avec dans les deux cas, leurs engagements de faire suivre. 

Pendant ce temps, les réunions vont bon train.

 

Presse

Aria Linda a apprécie: merci à Sandra CARLOTTI pour le droit de réponse accordé par notre quotidien Corse Matin suite à notre demande.

 

 

 

UE-Canada : Lobbying et libre-échange polluent la planète

Un article d'Attac France, Paris, le 5 mars 2012

 

Le 23 février 2012, aucune majorité qualifiée ne s'est dégagée parmi les représentants des 27 États de l'Union Européenne appelés à se prononcer sur les modalités de mise en œuvre de la directive sur la qualité des carburants. Adoptée en 2008, cette directive pourrait empêcher les carburants les plus polluants, tels que ceux issus des sables bitumineux (1) et des huiles de schistes, d'entrer en Europe. Sous la pression du Canada et des lobbies pétroliers, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni se sont abstenus, tandis que l'Italie ou l'Espagne ont voté contre le projet. La décision finale est renvoyé au Conseil de l'environnement qui se réunira en juin prochain.

Le Canada s'est « réjoui » du résultat, tout en réitérant ses menaces de traîner l’Union européenne devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC) si elle venait à « discriminer » le pétrole issu des sables bitumineux, produit en Alberta. Engagés dans les négociations d'un Accord économique commercial global (AECG), le Canada et l'Union Européenne multiplient les intimidations et interpellations croisées pour obtenir un accord de libre-échange qui soit le plus favorable possible pour leurs secteurs économiques et financiers respectifs (2).

Dans le cadre de cette négociation, le Canada a plusieurs fois laissés entendre qu'il n'ouvrirait ses marchés intérieurs qu'à condition que le pétrole issu des sables bitumineux puisse être exporté en Europe. En retour, cet accord permettrait d'intensifier les investissements directs des entreprises pétrolières européennes, comme Total, Shell, BP, Statoil, dans l'exploitation des sables bitumineux. Pour faire du Canada un « nouveau géant de l'or noir », le gouvernement canadien cherche à faciliter l'exportation de ce pétrole, coûte que coûte, aux États-Unis et en Europe, ses deux principaux marchés. Allié aux lobbies pétroliers, la diplomatie canadienne s'active donc depuis des mois, en multipliant les rencontres et évènements auprès des institutions européennes, pour empêcher toute restriction, limitation, encadrement de l'importation ce pétrole de la part de l'Union Européenne.

Le gouvernement canadien est manifestement arrivé à ses fins, bien aidé par le peu d'entrain des pays Européens à prendre des mesures réellement contraignantes en matière environnementale. En soutien d'Attac Québec et de la société civile canadienne mobilisée contre cet Accord économique commercial global, Attac France exige des gouvernements des pays Européens qu'ils empêchent toute importation de ce pétrole sale en Europe. Ainsi, ils feraient d'une pierre deux coups : étrangler de l'extérieur l'industrie des sables bitumineux, l'une des plus dévastatrices qui existe ; stopper les négociations de ce nouvel Accord économique commercial global entre l'UE et le Canada qui va à l'encontre des intérêts des populations.

L'ensemble de ces questions feront l'objet de nombreux ateliers lors du Forum Alternatif Mondiale de l'Eau (14 – 17 mars) qui se tiendra à Marseille à l'initiative d'Attac France et de nombreux mouvements et organisations de la société civile internationale. (www.fame2012.org)

---------------

  1. Le pétrole issu des sables bitumineux est le plus polluant de la planète. Les émissions liées à son extraction sont estimées à 107 grammes d'équivalent CO2 par mégajoule contre 87,5 g pour le pétrole brut. Son exploitation, en plus de nécessiter la coupe de la forêt boréale sur des centaines de kilomètres carrés, requiert d'immenses quantités d'eau et d'énergie. L'écosystème dont vivait les populations locales est complètement dévasté et pollué et ces dernières développent d'alarmants taux de cancer.

  2. Par exemple, les tarifs douaniers du Canada étant déjà faibles, l'Union Européenne cible principalement les « barrières non tarifaires » pour faciliter l'accès de ses multinationales à des secteurs réglementés comme la santé, l'éducation et puissent candidater sur les marchés publics fédéraux ou provinciaux.


samedi 3 mars 2012

Bugiardi cume a scopa

 

Le monde subirait un choc pétrolier rampant qui affecte surtout les consommateurs.....

......mais visiblement, l'actionnariat d'EDF, exploitant des centrales centrales au fioul lourd de Corse et des DOM, supporte bien la crise!

Pour la population, c'est la condamnation à la double peine: elle paie la facture, et encaisse l'impact sanitaire des émissions du fioul lourd des centrales thermiques et des navires à quai.

On peut même parler de triple peine!

Un article transmis par Colette du Collectif contre l'Incinérateur Corse nous montre que rares sont les batailles gagnées contre les pollueurs-pas-payeurs. Souvenons-nous au non-lieu de Tchernobyl et des propos rassurants du professeur Pellerin.

Il faut dire qu'en Corse, une centrale qui émet 500 kg de microparticules par jour, ça passe totalement inaperçu du réseau de mesure de la qualité de l'air...............

