Ils sont visiblement très bien renseignés, les opposants au passage du gazoduc GALSI sur le territoire de la Sardaigne. Ils savent déjà que le président français "Sarcozy" s'apprête à venir faire une annonce en Corse concernant l'alimentation en gaz des centrales thermiques.

Et nos voisins anti-GALSI de Sardaigne savent également qu'EDF détient une part significative (50 %), d'EDISON, le deuxième fournisseur d'électricité en Italie. Mais depuis que le projet d'implantation de la centrale de recompression du gaz, initialement prévue à Olbia, a été repensé à Porto Torres, un des obstacles à la construction du GALSI semble levé.

Ce que ne semblent pas avoir intégré nos amis Sardes, eux mêmes soumis au dilktat d'une production électrique très polluante à base de charbon, c'est que le président Sarkozy débarque en Corse dans le cadre d'une campagne présidentielle, et qu'il va essayer de faire à nouveau voter 60 % des insulaires pour lui!

Mais pour les promesses de GALSI, Sarkozy a déjà donné le 2 février 2010 à Ajaccio. Et, en fait de gazoduc, c'est plutôt la construction d'une autoroute pour le fioul lourd qui se prépare en Corse:

- La construction du gazoduc GALSI n'a encore fait l'objet d'aucune décision de la part du consortium GALSI, auquel participe EDF,

- La construction de barges permettant le stockage de GNL n'a fait l'objet d'aucune inscription à la Programmation Pluriannuelle des Investissements, le seul document crédible en matère de décision officielle,

- Les capacités gazières de l'Algérie, censée alimenter le GALSI, sont toujours aussi incertaines,

- Et.......il n'y a même pas assez de gaz qui arrive de chez les Russes de GAZPROM pour pemettre d'envisager la solution évoquée en Corse par le chef de projet Cyrénée: alimenter le gazoduc GALSI depuis l'Italie (elle même supposée alimentée par le gazoduc South Stream) , au lieu de l'alimenter depuis l'Algérie (elle même supposée alimenter le gazoduc GASLI par le gazoduc GK3).

Un grand dilemme pour EDF: Se contenter de la construction du gazoduc South Stream qui alimentera l'Italie via la Turquie, et en plus participer à la construction du gazoduc GALSI?

Non, car au final, quelque soit la décision des nucléocrates, et comme en matière de nucléaire, ce sont les consommateurs qui s'acquiteront des 30 % supplémentaires réclamés par EDF. C'est dans le droit fil du PDG d'EDF qui commence déjà à crier au loup pour cause de manque à gagner.

       +        

et/ou

         +     

Euh, pour info,  dans EDISON, il y a encore EDF!

On peut donc raisonnablement se demander où est l'intérêt pour EDF, qui participe à hauteur de 15 % au gazoduc South Stream , de souhaiter la construction du GALSI avec la SONATRACH (elle même marquée à la culotte par Gazprom) ou même de plates-formes GNL, pour alimenter la Corse? 

GDF-Suez pas inquiète, le groupe a des réserves stratégiques.

Merci à Philippe pour ces clichés de la centrale du Vazzio qui donnent une idée de la manière dont les polluants sont dispersés dans la vallée de la Gravona.

Le dilemme est d'autant plus grand qu'EDF et la CRE, la commission de régulation de l'énergie, persistent à ne pas prendre en compte le niveau actuel d'interconnexion de la Corse, au travers des liaisons cablées SACCOI et SARCO, qui fait que l'île est déjà interconnectée bien au délà du seuil de 5 % admis par la dérogation Européenne de 1996.

 

Les anonymes qui bloquent EDF doivent faire attention, et.......... gare aussi à  ceux qui agissent à visage découvert !