Dans la matinée du 21 juin 2011, petite mise en bouche....

.....10h24, on passe aux choses sérieuses.....le panache file au Nord-Est...

....au Nord-Est........ la vallée de la Gravona.....

...où il n'y a plus de capteur de microparticules PM 10 depuis fin 2006.......Une vallée où la dispersion est très particulière...ci-dessous Bastelicaccia et le secteur des Budiccie, en matinée...

Dans la matinée du 22 juin 2011...ça recommence......respirer régulièrement de petites quantités de microparticules, chargées de métaux lourds, est fatal pour nos organismes........c'est la dose régulière qui fait le poison..

.......encore faudrait-il qu'on en prenne la mesure avec de bons outils, biens situés.

Ci-dessous, encore un exemple illustré de ce que sera la dispersion des polluants à Bastelicaccia avec la photo de Philippe M prise à 20h42' hier soir depuis les hauteurs de la dite commune.

Depuis son poste d'observation Philippe a également pu saisir le panache du Vazzio

Agrandissons la photo et donnons nous une échelle très approximative (Jacques Thierry va encore pouvoir nous traiter d'amateurs!) pour essayer de comprendre à quelle hauteur le panache se couche:

en attribuant environ 10 m à la partie "blanche" située entre les deux bandes rouges peintes sur chaque cheminée qui mesure 80 de hauteur, et en reportant cette hauteur comme échelle, on peut en déduire, à l'instant de la photo, que le panache se couche entre 120 m et 170 m au dessus des cheminées.

Donc entre 200 et 250 m au dessus du sol.......et à partir de là, emprisonnées sous le "couvercle thermique" qui sévit dans la vallée les particules véhiculées par le panache commencent leur chute vers le sol.

Les plus lourdes retombant plus rapidement se déposent dans le proche environnement, et les plus légères un peu plus loin.

Cette centrale au fioul lourd va encore au moins tourner jusqu'en 2016.

Alors Monsieur le Secrétaire Général, après vous avoir remercié d'avoir accepté ma participation au CODERST aux côtés de la représentante du GARDE, je vous remercie de prendre très au sérieux le seul vote négatif (il a été émis par le GARDE) contre ce projet d'arrêté....Ce vote est motivé par une raison qui nous semble plus que recevable: l'impact sanitaire des microparticules qui a été clairement évoqué par le représentant de l'ARS, l'Agence Régionale de la Santé.

Comme je l'ai indiqué à quatre occasions, ainsi que le signale l'EPRTR, dans un périmètre de 25 km², situé au Nord-Est de la centrale du Vazzio, qui a généré en 2008,  36 tonnes de microparticules, la remise en place du capteur de microparticules PM 10 qui mesurait la qualité de l'air dans le cadre des obligations d'EDF est incontournable.

La remise en place de ce moyen de mesure, qui est une obligation de l'exploitant de la centrale, est le préalable indispensable à la procédure d'alerte envisagée dans le "secteur industriel" de mesure de la qualité de l'air.  

Dernière minute: Comme son PDG l'avait annoncé, EDF réfléchirait sérieusement au plan B (GNL) pour alimenter les futures centrales de Corse, même si le plan A (Cyrénée) reste la solution privilégiée....si le GALSI se réalise...réponse à l'automne

_________

Parce que sa combustion ne génère pas de microparticules, le gaz naturel aura un moindre impact sur notre santé que le fioul lourd.

Mais si son utilisation n'est pas sans conséquences en matière de production de GES, les gaz à effet de serre, il faut cependant en relativiser la gravité. Même si l'impact de son utilisation accrue sur l'élevation de la température de la planète sera significatif, il sera à priori moins dévastateur qu'un de ces accidents nucléaires civils comme FUKUSHIMA.

Bien évidemment, la moins mauvaise solution pour la Corse est la transition vers le renouvelable en tant qu'énergie de base. C'est l'autosuffisance énergétique évoquée par Maria GUIDICELLI.  Mettons là en oeuvre.