Côté Haute Corse, ce n'est pas mieux: ci-dessous la station de mesure de Montesoro: infos inaccessibles!

Et pour cause, depuis le mois d'octobre 2006.....

le réseau de mesure qui assurait les obligations de mesure d'EDF a été cédé à Qualitair Corse....

qui a décrété......

juste après l'avoir accepté sans réserves.....

qu'il n'était pas homologué.....

 

..... le plus scandaleux dans cette affaire.....

.........c'est que les services de l'Etat..........

......... avaient imposé à EDF de mettre à niveau les matériels concernés avant le transfert! 

Et depuis cette date, la mesure des microparticules à la station de Piataniccia (située non loin du collège de Baléone) n'est plus assurée. Ci dessous, l'affichage de la station de Sposata (située près de l'ex CREPS)

Humour:

"Détendons-nous".......avec du gaz!

Alors que Grt Gaz n'avait manifestement que très peu de velléités pour acheminer du gaz naturel en Corse, le Préfet Bouillon avait souhaité un grand débat public........vous en connaissez le résultat!

Du coup, Stéphane Bouillon n'a pas jugé utile de déclarer d'utilité publique la construction du gazoduc! Il s'est contenté de déclarer d'utilité publique la fameuse "centrale au gaz et rien d'autre".

....précisons, "rien d'autre...... que du fioul lourd"!

Mais quand c'est EDF qui ambitionne de stocker du gaz, sur le continent, on fait aussi un débat public.

Alors la CNDP?

Ca ne vous démange pas de revenir en villégiature en Corse....

...... faire un grand débat public sur les barges EDF de stockage de GNL?   

Proglio ne vous a pas encore téléphoné?

Prenons de la hauteur avec notre ballon-photographieur,

 dans l'hexagone, la communication d'EDF est-elle différente?

La députée Européenne Michelle RIVASI démontre que la communication d'EDF sur le nucléaire est volontairement tronquée:

Communiqué de presse

Valence, le 2 mars 2012


Nucléaire - Exportation d'électricité vers l'Allemagne: neuf mois de jackpot...et combien d'années avant la banqueroute?

 

Le 28 février dernier, une étude du cabinet SIA Conseil a été largement relayée par l'ensemble des grands média français. Les conclusions de cette étude avançaient que la fermeture des 8 réacteurs nucléaires allemands avait rapporté près de 360 millions d'euros en neuf mois à la France grâce à l'électricité exportée outre-Rhin.

 

Pour Michèle RIVASI, porte-parole d'Eva Joly, cette étude est surtout un joli exercice de communication pro-nucléaire: "On peut faire dire n'importe quoi aux chiffres, c'est bien connu, et le lobby nucléaire a toujours abusé de cette vieille pratique manipulatrice. Avec un peu de discernement et de curiosité on peut très vite démonter un argumentaire aussi orienté. Autrement énoncé: dis moi qui sont tes clients et je te dirai quelles seront les conclusions des études qu'ils commandent."

 

"Il faut que les Français comprennent que l'électricité a un prix qui peut varier de façon extrême: le cours du MWh est de 50 à 55 euros habituellement en Europe, mais dans des situations de forte demande celui-ci peut exploser et atteindre jusqu'à 1980 € (1). Ces variations de la demande ont plusieurs facteurs, dont un reste prépondérant: l'aléa climatique. Quand nous avons des températures extrêmes, le prix suit la courbe du thermomètre de manière exponentielle. Et c'est surtout la France qui fait les frais de cette logique lors d'hivers rigoureux, puisque notre monoculture nucléaire nous a obligés à recourir massivement au chauffage électrique. Ainsi, la France exporte toujours de l'électricité quand la demande est faible et donc au prix le plus bas, et importe quand la demande est forte et au prix le plus cher, comme ce fut le cas ces 30 derniers jours."

 

"Ainsi, l'Allemagne fait preuve d'une logique bien plus rationnelle que la France, elle importe de l'électricité française quand la demande est faible pour éviter de recourir à l'ouverture temporaire de centrales d'appoint. Et si le solde des échanges commerciaux d'électricité entre les deux pays favorise la France, c'est surtout car l'année 2011 a été très chaude et car l'Allemagne a volontairement décidé de réduire ses exportations."

Et Michèle RIVASI de conclure: "Cette étude est totalement tronquée: en excluant les mois les plus pénalisants pour la France et en utilisant les neuf mois les plus favorables (de mars à décembre), SIA Conseil a encore démontré son attachement au soutien de la filière nucléaire, et à ses clients. Ce fut déjà le cas précédemment lorsque ce cabinet avait conclu dans une autre étude que les emplois dans le photovoltaïque revenaient plus chers que le coût de réinsertion d’un chômeur (2)! Bref, cette étude complète les autres calculs de coin de table toujours bien relayés dans les média, dans le but de démontrer que l'Allemagne a eu tort de sortir du nucléaire et que la France doit persister dans cette impasse énergétique. Cocorico!"

(1) ce fut le prix du MWh sur le marché spot le 9 février dernier. Pour la seule journée du 8 février les importations d'électricité en France ont coûté 38 millions d'euros.

(2) http://energie.sia-conseil.com/20110202-sia-conseil-plaide-pour-un-developpement-raisonne-des-enr-en-france/