En Corse, il est très difficile de se faire une idée de la diffusion de la pollution sur le site de l'association agréée pour la surveillance de la qualité de l'air en Corse.

Une situation qui perdure malgré plusieurs signalements à son Conseil d'Administration au sein duquel siègent les services de l'Etat, et les industriels. Des problèmes d'affichage en ligne qui seraient liés à de piètres prestations de sous-traitants en informatique. EDF qui siège au CA s'était même inquiété de cette forme de rétention de l'information. 

Alors voici E-PRTREuropean Pollutant Release and Transfer Register, outil mis à la disposition du grand public pour visualiser la pollution:

"Les cartes permettent au citoyen de localiser les rejets de polluants de l'air, leur permettant de zoomer dans leur propre voisinage. Ceci inclut les émissions d'oxyde d'azote (NOx), oxydes de soufre (SO²), ammonia (NH³) and micro-particules (PM10). Les cartes complètent les données existantes sur les émissions d'installations industrielles individuelles du registre E-PRTR (registre européen global des rejets et transferts de polluants)"

Les citoyens de la vallée de la Gravona l'avaient bien constaté, mais du côté de la mesure locale de la qualité de l'air on se faisait assez discret sur le sujet. La Carte PM 10 d'AJACCIO  ci-dessous est assez parlante.

On selectionne industrial release (émissions industrielles) puis PM10, et on zoom sur la Corse. la légende indique une grille de cellule de 5x5 km² pour des valeurs de 2008 disponibles en 2010.

Bien évidement, on relève que la précision se limite à la valeur moyenne exprimée pour l'année 2008 dans chaque surface de 25 km².

Ici dans le secteur orange, le mini thérorique est de 24 tonnes/25 km², le maximum pouvant atteindre 61,86 tonnes/25 km².

La valeur moyenne théorique [24 ; 61,86] est de 42,93 tonnes/25 km².

Si vous cliquez dans le rectangle orange, la valeur moyenne de 37 tonnes/25 km² s'affiche.

 

Sauf erreur de calcul, en 2008, les émissions industrielles de PM 10 dans la surface orange ont atteint chaque jour 4054,79 µg/m².

Une petite comparaison étonnante: pour la même année 2008 le registre français de émissions polluantes indique la valeur déclarée de 144 tonnes d'émission de PM10 à la centrale du Vazzio.................. Sauf erreur (encore), ça fait pile 0,000 001 % des émission par m² par an dans la surface orange.

En admettant que le mini est bien à 24, on peut en déduire que la valeur maxi réelle dans la surface orange atteint au moins 50 tonnes/25 km².

Selon le registre français de émissions polluantes, la centrale du Vazzio est le seul émetteur de PM 10 pour la Corse du sud:

Donc pas d'autres sources en PM 10, en Corse du Sud en 2008

Il y a peut-être des citoyens vivant à l'intérieur de ce rectangle orange qui sont exposés au delà de la valeur limite.....pour la protection de leur santé.

Pour le savoir, il resterait à comparer ces valeurs d'émissions industrielles de PM 10 aux "valeurs limites pour la protection de la santé humaine"  : 40 µg/m3  en valeur moyenne annuelle. (50 µg/m3 à ne pas dépasser + de 35 j/an)

            ___

Que se passe-t-il en Haute Corse?

Alors que du côté des officiels on affirme qu'à Lucciana, c'est bien connu: "toute la pollution va vers la merla réalité est toute autre puisque la Carte PM 10 de BASTIA  ci-dessous démontre que l’air pollué se dirige vers Bastia et non vers la mer.


  
 

Résultat de la comparaison entre les deux agglomérations capitales de la Corse:

Ajaccio plus polluée que Bastia,

et à Ajaccio, la santé des personnes

est davantage mise en danger.


--------

Commentant notre billet sur l'autosuffisance énergétique envisagée par la Conseillère Exécutive en charge de l'Energie devant les délégations de la Martinique, de la Gaudeloupe et de la Réunion, notre amie la Corneille de Tolla est revenue à tire d'aile nous rappeler que la loi devrait aussi s'appliquer à EDF/PEI....en Corse:

L'objectif de l'autosuffisance énergétique sur l'ile est certes très ambitieux, mais il faudrait déjà dans un premier temps que l'opérateur historique respecte l'article 3 de l’arrêté du 15 février 2010 en précisant enfin clairement pour la soit disant ZNI de Corse le nouveau taux admissible d'énergies non garanties sur le réseau insulaire.

Ce taux aurait du légalement être précisé avant le 1er janvier 2011, un petit retard de seulement 5 mois certainement du à la trop bonne volonté du gestionnaire du réseau de Corse.

textes.droit.org/JORF/201...